Chapitre quatre.

 
 
Chapitre quatre.

 

 
Louis
 
 
            Je ne sais pas ce que je fous là. Je ne sais pas pourquoi. Je ne sais pas comment. Je regarde Styles. Ses iris vertes me fixent, attendant probablement une approbation de ma part.
 
_Maintenant qu'on a fait tout ce chemin, on peut peut-être entrer, je propose en riant.
 
Il sourit. Attrape ma main. Nos doigts se lient. On entre dans la boite privatisée pour l'anniversaire de .. De je ne sais plus qui. Une pote à lui. C'est tout ce que j'ai compris. Il m'a promis que sa famille n'y serait pas. Principalement parce qu'ils la détestent tous. Cette fille.
 
_Si tu t'ennuies, dis le moi, murmure Styles lorsqu'on pénètre dans la pièce.
 
La musique est littéralement crachée dans les hauts parleurs. La jeunesse dorée londonienne se trémousse sur du zouk à deux balles. Je déteste déjà cette soirée. Mais j'ai promis à Styles. Alors je le supporterai.
 
_Ça va aller, je rétorque.
_Faut que je te présente mes potes.
_Tu en as ? Je me moque.
_Bah.. Que Kendall, en faite, il rigole, Et son copain aussi. Il est sympa.
 
Je ne suis pas sûr d'apprécier sa bande de potes. Principalement parce qu'il m'a avoué que c'était avec eux qu'il avait commencé à se droguer.
Mais je ne dis rien. Ça lui faisait plaisir que je l'accompagne. Parce que c'est la première fois qu'on fait un truc de vrai couple, je veux dire, sortir ensemble, sans se cacher.
Sa main attrape de nouveau la mienne et il nous emmène à travers la foule. Il a l'air de savoir où il va. Alors je le suis, sans broncher. Je me contente de regarder autour de moi, m'assurer que je ne connais personne. De toute façon, les gens ont l'air déjà trop bourrés pour capter ma présence.
Styles s'arrête finalement à une table. Je repère une belle brune en train de siroter un cocktail. Et, à son allure de princesse débauchée, je devine qu'elle est l'organisatrice de la soirée.
 
_Kendall, se présente-t-elle en me tendant sa main, Ravie de te rencontrer.
_De même, je mens.
 
Parce qu'en vrai, je m'en fous de cette fille. Elle a déjà les yeux défoncés et il n'est que vingt deux heures. Ça ne m'étonne pas que Styles ait mal fini avec ce genre de potes.
 
_Matt, se présente à son tour un gars aux cheveux rasés, Son mec.
 
Il précise ça comme si j'allais la lui piquer. Alors que même si j'étais hétéro, ça ne me viendrait pas à l'esprit.
 
_Et lui c'est le mien, précise Styles un sourire en coin.
_Oh.. Se radoucit aussitôt le type rasé, Vous vous joignez à nous ?
 
Je réponds « oui » en pensant qu'il nous propose de nous installer à sa table. Mais le regard choqué d'Harry me fait penser que j'ai du mal comprendre la question. Et, en effet, en reportant mon regard vers ce qu'il me montre – de la coke étalée en une fine rangée blanche – je marque un temps d'arrêt.
 
_Allez ! Pouffe Kendall, C'est mon anniversaire ! Ne faites pas les rabats joie !
 
Je lance un coup d'½il circulaire autour de moi. Et ça me pète à la gueule. Parce qu'ils ne sont pas bourrés. Ils sont défoncés. Juste défoncés. Comme si c'était normale. Comme si c'était la norme pour s'amuser. Comme si tout redeviendrait comme avant demain matin. Comme si c'était juste pour une nuit. Juste pour oublier. Juste pour s'évader. Juste pour s'amuser.
Et, à cet instant, je me surprend réellement à me demander si ça va me tuer ? Un peu de poudre blanche.
 
_C'est ton genre de soirée, alors ? J'interroge Styles en me retournant vers lui.
_Ouais, répond-t-il sincèrement, C'est ça... Mon genre.
 
Je ne trouve rien à répondre. Parce que je ne suis pas mieux. L'alcool. La drogue. C'est une addiction comme une autre. Et puis on est jeunes, merde.
 
