Extra un.

 
 

 
 
Zayn
 
 
 
— C'est un Tomlinson !
 
Je frissonne, instantanément, au son de cette voix alarmée.
Je me retourne vers le mouvement de foule alors que je sens ma partenaire se crisper sous mes doigts. Je reconnais Louis, au milieu des gens et le gars handicapé par terre. Sans réfléchir, ma main glisse dans celle de la jeune fille avec qui j'ai dansé et je la tire vers moi. Je tourne les talons et je l'emmène. Je ne sais même pas où je vais, mais je ne veux pas la lâcher. C'est impossible. Je sens ses doigts se resserrer dans les miens. Elle me suit. On file entre les danseurs alors que tout le monde se rapproche de ce qu'on est en train de fuir.
Le conflit, tout simplement, c'est ça qu'on fuit. Ce n'est pas lâche, c'est courageux au contraire. Parce qu'il y a trop de gens qui rentrent dans cette guerre sans savoir pourquoi. Trop de gens qui se font souffrir sans raison. Et moi, c'est ça que je trouve le plus lâche. Faire des choses insensées simplement parce qu'on nous a dit de les faire, parce qu'on nous a fait croire qu'il fallait les faire. 
Je reconnais que je ne pensais pas comme ça il y a dix minutes. J'étais venu à cette soirée pour faire comme mes cousins, pour entrer dans leur bande et leur prouver que j'étais l'un d'entre eux. Que je n'avais pas peur des Styles et que j'étais capable d'agir autrement qu'en gamin immature. Sauf que je viens de réaliser que ce sont eux les immatures, depuis le début, et je me demande sincèrement pourquoi je voulais leur ressembler. Ils sont pathétiques. Ils ne vivent qu'à travers ce conflit, qu'à travers leur haine. Ils n'ont rien d'autre dans leur vie. Moi non plus je n'avais rien d'autre avant ce soir. Mais, maintenant, j'ai une paire d'yeux magnifiques qui me regardent et une main dans la mienne. Et, surtout, un sentiment dans le c½ur que je n'avais jamais connu auparavant. Je me demande sincèrement si j'aurais besoin d'autre chose dans ma vie après ça.
On sort tous les deux de la salle de réception, côté parc, à l'arrière du château. On part en courant. Sa main serre la mienne et elle frissonne car le vent est glacial. Il fait nuit dehors et les étoiles brillent dans le ciel noir. Tout est tellement beau et parfait que je n'ai pas envie de penser à mon abrutie de famille à l'intérieur qui va passer un sale moment. Je cours, mais je sens la jeune fille me tirer en arrière. Je m'arrête et me retourne vers elle. La jolie blonde est en train de retirer ses chaussures à talons. Elle glisse ses pieds nus dans la pelouse verte puis repart de plus belle en courant. Cette fois, elle est devant moi. Elle court vite, bordel, j'arrive à peine à la suivre. Nos mains se resserrent encore plus et on continue de courir. Alors si, finalement, peut-être qu'on est en train de fuir. La réalité. On la fuit et on prie pour qu'elle ne nous rattrape pas. Jamais.
On s'arrête, totalement essoufflés, au bord d'un étang. On ne peut pas aller plus loin mais, si cette foutue flotte n'avait pas été là, qui sait, on aurait peut-être couru jusqu'en Chine.
 
— Ah putain, souffle mon ange masqué en se laissant tomber sur la pelouse du parc, C'est de la pure folie.
 
Je m'allonge à côté, mais je ne me sens pas assez proche, alors je passe au-dessus d'elle. Mes coudes plantés dans le sol pour ne pas l'écraser complètement.
 
— Qu'est-ce qui est fou ?
— Toi, murmure-t-elle du bout des lèvres en venant caresser ma joue.
 
