Extra deux.

 
 
 


 
 
 
Zayn
 
 
         La porte de ma chambre s'ouvre brusquement, me faisant presque frôler la crise cardiaque. La lumière vive du couloir s'infiltre dans la pièce. Par réflexe, j'attrape ma couverture et la remonte jusqu'à mon visage pour échapper à cette torture. Encore endormi, je m'entends simplement grincer un « putain » mais les cris de ma mère couvrent rapidement mes lamentations.
 
_Réveille toi Zayn ! Dépêches-toi !
 
J'entends la panique dans sa voix. La détresse. La haine. La peur. L'angoisse. J'entends tout ça d'un seul coup et le réveil en devient encore plus douloureux.
Je retire brusquement ma couverture, me relevant du lit en un bond. Et elle est là. Ma mère. Au milieu de la pièce. Les larmes recouvrent ses joues tremblantes. Elle ouvre mon placard. Tente d'en extraire des vêtements. Mais il fait sombre dans la pièce et elle ne semble pas trouver ce dont elle a besoin.
 
_Maman, je murmure, tremblant, Qu'est ce que tu cherches ?
_Tes vêtements ! Elle s'écrie, Tu dois t'habiller ! Vite !
_Mais qu'est ce qui se passe ?
 
Mon c½ur s'emballe. S'emballe si fort qu'il recouvre presque tous les sons de la pièce, de manière à ce que je n'entende pas la réponse probablement. Parce que je n'ai pas envie de l'entendre, je crois.
Ma mère finit par sortir un pull du placard. Elle me le balance à la figure et je l'enfile sans réfléchir. Je porte un jogging de pyjama. Je me dis que le reste fera l'affaire.
Je sors de mon lit en un bond, rejoignant ma mère au milieu de la pièce. Elle pleure encore même si je vois bien qu'elle tente d'être forte. Mais elle a peur. Je lis dans ses yeux à quel point elle a peur. Alors je n'arrive pas à m'en empêcher. Les mots sortent de mes lèvres même si je sais que j'aurais dû la rassurer.
 
_Maman, j'ai peur.
 
Elle ouvre ses bras brusquement, me serrant contre elle de toutes ses forces.
 
_J'en peux plus Zayn, elle murmure, la gorge nouée, J'en peux plus.
_Qu'est ce qui s'est passé ?
_Stan est à l'hôpital.
 
Je frissonne. Pourtant, à l'intérieur, bien profondément, je le savais déjà. Je le savais à partir du moment où elle est entrée dans ma chambre en plein milieu de la nuit. 
 
_Les Styles ? Je demande, ce qui est pourtant évident depuis le début.
_J'en peux plus, elle répète, simplement.
 
Je resserre mon étreinte, frottant son dos énergiquement alors que je sens ses larmes couler dans mon cou.
 
_Il va bien ? Je tente.
_Coma.
 
J'avale ma salive, serrant ma mère un peu plus fort contre moi. Parce que, moi aussi, j'en peux plus de tout ça.
 
_Dan et Helen sont déjà partis pour l'hôpital, enchaîne-t-elle en se reculant de mon étreinte, essuyant ses joues au passage, Tu peux réveiller ta s½ur ? Jackson est en train de préparer la voiture.
_Isaac ? Je murmure, la voix tremblante.
_Il est déjà à l'hôpital, il était avec Stan.
_Il va bien ? Je m'assure.
 
Elle sourit doucement, hochant de la tête, l'air de dire qu'il n'a rien physiquement. Mais on le connaît assez pour savoir qu'il est complètement ravagé à l'intérieur.
 
_Ok je vais chercher Waliyha, je reprends, prétendant contrôler un minimum la situation.
_Bien, murmure ma mère en venant déposer un baiser sur mon front.
 
Elle sort de ma chambre, rejoignant le salon où j'entends Jackson insulter la terre entière. Moi, je me précipite dans la chambre de ma petite-soeur. Elle dort. Profondément. Comme une gamine de dix ans. Et ça me tue de la réveiller pour lui annoncer à quel point sa famille ne la mérite pas. A quel point on craint. A quel point on n'est pas foutu de lui construire un avenir heureux, juste un putain de futur qui ne rimerait pas avec « vengeance ».
Je m'assois doucement sur le bord du lit, passant une main dans ses cheveux ébènes.
 