_Alors.. Je murmure, Montre moi.
_T'es sérieux ? Souffle-t-il estomaqué.
_Je veux.. Être dans ta tête. Juste une soirée.
 
Il sourit avant d'écraser ses lèvres sur les miennes. J'ai un mouvement de recul. Parce que c'est la première fois qu'on s'embrasse en public.
 
_Oh excuse moi, je m'empourpre lorsqu'il se recule, un air vexé sur le visage, Excuse moi.. Je n'ai pas l'habitude. Je suis-
_Ce n'est pas grave, me coupe-t-il.
_Non, j'insiste, Embrasse-moi.
 
Et, avant qu'il ne le fasse, j'attrape son visage entre mes mains pour reprendre là où je l'avais arrêté. Ses lèvres sont encore humides. Je glisse ma langue jusqu'à la sienne et mon ventre se tord de plaisir. Putain. Comme ça fait du bien de l'embrasser comme ça. En public. En se foutant des gens. En se foutant du monde. Mes mains glissent jusqu'à sa taille. Je le colle à moi. Il sourit contre mes lèvres et, moi, je n'arrive plus à m'arrêter. Parce que c'est tellement bon, c'est tellement ce dont j'ai besoin. Mes lèvres se font plus oppressantes. Nos langues jouent ensemble. Et je réalise que j'ai putain envie de lui.
 
_Euh.. Ça va, on ne vous dérange pas ?
 
Je m'arrête. Me rappelant brusquement de l'endroit où on est. Je me recule, gêné, tandis que Kendall et son copain pouffent de rire.
 
_Des animaux, je vous jure, commente-t-elle en nous regardant nous installer à leur table, Allez sniffez un peu, ça va vous calmer.
 
Je regarde Styles du coin de l'½il et il murmure discrètement :
 
_On n'est pas obligés.
_Je veux essayer. Montre moi.
_Ok.
 
Il ne se fait pas vraiment prier. Je suppose qu'il en a terriblement envie. Comme si on me mettait un verre d'alcool sous le nez en me disant de le regarder.
Styles s'approche de la table. Il a roulé un billet entre ses doigts. Il sniffe le rail d'un seul coup. Et ça à l'air tellement facile, vu comme ça, tellement inoffensif. Il relève brusquement la tête en reniflant puis il essuie son nez. Quelques grains de poudres tombent sur son slim noir. Il me tend son billet. Il a déjà un sourire niais sur le visage. Comme le drogué qui vient de recevoir sa dose. Et j'ai l'impression que tout ça est de ma faute.
Et là, tout de suite, je ne sais plus ce que je fais. Je ne sais pas pourquoi je cherche à l'impressionner comme ça, pourquoi je prétends que ce n'est pas si grave, pourquoi je veux faire comme lui. Je ne sais pas. Je ne sais plus. Sur le coup, ça avait l'air d'être une bonne idée. Maintenant, on dirait une blague qui va mal tourner. On dirait une blague carambar. On sait que la fin ne va faire marrer personne.. Mais on la lit quand même. Parce qu'on ne sait jamais.
Alors j'attrape le billet roulé et je sniffe un rail en entier à mon tour. Ça brûle d'un seul coup. Pas que mon nez mais tout mon être. C'est violent. Hyper violent. Je retombe sur le sofa. Je soupire et renifle en même temps. Styles se précipite sur moi. Il essuie la poudre sur mon nez. Il rit. Il m'embrasse. Moi, je perds toute notion. Je laisse la drogue s'infiltrer dans mon corps. C'est étrange, toutes ces nouvelles sensations.
 
_Alors ? Interroge-t-il à mon oreille.
_J'oublie, je murmure.
 
Il sourit et j'ajoute :
 
_Comme toi.
 
On s'embrasse. Je ne sais pas qui initie le geste mais, pour la première fois, je nous sens totalement à égalité. C'est naturel, comme baiser. Ça traduit juste à quel point on en a envie. Et c'est doux, aussi. J'ai l'impression de fondre. Harry est monté sur mes cuisses. Mes mains sont dans son dos. Je caresse sa peau, sous son tee-shirt. Il souffle contre mes lèvres. On suffoque, tous les deux. On vit, en faite. Nos torses se frottent l'un contre l'autre. Je gémis, faiblement. Parce qu'il se sépare de moi.
 