Je frissonne. Je ne me suis jamais senti comme ça. Je veux dire, aussi vulnérable. Mais je m'en fiche parce que c'est trop agréable pour que je m'en inquiète. J'esquisse un sourire et elle passe ses deux mains derrière ma nuque. De ses doigts, je la sens dénouer la ficelle en soie qui tient mon masque. Elle le retire doucement de mon visage et m'observe pendant quelques secondes.
 
— Je ne t'ai pas invité.
 
Je ne réponds pas, mon regard perdu dans le sien. Ses yeux bleu pastel ressortent derrière son masque à paillettes et elle est tellement belle qu'aucun mot cohérent ne pourrait la décrire à cet instant.
 
— Tu es avec eux, n'est ce pas ?
 
Je hoche doucement de la tête, même si, théoriquement, je ne suis pas venu avec mes cousins.
 
— Tu es l'un d'entre eux ? Elle se corrige.
 
Sa question me fait mal parce qu'un haut-le-c½ur la saisit au moment où elle prononce ses mots. Un sourire triste se devine sur son visage car mon absence de réponse ne lui laisse aucun doute sur mes origines.
Je me mords la lèvre d'un air gêné et ajoute à demi-mots :
 
 — Est-ce que tu peux enlever ton masque, toi aussi ?
 
La jeune fille passe ses mains derrière sa nuque et elle le fait tomber tout doucement le long de son cou. Je lui enlève totalement et la regarde. Mon c½ur se pince. Se pince si fort que j'ai envie d'en pleurer. Putain, c'est injuste.
 
— De qui es-tu la s½ur ?
 
Son regard se voile et je crois que j'ai à peine besoin de la réponse même si elle me la donne, la voix tremblante :
 
— Greg... et Niall.
— Perrie ? Je comprends, à contrec½ur. 
 
Elle acquiesce et le même sourire peiné apparaît sur mon visage. Putain, non, c'est trop injuste.
 
— Et toi ? Murmure-t-elle, Je suppose que tu es Zayn ?
 
Elle était sûre de voir juste, je suis le seul métis de la famille Tomlinson. Ma mère a épousé un pakistanais, j'en ai récolté une peau mate et un père absent. Ils ont divorcé quand j'avais huit ans et il est parti. Puis ma mère s'est trouvé quelqu'un d'autre, Jackson Grant, un bon anglais sous tout rapport, au grand plaisir de mes grands-parents. Le second mariage m'a amené un frère : Isaac. 
 
— Es-tu responsable de l'accident de Niall ?
— Non, je réponds, Je n'étais pas là.
 
Elle reste silencieuse, enregistre l'information, tandis que je lui pose la question qui me brûle les lèvres à mon tour :
 
— Est-ce que tu savais que ton frère allait violer Eleanor?
— Il ne le savait pas lui-même.
 
Je l'observe interdit et elle reprend, me fixant de ses putains d'yeux :
 
— Mon frère n'est pas un violeur.
 
Mon regard se voile instantanément car je repense à la souffrance que je lis sur le visage de ma cousine à chaque fois que je la vois. Mes mains se mettent à trembler et je murmure du bout des lèvres :
 
— Mens-toi à toi-même si la vérité est trop difficile à supporter, mais ne me mens pas à moi... S'il te plaît.
 
Je vois ses lèvres trembler et des larmes cruelles se permettent de glisser le long de son visage. La souffrance dans son regard me submerge et je pose une main sur sa joue pour la rassurer.
 
— Je ne sais pas pourquoi il a fait ça, bégaye-t-elle, en larmes, Je ne sais pas... J'veux pas. Il n'a pas vraiment fait ça. Il y a un malentendu. Il ne peut pas...
 