_Waliyha ? Je murmure, doucement.
 
Elle ne réagit pas. Je passe une main sur sa joue. Haïssant le fait que je vais détruire le calme dans lequel elle est plongée.
 
_Waliyha, ma puce, réveilles-toi.
 
Ma s½ur ouvre doucement les yeux, les paupières lourdes. Elle grommelle alors je répète doucement son prénom, tout en lui caressant les cheveux. Peu à peu, elle finit par réaliser ma présence et elle se retourne vers moi. Une petite voix timide s'échappe de ses lèvres :
 
_C'est l'école ?
_Non chérie, pas encore.
_Pourquoi tu me réveilles ?
 
J'avais prévu un discours dans ma tête, j'avais prévu une façon de le dire, j'avais prévu d'y aller en douceur. Mais je me suis pris une claque dans la gueule. Parce qu'elle s'est relevée doucement du lit, qu'elle a posé une main sur ma jambe tremblante, et qu'elle m'a demandé d'une voix assurée :
 
_Qu'est ce qu'ils ont encore fait ?
 
Elle a dix ans. Dix ans et ce regard. Je ne l'oublierai jamais. Ce regard assassin. Ce regard qui crie au monde entier : on se vengera, ceci ne restera pas impuni, parce que nous sommes des Tomlinson. Et j'ai tellement peur à cet instant. Peur de voir ce regard dans les yeux de ma petite s½ur. Alors j'explose en sanglot, devant elle.
Ma s½ur me prend dans ses bras. « Ça va aller ». C'est ce qu'elle a murmuré à mon oreille. Ça va aller. Et c'est le pire mensonge que je n'ai jamais entendu.
 
_Qu'est ce qui s'est passé ? Finit-elle par m'interroger.
_Je ne sais pas, je réponds, Mais Stan est à l'hôpital.
_C'est grave ?
_Il est dans le coma.
 
Elle enregistre lentement l'information. Je vois dans ses yeux qu'elle essaie de rester calme. Et ça me frappe encore en plein visage. Elle a dix ans, putain. On n'a pas le droit de lui faire vivre ça. Elle n'a pas le droit de l'accepter aussi simplement.
 
_Je vais m'habiller, finit-elle par murmurer.
_Oui, on t'attends en bas.
Je me relève du lit, tout tangue autour de moi. Je crois que je n'arrive pas vraiment à réaliser tout ce qui est en train de se passer. Comme un zombie, je descends les marches de l'escalier, je rejoins ma mère et mon beau-père en bas. Tout le monde s'affole dans le salon. Il y a ma tante aussi, Jay, elle hurle dans le téléphone. Elle crie qu'elle n'arrive pas à joindre Louis et qu'elle pourrait le tuer de ses propres mains, ce petit con égoïste.
Les jumelles sont réveillées. Elles pleurent et Félicité essaie de les calmer en leur donnant des bonbons. Ma mère tente de contenir Jay qui est littéralement au bord de la crise de nerf. Jackson hurle qu'il faut y aller maintenant. Et tout a un goût d'apocalypse. Lottie et Waliyha finissent par descendre à leur tour. Ma s½ur a toujours ce même regard dans le fond des pupilles. Je n'arrive même plus à la regarder. Lottie, quant à elle, a ce vide dans les yeux. Parce que la vie a disparu de son visage depuis bien longtemps.
 
_Eleanor ? J'interroge.
_Déjà partie avec son frère et ses parents, répond Jay qui a l'air de reprendre peu à peu ses esprits.
_Allez on y va, enchaîne Jackson, Mon fils est tout seul là-bas.
 