_Viens, on va danser, chuchote-t-il.
_Non, je veux rester là.
_Viens danser, il insiste, Je veux danser.
_Je ne sais pas danser.
_S'il te plaît, ronronne-t-il à mon oreille.
 
Je faiblis. Ouais, je faiblis. Je suis trop défoncé pour lui refuser. Non, je suis trop amoureux, en faite. Je n'arrive plus. Dire non. Me raisonner. Je n'arrive plus.
Je me relève, en titubant. Il m'emmène avec lui. Je trébuche. Son corps se colle à moi. C'est insoutenable. Le sentir se frotter ainsi. Je me met à trembler tout en le serrant dans mes bras. Il râle parce qu'il ne peut pas danser et je lui dis que je m'en fous. Alors il rit et, sans comprendre comment ça arrive, je me retrouve plaqué contre un mur de la boite. Styles est partout sur moi. Et j'ai envie de pleurer de désir et de frustration à la fois. Parce qu'on n'est pas seuls. Parce qu'on n'est pas nus.
 
_Arrêtes, je grince, Je vais devenir fou.
_J'ai envie de toi.
_Tu crois que je ne le sens pas ?! J'interroge alors qu'il frotte son bassin contre le mien.
 
Il se met à rire. Je le trouve tellement beau. Défoncé comme ça. Je n'ai plus l'image du gamin suicidaire qui cherche à passer le temps. Je ne sais pas. Il est juste.. Trop beau, trop irréel, trop splendide, pour que je m'inquiète de son état... Ou même du mien.
Je glisse mes mains dans les poches arrières de son jean, j'accentue ses mouvements de bassin. Et j'ai terriblement chaud, tout d'un coup.
 
_On retourne danser ? Propose Styles.
 
Je vais littéralement le tuer. Et je comprends qu'il le fait exprès. Il me chauffe et me laisse en plan pour toutes ces fois où j'ai refusé de lui faire l'amour. Et, putain, c'que je m'en veux maintenant.
 
_T'es un sale con, je pouffe.
_Je sais.
 
Il m'embrasse du bout des lèvres puis s'éloigne complètement de moi. J'ai l'impression qu'on m'enlève ma bouée en plein naufrage. Il rit et disparaît dans la foule. Moi, je reste contre mon mur. J'ai peur de m'écrouler par terre si je bouge. J'ai peur de tout faire disparaître. Cette sensation de plénitude. Ce bonheur incroyable. Je plane complètement. Et je comprends, putain, pourquoi il en prend.
Le mec de Kendall finit par me rejoindre. Il me tend une bière. Je l'accepte. Je réalise que je mourrais de soif. J'avale presque la moitié en une gorgée.
 
_Ouah, souffle Matt, T'as une descente rapide.
_L'habitude.
_Alors t'es le mec d'Harry ?
_Ouaip.
_Il n'est pas trop chiant ?
_Si, je confirme, Tellement.
 
On rit tous les deux, affalés contre le mur.
 
_Je ne pose même pas la question pour Kendall, j'ajoute finalement après une gorgée de ma bière.
_Oh non, rit-il, Elle est pire que tout. Une vraie diva. Insupportable.
_Qu'est ce qu'on fout avec eux ? J'interroge.
_On est barges, il répond, Probablement autant qu'eux.
 
Je souris, sans commenter, puis finit par les repérer au milieu de la piste. Ils dansent tous les deux. Comme si le monde extérieur n'existait pas. Alors je me tourne vers Matt et lui propose d'aller boire un autre verre au bar.
Le reste de la soirée devient flou. Je crois que j'ai dansé à un moment. Je ne sais plus avec qui. Je me rappelle juste du visage furieux d'Harry qui est apparu à moi. Il m'a tiré vers lui et engueulé devant tout le monde. Il m'a dit que j'avais pas le droit de danser avec quelqu'un d'autre. Que j'avais pas le droit de regarder quelqu'un d'autre. Que j'avais pas le droit d'être aussi sexy en étant défoncé aussi, je crois. Je me souviens juste avoir rigolé. Puis il a voulu partir. Je l'ai suivi. On a marché, longtemps, avec Kendall et Matt. Eux aussi ils ont voulu fuir leur propre soirée, apparemment. 
Le vent frais m'a remis les idées en place. Je me sens un peu mieux. On vient d'arriver à l'appartement de Kendall. La main d'Harry est liée à la mienne. On monte jusqu'à chez elle. Elle est en train de chanter dans les escaliers. Je ne reconnais même pas la chanson tellement ça sonne faux. Son copain rigole. Harry l'interrompt toutes les cinq minutes pour lui dire qu'elle se trompe sur les paroles. Et moi, je plane, encore et toujours. Je crois que si Harry ne me tenait pas, je me serais déjà écroulé dans les escaliers. En faite, je vis la scène avec l'impression de ne pas y être. Comme si je les regardais derrière un écran de télévision.
Je rate une marche et manque de peu de m'écrouler. Harry me retient. Kendall explose de rire et Matt lui dit de fermer sa gueule. Et moi je continue de ne rien comprendre.
On débarque finalement dans le salon. La princesse s'écroule dans son canapé tandis que son copain branche sa musique.
Je me sens entraîné dans un couloir et je me retrouve dans la salle de bain. La lumière éblouit la pièce et je cligne des yeux.
 