Sans me l'expliquer, je pose mes lèvres sur les siennes, pour l'empêcher de se torturer davantage. C'est loin d'être un baiser romantique parce qu'il a tout sauf un sens à cet instant précis. Mes lèvres glissent sur les siennes et nos larmes se mélangeant parce que c'est trop bon et trop douloureux à la fois. Mon Dieu, elle me transporte cette fille. Ses lèvres, son odeur, son souffle, ses mains dans mon dos, son être m'emporte littéralement.
Je voudrais ne plus jamais la voir pleurer et je voudrais que ma famille ne soit pas à l'origine de cette douleur qu'elle ne mérite pas. Mes mains glissent sur ses joues puis partent jouer dans sa chevelure blonde. Ses lèvres s'entrouvrent et je glisse ma langue jusqu'à la sienne. Elles se touchent, s'effleurent, apprennent à se connaître avant de valser ensemble dans un plaisir indescriptible.
Je ne sais pas combien de temps on reste ainsi. À s'embrasser, se toucher, se caresser, mais tout perd son sens. Nos familles, la nuit, ce château, notre position, le froid de l'hiver. Ma seule raison d'exister est sur mes lèvres et je suis incapable de penser à autre chose. Nos doigts se lient ensemble et on continue de s'embrasser. On ne s'arrête que pour respirer et encore, même ça, c'est insignifiant.
J'ai l'impression de perdre mon temps dès que mes lèvres quittent les siennes, dès que ma peau frissonne parce qu'elle n'est plus collée à la sienne, dès que nos regards ne sont plus fixés l'un à l'autre. Alors je suis un putain de con qui est tombé amoureux sur une saleté de coup de foudre, mais je m'en fous. Je me fous de tout sauf d'elle.
 
— PERRIE !
 
La réalité.
Elle est revenue trop vite et j'ai envie de lui tordre le cou. Blague à part, c'est mon bras que je sens se tordre. On me tire en arrière brusquement et je reçois un coup-de-poing en pleine face. Je m'écroule sur la pelouse et entends mon ange hurler. Un autre de ses cousins l'attrape dans ses bras et l'empêche d'avancer vers moi.
Je croise le regard du type qui m'a frappé. Il est jeune. Il a l'air d'avoir mon âge. Il a les cheveux très courts, châtains clair, mais la noirceur dans son regard m'indique qu'il est loin d'être aussi innocent qu'il en a l'air. Et, à cet instant, je trouve ça triste. D'avoir un regard pareil à cet âge-là.
 
— Liam ! Continue d'hurler Perrie, Lâche-le ! Lâche-le ! Il ne m'a rien fait !
— Il avait la langue enfoncée dans ta bouche et il n'a rien fait ? Beugle son cousin dans une rage noire, Tu te fous de ma gueule ?
 
On pourrait tout aussi bien leur expliquer que c'était volontaire, qu'on avait tous les deux envie de s'embrasser, qu'ils n'y auraient jamais cru. Ni lui, ni le mec bouclé qui tient Perrie fermement contre son torse. Je me relève légèrement pour me remettre sur les genoux. Je sais que je ne suis pas capable de me défendre. Il est beaucoup plus musclé que moi. Et puis, de toute façon, je ne veux pas le frapper, pas devant elle.
 
— Arrête ! Continue-t-elle d'un air paniqué.
 
Trop tard, le dit «Liam» m'attrape le bras à l'aide d'une de ses mains. L'autre étant posée sur mon épaule pour me forcer à le tendre au maximum. Je n'ai même pas le temps de comprendre l'intérêt de ce geste que sa jambe se relève et percute violemment mon bras tendu.
Mon os se brise instantanément sous la pression qu'il a mise dans son coup et le bruit de craquement résonne jusque dans mes entrailles. La douleur m'envahit d'une force indescriptible.
Un hurlement s'échappe de ma gorge et je m'écroule sur le sol. Littéralement. Les larmes dévalent mes joues et je tremble de toutes mes forces. La souffrance me donne la nausée et j'ai juste la force de continuer à respirer pour ne pas tourner de l'½il.
 