La façon dont il a parlé d'Isaac, je crois que tout le monde a compris ce que ça voulait dire. Comme si il voulait nous rappeler qu'il n'aurait rien du faire dans cette famille et que tout est de notre faute. Alors on le suit, sans rien dire, parce qu'on ne peut pas lui donner tort, pour le coup.
On se sépare en deux voitures. Je rentre dans une au hasard. Le trajet est long. Personne ne parle. On n'allume pas la musique. Juste le silence. Un silence pesant. On arrive à l'hôpital en une quinzaine de minutes. Il n'y a pas beaucoup de trafic à cette heure de la nuit. Le chemin est presque automatique, comme si on l'avait fait trop souvent.
On rentre dans le hall. On demande la chambre. On nous apprend que Stan est encore avec les médecins et qu'on doit aller en salle d'attente des urgences. Alors on y va. En silence.
Je crois entendre Jay dire à ma mère qu'elle a finalement réussi à joindre Louis mais je n'entends pas la suite. On arrive dans la pièce, blanche et oppressante, comme si l'angoisse du monde était restée coincée entre ses quatre murs. Les autres sont déjà là. Dan, Helen, Aïden et Eleanor. Plus loin, Isaac. Ses mains recouvrent son visage. Je le rejoins directement, presque en courant.
.
.
.
.
 
_Hey je suis là.
 
Il relève brusquement son visage vers moi. Il est rouge de colère et ses yeux hurlent toute la haine qu'il ressent à l'intérieur.
 
_Je suis là, je répète, totalement déstabilisé par son regard.
_Toi ne me parle même pas, il crache.
_Quoi ?
_Me parle pas ! Il s'énerve, repoussant ma main que j'ai posé sur son épaule.
 
Hébété, je l'observe se relever de sa chaise et quitter la salle d'attente précipitamment. Et je comprends qu'il soit énervé par ce qu'il s'est passé mais je ne comprends pas pourquoi toute cette colère est dirigée contre moi. Alors je m'élance à sa poursuite. Personne ne me retient. Parce que tout le monde sait qu'il ne pourra jamais me faire de mal. C'est mon grand-frère, pas par le sang certes, mais je l'ai toujours considéré ainsi. Alors c'est ce que j'ai à faire, maintenant, même si je vais me prendre toute sa frustration dans la gueule.
Il est déjà loin dans le couloir. Je lui cours après. J'appelle son prénom mais il ne se retourne pas. Alors je me plante devant lui brusquement.
 
_Hey Isaac ! Ne reste pas tout seul. On est là maintenant.
_Fous moi la paix putain ! Il explose, Tu me dégoûtes !
_Quoi ?
_Tout est de ta faute !
_Pardon ? Je bégaye, complètement perdu.
_J'espère au moins qu'elle était bonne, cette pute.
 
Une douche froide, littéralement. Il sait. Il sait pour moi et Perrie. Et ça fait tilte dans mon esprit. C'est Stan qui lui a dit.
 
_C'est pour ça que vous vous êtes battus avec les Styles ? J'interroge bêtement et encore sous le choc.
_Tu me fais honte Zayn, il me répond simplement.
 
Ça me lamine le c½ur. La façon dont ses yeux me disent à quel point je l'ai déçu.
 
_Je pensais que tu comprendrais, je murmure la gorge nouée.
_Pour ça tu aurais dû commencer par me le dire.
 
Je ne réponds pas, les yeux noyés de larmes.
 
_J'avais peur.
_Tout le monde savait Zayn, il rétorque sèchement, Louis, Stan.. Tu comptais me le dire quand ?
_J'avais peur, je répète, Parce que je m'en fous ce qu'ils pensent de moi. Pas toi.
_Et bien t'avais raison, il crache, D'avoir peur. Parce que tu me dégoûtes. Tu me dégoûtes par ton égoïsme. Par ta naïveté. Par ta niaiserie. Tu crois quoi à jouer le héros avec ton histoire d'amour à la con ? Tu trouves ça romantique peut-être ? Votre amour impossible. Vos familles qui se détestent. Ah ouais, t'as raison, ça ferait un beau scénario ça. Mais on n'est pas dans un film, Zayn. Ce que tu nous as fais. Ce n'est pas romantique. Pas héroïque. C'est juste sale. Foutrement sale, petit frère, il murmure faiblement car sa voix se casse sous les sanglots, Les Styles ont violé Eleanor. Ils ont envoyé Stan à l'hôpital. Ils ont détruit nos vies. Une par une. Aucun amour ne pourra jamais pardonner ça. Alors si tu le crois. Si tu crois que ton amour pour cette conne pourra dépasser ça, c'est que t'es complètement con. T'es juste complètement con.
 