_Faut que je te fasse prendre une douche.
_Je peux me débrouiller tout seul.
 
Je ne sais même pas comment les mots sont sortis de ma bouche. Faut croire que je conserve un semblant de dignité dans n'importe quelle situation.
 
_D'accord, répond Styles en déposant un baiser sur mon front, Appelle moi si tu as besoin.
 
Puis il s'en va. Je l'entends rejoindre Kendall et rire à une de ses blagues. Je crois qu'il est encore défoncé. Moi je dois être dans la période de redescente, je ne sais pas, en tout cas, on n'est plus dans le même délire. Et puis, j'imagine qu'il a dû reprendre des rails quand j'avais le dos tourné. Ça m'étonnerait à peine parce que ses pupilles sont putain de dilatées.
Je me déshabille puis plonge sous le jet d'eau froide. Mes sens reviennent peu à peu. C'est agréable. Ma tête tourne moins et j'ai enfin l'impression de reprendre le contrôle. Je ne sais pas combien de temps je reste ainsi. Simplement sous l'eau. Jusqu'à retrouver complètement mes esprits. Parce que quand je sors enfin de là, je me sens beaucoup mieux. J'enfile mes vêtements. Laisse mes cheveux mouillés pour sentir l'eau froide couler le long de ma nuque. Je trouve ça agréable. Je sors de la pièce. La musique résonne toujours à fond dans le salon. Je les rejoins.
Kendall est en sous-vêtement. Elle se trémousse sur la table du salon pendant que son copain est en train de la filmer. Harry lui boit une bière sur le canapé en beuglant les paroles de la chanson qui passe à la radio, en désharmonie totale avec sa meilleure amie.
 
_Hey, je murmure en le rejoignant.
 
Il sursaute, se retourne vers moi.
 
_Putain enfin ! Tu vas mieux ?
_Ouais.
_Mais qui voilà de retour ! S'exclame Kendall en sautant de la table pour me rejoindre, Lou Lou ! Ça se fête, non ?
_Tu as assez bu je crois.
_Je ne parlais pas de boire, rétorque-t-elle en se dirigeant vers son sac.
 
Puis elle en sort un paquet de poudre blanche avant de s'exclamer joyeuse :
 
_Un dernier pour la route ?
_Pas pour moi, je rétorque de suite.
_Oh quel relou ton copain, soupire-t-elle en se retournant vers Harry, Tu me suis ?
 
Je le vois hésiter. Il se retourne vers moi. Je n'ai pas envie de jouer au papa poule. Il sait ce qu'il fait.
 
_Fais comme tu veux, je réponds à sa question silencieuse.
 
Il sourit et se retourne vers la table. Et ça m'énerve, en faite. Alors je préfère partir. Je m'éloigne sans rien dire et part explorer son appartement. C'est grand mais vide. Comme sa vie, je suppose. Je regarde les tableaux de famille. Les faux sourire. Les étreintes sur-jouées. Et je pense à la mienne, de famille. Je réalise qu'on est tous un peu pareil, dans ce milieu. Tous un peu creux. Tous un peu malheureux. Alors on fait semblant. C'est facile. Le temps d'une photo.
Un bruit sourd résonne derrière moi. Et un cri. Son cri. Je cours jusqu'au salon. Mon c½ur à l'arrêt. Kendall est écroulée sur le sol. Totalement inconsciente. Son copain hurle. Il fait tomber sa bouteille de bière qui s'écroule sur le carrelage. Le liquide coule jusqu'à elle. Elle ne bouge pas. La bière dans sa longue chevelure brune. Et j'ai l'impression que le monde vient de s'arrêter. Pour moi. Pour Harry. Pour Matt. Et pour elle, surtout.
 