— Mais vous êtes malades ! Hurle Perrie.
— C'est un Tomlinson ! S'écrie Liam à sa suite, C'est toi qui est tarée ma pauvre fille ! Et tu peux t'estimer heureuse que ce soit Harry et moi qui t'ai trouvée parce que ça aurait été Edward, je ne suis pas certain qu'il serait encore vivant !
 
Je crois qu'il me désigne du doigt parce que je sens leur regard converger vers moi, mais je continue simplement de gémir pathétiquement.
 
— Harry, ramène-la à l'intérieur.
— NON ! Lui hurle Perrie, fermement.
— Ne discute pas, tu rentres.
— Qu'est-ce que tu vas faire, toi ? Interroge le gars bouclé.
— Je ne sais pas, soupire Liam, Tu peux demander à Gemma de me rejoindre ici une fois que tu l'auras trouvée ?
— Ouais.
 
Je crois qu'il s'éloigne, je ne sais pas, j'entends Perrie crier sauf que les sons deviennent de moins en moins compréhensibles. Je suppose que le gars bouclé est en train de l'éloigner de moi.
Je rouvre les yeux et je vois le ciel étoilé malgré ma vision brouillée par les larmes. C'est bien moins joli que tout à l'heure.
Puis Liam s'approche de moi doucement et murmure à mon oreille :
 
— Si je te vois encore une fois avec ma cousine, ce n'est pas ton bras que je brise, mais ta bite. Tu m'as compris ?
 
Je hoche la tête.
 
— Bien, conclut-il en se relevant
 
 
 
____________________
 
<<Zayn et Perrie en Romeo et Juliette est la meilleure idée depuis l'invention du McFlurry Granola>>, de "Lou" le 23/08/14 
Mouahahaha ♥ 

 

Tags : #RunUpfic - #Acte1 - #Extra

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.234.190.237) if someone makes a complaint.

Comments :

  • RunningUp

    02/01/2015

    spencer33 wrote: "Je surkiff cette histoire on y trouve tous, drame, conflit, drogue et surtout rire parce que j'ai ris pendant tous le chapitre même ta petite remarque à la fin sur la mcflurry m'a fait rire donc chapeau c'est excellent"

    ahah contente que cet extra t'ai plu ! j'espère qu'il en sera de même pour le reste de l'histoire, accroche toi ça ne fait que commencer ! :p

  • heyfifou

    02/01/2015

    J'aime le concep de romeo et juliette en version moderne au second plan ! les pauvres ils demandent juste à etre ensemble mais c'est rater!

  • spencer33

    02/01/2015

    Je surkiff cette histoire on y trouve tous, drame, conflit, drogue et surtout rire parce que j'ai ris pendant tous le chapitre même ta petite remarque à la fin sur la mcflurry m'a fait rire donc chapeau c'est excellent

  • RunningUp

    31/12/2014

    larry-tomlinstyles wrote: "Aïe j'ai eu trop mal pour Zayn :( "

    Oui un peu violent ce Liam pour le coup :p

  • larry-tomlinstyles

    30/12/2014

    Aïe j'ai eu trop mal pour Zayn :(

  • RunningUp

    16/09/2014

    DivergentLarryFic wrote: "Quelle scène. Pauvre d'eux, jeunes inscouciant., amoureux et déjà perdus....merci"

    Un peu d'amour dans ce monde de brute #zerrie

  • DivergentLarryFic

    16/09/2014

    Quelle scène. Pauvre d'eux, jeunes inscouciant., amoureux et déjà perdus....merci

  • RunningUp

    27/08/2014

    toujoursvivresesreves wrote: ""Le conflit, tout simplement, c'est ça qu'on fuit. Ce n'est pas lâche, c'est courageux au contraire. Parce que y a trop de gens qui rentrent dans ce conflit sans savoir pourquoi. Trop de gens qui se font souffrir sans raison. Et moi, c'est ça que je trouve le plus lâche." cette phrase est parfaite , vraiment parfaite. De la philosophie dans une fiction ça fait réfléchir et ça amene une plus haute porte à celle ci . Ta fiction n'est pas seulement une fiction elle a une morale. Je crois que cet extra est mon "chapitre" prefere j'ai bien souffert en le lisant mais en même temps c'était magnifique. Tes mots sont comme une mélodie, ca me berce et me poignarde à la fois."