Ses mots sont des coups de poignard dans mon ventre. Mais son regard. C'est son regard, le pire. Ce regard qui veut dire que je l'ai déçu. Déçu au point de ne même plus exister pour lui. Alors il part et je le laisse faire. Car j'ai aucun putain de moyen de le rattraper. C'est trop tard. Et tout est de ma faute.
Je me met à pleurer. Je tremble de partout. J'attrape mon portable dans la poche de ma veste en cuir. Je sélectionne son numéro. Tout me ravage. L'intérieur. L'extérieur. J'ai l'impression de m'effondrer. J'ai tellement besoin d'elle. Comme si elle était ma seule bouffée d'oxygène dans ce monde.
 
_Allo ? Me répond sa voix cassée.
 
Et je comprends qu'elle est aussi en train de pleurer.
 
_Perrie ! J'explose en sanglots, J'ai besoin de te voir.
 
Elle pleure. Elle pleure si fort que ça me fend le c½ur.
 
_On ne contrôle plus rien. Je ne contrôle plus rien. J'ai besoin de toi.
_Liam, elle murmure, entre ses sanglots, Liam.
_Quoi Liam ? Je demande.
_Ils vont... Ils vont...
 
Je ne comprends rien. Ses sanglots couvrent sa voix.
 
_Perrie ? Je l'appelle, Perrie, s'il te plaît, réponds moi.
_Liam, elle répète encore, Qu'est ce qu'ils vont lui faire ?
_Quoi ? J'hallucine.
_Ils vont se venger ? Dis-moi Zayn. Dis-moi ce qu'ils ont prévu. Je dois le prévenir. Je dois l'aider à fuir, le protéger. Je t'en supplie. Dis-moi ce qu'ils ont prévu de lui faire.
 
Putain. La chute est douloureuse. Elle s'en fout. De moi, de Stan, de ma famille qui s'écroule. Elle s'en fout profondément. Et qu'est ce que je croyais ? Isaac a raison. La seule chose à laquelle elle pense ce n'est pas à moi mais à sauver son putain de clan.
 
_Stan est dans le coma, je rétorque sèchement, Liam a foutu Stan dans le coma. Ça t'écorcherais la gueule de me demander comment il va ?
 
Un silence au bout de la ligne. Le silence qui fait qu'on réalise enfin. Qu'en fait, ce n'est pas possible, et ce depuis le début.
 
_Stan était à Mayfair, finit-elle par répondre.
 
Et voilà. C'est dit. Il était dans un quartier interdit donc il l'a bien cherché. C'est ce que sa réponse cachait. Donc, c'est dit. Enfin. Ce conflit qu'on a tenté d'oublier. On réalise qu'il est toujours là, depuis le début, comme si il était inscrit dans nos gênes pour toujours. Il est là. Dans nos pensées, dans nos actions, dans nos mots. Il est là. Il est putain de là et rien ne l'effacera jamais.
 
_Alors voilà ? Je crache, un sanglot étranglant ma voix, T'acceptes ? T'acceptes leur code, leurs lois, leurs quartiers, leurs règles, leur vengeance ? T'acceptes simplement ?
_Dis moi si Liam est en danger, elle me répond, Si tu m'aimes un minimum, dis-moi.
_Tu le sais aussi bien que moi.
 
Un sanglot étrangle sa voix. Un cri désespéré auquel je ne peux pas répondre. Et j'ai mal pour elle parce que j'ai mal pour moi. Parce qu'on a peur pour nos familles et qu'on ne pourra jamais rien faire contre ça. 
 
_Dis-moi Zayn, reprend-t-elle en larmes, Je ne veux pas qu'il lui arrive du mal. Liam. Je.. Je t'en supplie. J'ai tellement peur pour lui.
 
Je ne sais même pas quoi répondre. Bien-sûr qu'ils vont répondre. Ils vont répondre et je ne sais pas quoi lui dire.
 