 
 
 
_KENDALL !!! Hurle Matt en se jetant sur elle, les larmes ruisselant le long de ses joues.
 
Je reporte mon regard vers Harry. Il est tétanisé. En état de choc complet. Je ne suis même pas sûr qu'il pense à respirer.
 
_NON ! Continue à beugler Matt, NON RÉVEILLE TOI PUTAIN ! JE T'EN PRIE ! NON ! ME FAIS PAS CA ! RÉVEILLE TOI BÉBÉ ! JE T'EN PRIE ! NON ! 
 
Et moi aussi faut que je me réveille. Je suis le plus conscient de nous trois. Je dois me réveiller. Je dois agir. Je dois prendre mon putain de courage à deux mains, bordel.
 
_Pousse toi ! Je hurle à Matt en le tirant en arrière.
 
Il tombe. Il s'écroule. Il pleure. Des larmes de désespoir. 
 
_Kendall ? J'interroge, Hey, tu m'entends ?
 
Elle ne répond pas, bien-sûr. Totalement inconsciente. Et l'évidence me frappe. Clairement. Douloureusement. C'est une overdose. Elle vient de faire un arrêt cardiaque.
J'entends Matt qui continue à gueuler derrière, Styles qui ne donne toujours aucun signe de vie. Je vérifie son pouls. Il est quasi inexistant.
 
_AMBULANCE ! Je hurle, Appelez une ambulance !
 
Matt se relève. Il tremble mais parvient à attraper son téléphone. Moi, je bascule la tête de Kendall, je soulève son menton. Je tente de reproduire les gestes que j'ai appris. C'était il y a longtemps. Je ne suis plus très sûr de ce que je fais. Je souffle dans sa bouche, observe sa poitrine se soulever. J'entends Matt pleurer dans le téléphone. Il n'arrive pas à aligner deux mots cohérents.
 
_Styles ! Prends le téléphone !
 
Il ne réagit pas, les yeux dans le vide.
 
_Putain Styles ! Le téléphone ! Donne les informations !
 
Aucun signe de vie. Les yeux dans le vide. Figé dans la peur. 
 
_HARRY !
 
 
 
 
 
 
Harry
 
 
                Je me réveille d'un seul coup. Mon prénom résonne dans la pièce. Mes mains se mettent à trembler, tout mon corps, en faite. Quand je réalise que celui de Kendall gît sur le sol. Je l'ai vu s'écrouler devant moi. Je l'ai vu renifler cette merde et se raidir brutalement, tomber, blanche et sans vie. J'ai tout vu. Je n'ai rien fais. Et je suis là, comme un con, à regarder Tomlinson lui sauver la vie.
 
_Harry putain ! Il répète, Prends le téléphone je t'en prie !
 
Comme un automate, je me dirige vers Matt. Je lui prends le téléphone des mains sans rien comprendre. Comme si je m'étais enfermé dans une bulle pour ne rien ressentir. Je réponds à toutes les questions des ambulanciers. Mon nom, l'adresse, les drogues, les doses, l'alcool. Je sais tout. Normal. J'ai pris les mêmes choses, ça pourrait être moi, sur ce sol.
Je réponds à tout. Sans aucun sentiment. Je suis vide, complètement vide. Je reste au téléphone pendant qu'on essaie de me rassurer. Mais ça ne sert à rien. Je ne suis pas inquiet. Je n'ai pas peur. J'ai juste rien. Un vide immense dans l'estomac, dans la tête, dans le c½ur. Je ne veux pas me réveiller. Je veux rester comme ça.
Je vois que Tomlinson s'épuise avec le bouche à bouche. Et je ne fais rien. Je répète bêtement ce qu'on me dit au téléphone. Qu'ils vont arriver. Dans dix minutes. Dans cinq minutes. Continuez comme ça, c'est bien, ça va aller. Personne ne m'écoute. Personne ne me croit, probablement. Parce que ça ne va pas aller. Une overdose, ça ne va jamais, n'est ce pas ?
Matt s'est calmé, il tient la main de Kendall. Je dis qu'ils sont là dans deux minutes. Ne paniquez pas. Ils arrivent. Tomlinson se relève. Il regarde Matt, lui demande si il sait faire le bouche à bouche. Il répond oui, lui donne sa place. Je ne comprends pas pourquoi. Il se relève, tout doucement, il se rapproche de moi. Un air inquiet dans les yeux. Je demande deux secondes à mon interlocuteur.
 