    Merci ♥ ça fait trop plaisirs à entendre car j'ai longtemps hésité à entrer dans la tête des vrais Roméo et Juliette. Je voulais qu'on voit leur histoire de l'extérieur mais d'un côté je me suis dis que d'écrire un peu d'amour dans ce monde de brute ne ferait pas de mal ^^
    C'est fou comme la prise de conscience de Zayn (que ce conflit est totalement ridicule) fait de lui quelqu'un de bien plus mature que ses cousins qui sont pourtant persuadés qu'il n'est qu'un gamin immature et superficiel.
    J'espère que son histoire avec Perrie te plaira autant que celle de Louis & Harry qui s'annonce bien plus compliquée et tordue =p

  • toujoursvivresesreves

    26/08/2014

    "Le conflit, tout simplement, c'est ça qu'on fuit. Ce n'est pas lâche, c'est courageux au contraire. Parce que y a trop de gens qui rentrent dans ce conflit sans savoir pourquoi. Trop de gens qui se font souffrir sans raison. Et moi, c'est ça que je trouve le plus lâche." cette phrase est parfaite , vraiment parfaite. De la philosophie dans une fiction ça fait réfléchir et ça amene une plus haute porte à celle ci . Ta fiction n'est pas seulement une fiction elle a une morale. Je crois que cet extra est mon "chapitre" prefere j'ai bien souffert en le lisant mais en même temps c'était magnifique. Tes mots sont comme une mélodie, ca me berce et me poignarde à la fois.

  • RunningUp

    24/08/2014

    Lou wrote: "Awww la dédicace 💕 j'me fais citer dans Running up rien que ça 😆 maintenant je saurais quoi répondre au "et sinon, tu fais quoi dans la vie?"
    Bref. Chapitre génial! C'est super d'avoir le point de vue de Zyan, je pensais que t'allais montrer leur histoire du point de vue des autres mais maintenant que j'y pense ça aurait été compliqué parce que les "autres" vont forcement mal le prendre. Donc c'est cool de voir aussi leur histoire d'amour au milieu du chao. En plus c'est vraiment grace au point de vue de Zyan qu'on se rend compte de l'absurdité de leur haine parce que pour le reste du clan ça parait tellement normal qu'en tant que lecteur tu t'habitue aussi au final. Et comme d'habitude je comprends pas comment tu fais pour écrire des scènes aussi romantiques, aussi belles sans tomber dans le pathos, la guimauve et le deja vu! Cette scène ou ils découvrent qui ils sont aurait pu être tellement dramatique ! Même dans le film elle est too much x) là c'est juste simple et magnifique...
    "

    Hihi trop cool que ça te plaise ♥
    J'hésitais un peu à faire vivre "Roméo" et "Juliette" puis je me suis dis que c'était un peu frustrant quand même de pas avoir leur point de vu dans l'histoire donc j'ai pensé aux "extras" qui ne sont pas vraiment des chapitres mais permettent quand même d'en connaitre un peu plus sur eux. Vu que les chapitres sont dans un point de vu interne, je ne pouvais vraiment pas expliquer leur relation du coup. Donc bref, la meuf qui se justifie trop alors qu'on lui a rien demandé xD
    Contente que ça te plaise, c'est sûr que Zayn / Perrie sera un peu plus romantique que Louis / Harry car ils ne vont pas vivre la même histoire mais c'est cool si ce n'est pas niais pour autant pour les premiers car je n'aime pas les trucs cul-cul !
    J'ai hâte de suivre ton avis sur le reste de la fiction ♥

Report abuse