_Je suis désolé, je finis par répondre.
 
Un énième sanglot et le vide. Elle a raccroché. Ma main se contracte sur mon téléphone, mes larmes ravagent mes joues. J'ai mal. J'ai honte. Je range mon portable dans ma poche. Je rejoins la salle d'attente. Je ne dis rien. Isaac n'est pas revenu.
Je m'assois sur une chaise, à côté de Waliyha. Sa main attrape la mienne. Et je pleure, encore. De fatigue. D'énervement. De frustration. D'angoisse. Je pleure et je regarde ma famille. Jay est en larmes, le visage creusé par la fatigue. Ma mère essaie de rassurer mon beau-père mais Jackson s'est renfermé sur lui-même, alors on a juste l'impression qu'elle parle à un mur. Eleanor s'est endormie sur l'épaule de Aïden, il est ravagé par l'angoisse et la peur. Ses yeux sont rouges d'avoir trop pleurés. Les jumelles sont en train de jouer sur le portable de leur mère. Je pense qu'elles ne réalisent même pas où elles se trouvent et elles ont bien de la chance. Félicité regarde le plafond d'un air absent, elle a l'air perdu dans ses pensées comme elle est perdue dans sa vie. On ne l'entend pas beaucoup cette petite parce que je crois qu'elle se sent de trop. Alors elle essaie de disparaître, pour ne pas poser de problèmes. Et les gens la laissent faire parce que ça les arrange bien, un problème de moins, dans cette putain de famille. Et puis y a Lottie aussi. Elle écoute sa musique, probablement quelque chose d'aussi sombre que son état d'esprit. Les parents de Stan sont là aussi, l'inquiétude ravageant leur traits déjà fatigués. Et c'est là que je réalise que Louis a raison depuis le début. Quand il m'a dit que je n'avais pas le droit de faire ça à ma famille. Tout le malheur des Tomlinson vient des Styles. Pourquoi j'ai voulu croire que c'était possible de l'ignorer ?
La réalité est encore plus douloureuse que tout le mensonge que je me suis créé.
Personne ne parle. Les plus petites finissent par s'endormir sur leur chaise. Moi aussi. Je me met à somnoler. J'attends des nouvelles. J'attends un signe qui soulagera la torture dans laquelle je suis plongé.
Et puis d'un coup. Ça revient. La réalité. Au début, on entend juste sa voix au bout du couloir. On entend ses cris. On l'entend hurler : « C'est qui ? Qui a fait ça ? C'est qui putain ? ». Et il arrive. Dans la pièce. Louis Tomlinson. Dans son rôle de chef du clan. Il est rouge de colère. Tout le monde se réveille brusquement.
 
_Qui a fait ça ? Interroge-t-il de nouveau, le visage crispé de colère.
 
Il avait disparu pendant deux semaines. Aucun nouvelles, aucun signe de vie. Et il revient comme ça, récupérer sa vengeance qu'il n'a jamais réussi à abandonner. Comme si c'était son unique raison de vivre depuis le début.
 
_Liam, finit par répondre Aïden.
_Comment va Stan ?
_Toujours dans le coma.
_Isaac ?
_Dehors, je suppose.
 
Louis pousse un soupire, il passe les mains sur son visage. J'entends ma mère et Jay pleurer. Parce que ça ne finira jamais.
 
_Ne mêle pas mon fils à tes conneries, crache sèchement mon beau-père, Regarde où on en est par votre faute.
 
Louis ne lui répond pas. Il se contente de regarder tout le monde. Mais je crois que y a trop de haine dans ses pupilles pour qu'il nous voit réellement.
 
_Je vais le chercher, finit-il par murmurer.
 
Il sort de la pièce et je me relève brusquement de ma chaise, m'élançant à sa poursuite.
 
_Louis !
 
Il se retourne vers moi, l'air encore plus dévasté qu'il y a deux minutes.
 
_Louis, stop.
_Quoi ?
_Ne fais pas ça, je murmure.
 
Et son silence est la pire des réponses.
 
_Alors toi aussi ? Je murmure, la gorge nouée.
_Quoi moi aussi ?
_Comme ça, simplement, tu reprends les armes ? Et Harry ?
 