_Qu'est ce qui se passe ? Je murmure.
_Je dois partir.
 
Ça me frappe dans l'estomac, d'un seul coup, je reste sans voix.
 
_Je.. Reprends Tomlinson mal à l'aise, Va y avoir les flics, les pompiers. On ne peut pas.. Les gens ne peuvent pas le découvrir comme ça. Pour nous deux.
_Non, je souffle, comprenant enfin où il veut en venir, Non, non, non, tu ne peux pas me laisser, NON !
 
J'entends dans le téléphone qu'on me demande si ça va et j'ai bien envie de répondre non à cette connasse mais Tomlinson ne m'en laisse pas le temps.
 
_Harry, les secours vont arriver, tout va bien se passer.
_NON !
_Tu diras que c'est Matt qui a fait le bouche à bouche. Tout va bien se passer.
_NON !
_Écoute moi.
_NON, NON, NON, je répète, les larmes au bord des yeux.
 
Parce que ça arrive, tout d'un coup, la réalité. La violence de tout ce qui vient de se passer m'éclate à la gueule. Kendall est en train de crever sous mes yeux. Et j'ai putain de mal de tout ça. Et je ne veux pas qu'il parte.
 
_Je t'en supplie, je chiale, Pars pas.
_Appelle Gemma.
_Non, non ! Putain, non ! Pars pas ! Je répète, J'ai besoin de toi, j'ai peur, je ne peux pas, je t'en prie, non !
 
Tomlinson a les yeux embués de larmes. Je vois bien que ça le tue de me laisser tout seul. Alors j'en profite :
 
_On s'en fout de nos familles ! On s'en fout de ce qu'ils vont dire ! Au moins, ils seront au courant ! Je t'en prie, ne me laisse pas, je ne peux pas !
_Haz, murmure-t-il, Je dois partir. Je suis désolé, je-
 
Mon c½ur se met à palpiter dans ma poitrine. Ça fait mal. Ça se serre si douloureusement. Mes larmes coulent et j'ai envie de crever moi aussi, pour ne plus ressentir tout ça. Ma respiration s'accélère et je continue de répéter :
 
_Non, non, je t'en prie, non, s'il te plaît, non, non..
_Arrêtes, mon c½ur, me coupe-t-il en attrapant mes joues tremblantes, Écoutes-moi. Ne panique pas. 
_Mais je-
_Les secours sont là. En bas de l'immeuble. Je disparais et ils vont être là. Ça ne va durer que deux secondes. Deux secondes. Je te jure. Tu ne seras pas tout seul. Je te le promets.
_J'ai besoin de toi.
 
Il pose son front contre le mien. Ça lui fait mal autant qu'à moi, je crois.
 
_Si nos familles le découvrent maintenant, c'est fini. Tu le sais autant que moi.
 
Oui, je le sais.
 
_Appelle Gemma, reprend-t-il, Elle va s'occuper de toi.
 
Je hoche faiblement de la tête. Je ne sais pas comment il a réussi à me convaincre. Je m'en fous tellement de tout à cet instant. J'ai juste besoin de lui.
 
_Deux secondes, il répète, Ne dis pas que j'étais là.
_D'accord.
 
Il presse ses lèvres contre les miennes, fermement, comme pour me dire qu'il sera là. Après. Même si j'ignore ce qu'il y aura après toute cette merde. Ses lèvres quittent les miennes. Il n'est plus là. Je me sens vide. Perdu. Mais je me dis que je n'ai pas le droit de ne penser qu'à moi. Que ma meilleure amie a besoin d'aide.
Alors je reprends le téléphone. On me dit que les secours sont en bas, que je dois leur ouvrir. Je cours jusqu'à la porte, appuie sur l'interrupteur. Puis tout se passe très vite. Ils arrivent dans l'appartement, prennent la place de Matt, font tout un tas de trucs bizarre. On m'interroge, Matt aussi. La police arrive. Tout se passe comme si je n'étais pas vraiment là. Je monte dans l'ambulance. On nous emmène tous les trois à l'hôpital. Je crois que Kendall respire. Je crois qu'ils m'ont dit qu'elle s'en sortira. Mais c'est sur moi que j'ai un doute. Que je m'en sortirai. Je me sens tellement paumé. Perdu et-
 
_Harry !
 
Je sursaute. Gemma court vers moi, dans l'hôpital. Je ne l'ai pas appelé. Enfin, je ne crois pas. Je ne sais plus. Elle me serre dans ses bras. Je m'offre le droit de pleurer encore une fois. Puisque je ne suis bon qu'à ça de toute façon. Elle pleure aussi. Je crois qu'elle réalise à quel point son frère est une merde qui laisse ses meilleurs amis crever d'une overdose.
Elle me murmure qu'elle a tout arrangé avec les flics, les ambulanciers. Elle me dit que Kendall va s'en sortir mais qu'elle a besoin de repos. Qu'il faut que je rentre, avec elle. J'acquiesce à tout ce qu'elle me dit. Je ne suis pas capable de protester de toute façon. Alors on rentre, en silence. Elle n'ose rien me dire. Sur la drogue. Sur Kendall. Sur ma sale gueule de débauché.
On arrive à la maison. Y a pas un bruit. Pas une lumière. Je suppose qu'elle n'en a parlé à personne. Même si je sais que mes parents seront au courant demain matin. La police a laissé un message sur leur répondeur tout à l'heure. Mais je préfère ne pas y penser maintenant.
Je me dirige vers ma chambre et elle me suit. Si je n'étais pas aussi anéanti je crois que j'aurais eu la force de sourire au moment où elle s'est blottie dans le lit avec moi. Je l'ai regardé et elle m'a souri. Comme pour me dire que tout va bien.
 
_Comment tu as su ?
 
Ce sont les premiers mots que je lui sors depuis qu'elle m'a retrouvé.
 
_Ton copain, murmure-t-elle.
 
Et j'arrive à sourire, malgré toute l'ironie et la cruauté de la situation.
 
_D'ailleurs, il serait peut-être temps que tu me donnes son nom, hein ? Continue Gemma en glissant une main dans mes cheveux.
_Pourquoi ?
_Je ne sais pas. Pour qu'il existe.
_Louis.
 
Elle s'arrête. Une seconde. Deux secondes. Trois secondes.
 
_Oh putain ! S'exclame-t-elle en riant, T'es sérieux ? Tu ne pouvais pas choisir un autre prénom ?
_Ce n'est qu'un nom, je souffle.
_Prénom, rectifie-t-elle aussitôt.
 
Je ne réponds pas, me contentant de fermer les yeux. Je sais que ce n'est pas une révélation. Que je me cache derrière des mots. Mais j'ai l'impression de le lui avoir avoué à moitié. Et ça me fait du bien. Parce que je crois que si elle le voulait vraiment, elle aurait compris.
 
_Merci, je murmure, D'être venue.
_Bien-sûr Haz. Je serais toujours là pour toi.
 
 
 
Chapitre quatre.
 
 
✉ SMS de « WTF » à « Mec d'Harry »
05h10. Il va bien. Il dort.
 
✉ SMS de « Mec d'Harry » à « WTF »
05h10. Tant mieux. Désolé de ne pas avoir pu être là. Je t'ai contacté dès que j'ai su. Je ne pouvais vraiment pas venir. Je n'étais pas sur Londres.
 
✉ SMS de « WTF » à « L »
05h12. Merci.
 
 
____________________
 
 J'espère que ce nouveau chapitre vous a plu, 
Je sais que ce n'est pas très réaliste car il se passe des merdes dans chaque foutue chapitre,
mais c'est ce qui rend l'histoire intéressante, non ? :p
.
J'en profite pour vous dire que Running Up est en concours tous le mois de février ici :
Vous avez le droit à un vote par jour  !
Et gros MERCI à toutes celles qui ont déjà voté, pour l'instant, je suis en tête :D
XX


 
 

Tags : #RunUpfic - #Acte3

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.196.135.90) if someone makes a complaint.