Ses yeux se voilent instantanément. Et c'est la seule seconde d'humanité que j'arrive à lire dans ses yeux avant qu'il ne se reprenne.
 
_Je ne laisserai jamais personne le toucher.. Mais Liam est un homme mort.
_Tu perdras Harry si tu fais ça, je l'arrête, Tu le sais aussi bien que moi.
 
Il hausse les épaules même si j'arrive à lire dans ses yeux que ça le dévaste.
 
_Ce n'est pas comme si on avait vraiment eu une chance de rester ensemble, finit-il par déclarer, Alors tu devrais aussi arrêter avec Perrie, parce que il n'y aura jamais de fin heureuse pour nous.
_Y aura surtout jamais de fin si personne ne se décide à arrêter ce conflit.
 
Il ne trouve rien à me dire, me tournant le dos pour rejoindre la sortie. Et je crois que, finalement, c'est ça ma réponse.
.
Il n'y aura pas de fin. Pas de partage. Pas de trêve. Parce que y a juste pas assez de place pour nos deux familles dans cette ville. 
.
.
____________________
 
<<How unfair, it's just our love
Found something real that's out of touch
But if you'd searched the whole wide world
Would you dare to let it go?>>


Birdy - Not about angels
 
 
 
 
 
 

Tags : #RunUpfic - #Acte3 - #Extra

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.196.135.90) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Visiteur

    03/04/2017

    Sérieux ces phases de trèves/vengeances commencent à me gonfler... Je suis lasse de leurs conneries moi.

  • Tona-wairua-larry

    04/08/2016

    Je crois que j'en ai marre de ce conflit autant qu'eux...

  • cinetati

    20/10/2015

    De rien!!! ;)

  • RunningUp

    18/10/2015

    cinetati wrote: "hey!!
    Petit aparté (en relisant ta fiction ^^) : Le lien de la chanson ne marche plus!! ^^
    "

    merci beaucoup ! j'ai changé le lien du coup :)

  • RunningUp

    16/10/2015

    RUNNING UP IS LIFE wrote: "Je suis accro, litteralement accro a ta fiction j'attend la suite comme si j'attendais une drogue j'ai du relir ta fiction plus de dix milles fois je la connais par coeur mais je ne m'en lasse jamais! J'attend la suite avec BEAUCOUP D'IMPATIENTE! Ne tarde pas trop haha pour ma survie! XD <3"

    c'est vraiment trop mignon !!!! ça me rend toute triste en vrai de me dire qu'elle est bientot finie :(
    merci encore et j'espère que la suite va te plaire ♥

  • RUNNING UP IS LIFE

    06/10/2015

    Je suis accro, litteralement accro a ta fiction j'attend la suite comme si j'attendais une drogue j'ai du relir ta fiction plus de dix milles fois je la connais par coeur mais je ne m'en lasse jamais! J'attend la suite avec BEAUCOUP D'IMPATIENTE! Ne tarde pas trop haha pour ma survie! XD <3

  • cinetati

    22/09/2015

    hey!!
    Petit aparté (en relisant ta fiction ^^) : Le lien de la chanson ne marche plus!! ^^

  • RunningUp

    28/05/2015

    ContinuingToHope wrote: "Encore une fois, wow. La musique est vraiment bien choisi, déjà qu'à la base elle est magnifique, avec ta fiction ça donne le mélange parfait. J'a-do-re.
    All the love. ♥
    "

    ahah merci beaucoup ♥ Tout tourne autour du thème de l'ange quand ça parle de zayn, j'aime bien ♥

  • ContinuingToHope

    27/05/2015

    Encore une fois, wow. La musique est vraiment bien choisi, déjà qu'à la base elle est magnifique, avec ta fiction ça donne le mélange parfait. J'a-do-re.
    All the love. ♥

  • RunningUp

    04/04/2015

    jai-rodriguez-officiel wrote: "Hey ! Je suis complètement fan de ta fiction ❤️ J'ai hâte de découvrir la suite au plus vite 😍 "

    merci beaucoup ♥ j'espère qu'elle te plaira ! :D

Report abuse