Comments :

  • PrettyLittleBlog-3

    09/11/2016

    C'est celui de la chanson du chapitre

  • PrettyLittleBlog-3

    09/11/2016

    excuse moi mais se lien est mort : http://www.skyrock.com/r?url=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3D4Mi10ujLq3M

  • RunningUp

    26/01/2016

    Mend wrote: "Hiiiii,

    Omgggg merveilleux chapitre. Louis qui se recule du baiser et qui après se reprend ! Harry jaloux sur la piste hahaha, ettttttttt la fin quand Harry a dit 'louis' j'ai retenu mon souffle, magique haha !!

    Bisous, x
    "

    hihi merci ! ton commentaire m'a donné envie de relire ce chapitre, car il y en a que je connais par coeur, mais celui ci faisait parti de ceux que j'avais complètement zappé ! ahah donc merci à toi ♥

  • Mend

    24/01/2016

    Hiiiii,

    Omgggg merveilleux chapitre. Louis qui se recule du baiser et qui après se reprend ! Harry jaloux sur la piste hahaha, ettttttttt la fin quand Harry a dit 'louis' j'ai retenu mon souffle, magique haha !!

    Bisous, x

  • RunningUp

    26/05/2015

    ContinuingToHope wrote: "Wow. Wow. Wow. Wow. Louis avait raison, "on dirait une blague qui va mal tourner". Je me doutais qu'il se passerait quelque chose dans se genre mais wow. Le pire c'est quand Harry a dit que son copain s'appelait Louis à Gemma. J'ai cru qu'elle allait comprendre, tout, et que ça éclaterait. Mais non. Tant mieux parce que je pense que je ne suis pas prête émotionnellement pour ça haha. Bref ce chapitre était super, on change pas les bonne habitudes.
    All the love. ♥
    "

    merci encore ♥

  • ContinuingToHope

    26/05/2015

    Wow. Wow. Wow. Wow. Louis avait raison, "on dirait une blague qui va mal tourner". Je me doutais qu'il se passerait quelque chose dans se genre mais wow. Le pire c'est quand Harry a dit que son copain s'appelait Louis à Gemma. J'ai cru qu'elle allait comprendre, tout, et que ça éclaterait. Mais non. Tant mieux parce que je pense que je ne suis pas prête émotionnellement pour ça haha. Bref ce chapitre était super, on change pas les bonne habitudes.
    All the love. ♥

  • ThugLifeIsNotLasting

    06/03/2015

    Oh wow. J'ai cru que Gemma allait comprendre, mais non. Enfin je pense qu'elle n'est pas débile, qu'elle a compris, mais qu'elle se voile la face. Qu'elle aura la même réaction que Perrie quand elle découvrira que c'est vraiment vrai. Qu'ils sont ensemble.
    Bon, je sens aussi qu'Harry va péter un câble quand il saura que Louis a prévu de tabasser le mec qui l'a violé, mais d'un côté je pense qu'il sera content, au fond de lui. J'sais pas.
    J'espère que Kendall va bien ...

  • RunningUp

    06/03/2015

    heyfifou wrote: "Louis est finalement allé à la soirée de Kendall et ils ont agit comme un couple sans barriere quand Kendall fait l'overdose Harry comprends que Louis voudrait reste mais il ne peut pas comme Louis se soucie tellement de Harry oui il en est amoureux , il a meme appelé Gemma pour s'assurer qu'il allait bien ! Comme dit Harry si elle avait vraiment voulu comprendre elle l'aurait fait"

    oui tu as raison mais je crois que ça lui semble tellement surréaliste que l'idée ne lui effleure même pas l'esprit !

  • heyfifou

    05/03/2015

    Louis est finalement allé à la soirée de Kendall et ils ont agit comme un couple sans barriere quand Kendall fait l'overdose Harry comprends que Louis voudrait reste mais il ne peut pas comme Louis se soucie tellement de Harry oui il en est amoureux , il a meme appelé Gemma pour s'assurer qu'il allait bien ! Comme dit Harry si elle avait vraiment voulu comprendre elle l'aurait fait

  • Belieber-and-Lovatic

    14/02/2015

    j'espère vraiment que tu le feras ! :)

Report abuse