Extra deux.

 
Extra deux.

 
 
Perrie
 
 
 
 
       Une rage, intense, profonde, violente, naît dans mes entrailles et meurt sur mes joues, dans des larmes amers. Le téléphone glisse de ma main, tombe au sol. Je ne sais pas si Isaac est encore au bout de la ligne ou si il a raccroché. Je n'ai pas tout compris. Entre ses pleurs et sa respiration saccadée, il parlait de promesses non-tenues, qu'il aurait dû venir me voir, me parler de Zayn, qu'il avait promis, le lui avait promis. Il disait que c'était trop tard.
 
_Pourquoi trop tard ? Tremble ma voix.
_Parce qu'il est mort, Perrie.
 
Puis plus rien. Un brouhaha de larmes. Un vacarme infernal et un silence glacial. Le téléphone est tombé de ma main, sur la moquette de ma chambre. Je suis seule à la maison. Niall avait un rendez-vous à l'hôpital, il est partit avec ma tante. Mon oncle et Gemma sont au boulot. Edward passe son temps au cimetière. Harry est partit courir au parc. Je suis seule avec mon désespoir et mon c½ur au bord des lèvres. Ouais, au bord des lèvres, parce que j'ai juste envie de le vomir. Vomir cet amour que j'ai donné et qu'on me retire. Bah prends le, alors, connasse de vie. Prends le cet amour, prends ma vie, j'en ai plus rien à foutre. Je m'écroule au sol, mes genoux à terre, mon âme piétinée.
Zayn est mort. Je hais ce monde, je hais ma famille et la sienne. Ce conflit qui nous a amené jusqu'ici. Lui, il l'a toujours rejeté. Il n'en voulait pas de cette guerre mais c'est lui qui a pris le boulet de canon dans la gueule. Ce n'est pas juste. Et la peine que je ressens ne l'est pas non plus vis à vis de Liam. Je voudrais crier cette injustice au monde mais ma rage reste bloquée dans le fond de ma gorge. Ça brûle de l'intérieur comme à l'extérieur.
Connasse. Connasse de vie. Connasse de famille. T'en avais pas fini ? Mon grand frère en taule, l'autre en fauteuil roulant. Les larmes redoublent. Putain. Non. C'est impossible. Une mère folle et bourrée au prozac. Un père absent. Un cousin mort. Pourquoi est ce que tu t'acharnes sur moi comme ça ? Qu'est ce que je t'ai fais ? Hein, salope ! Bah parles. Une famille déchirée. Un amour mort. C'est trop. Trop pour moi, trop pour une personne. QU'EST CE QUE JE T'AI FAIS CONNASSE ???
Un cri de rage s'échappe enfin de mes lèvres. Ça fait du bien et du mal à la fois. Merde. Merde. Merde. Il est mort. J'attrape mon téléphone portable, le balance contre le mur. Le verre se brise en milles morceaux, comme moi. J'ai trop de rage à l'intérieur, trop de haine, trop de peine. Mes yeux se brouillent. Je ne vois plus rien. Je ne ressens plus rien. Je me sens disparaître. Je me relève, en titubant. Je crois qu'un morceau de verre se plante dans ma voûte de pied mais je m'en fiche. J'échoue sur mon lit, tire les draps de toutes mes forces, hurlant à qui veut bien l'entendre que je l'emmerde. Qui qu'il soit. Je l'emmerde. Je t'emmerde, toi aussi. Ouais, toi aussi, vas te faire foutre. Je pousse les cousins, les draps, la couverture, mes peluches, les oreillers. Je défais tout. Je hurle. Je rage. Je bouillonne de rage.
J'ai pris sur moi, depuis le début, tout accepté. Un frère criminel, un autre handicapé, une mère dépressive et trop malheureuse pour s'occuper de moi, un père inaccessible, allergique aux sentiments, à l'émotion. J'ai tout pris, avalé, digéré. J'ai surpassé, survécu, pour eux, pour notre famille. J'ai pris la merde que tu m'as donné et je te l'ai rendu tout sourire. Un sourire pour te dire que tu ne me vaincras pas, toi, la saleté de vie. Tu ne me vaincras pas.
Je me dirige vers mon bureau. Je fais tout voler. J'en ai plus rien à foutre. L'ordinateur, le fer à friser, les cahiers, les crayons, le miroir. Tout se fracasse, cassés, rien à foutre. Je t'emmerde.
Bah tu m'as vaincu. Voila. Connasse de vie. Un / zéro. Mille / zéro. Je ne te souris plus. Tu m'as eu. Je me rends. Je n'aurais pas dû jouer avec toi, pas dû croire que ça allait s'arranger, pas dû croire qu'un jour ça irait. Ça ne va pas. Ça n'ira jamais si t'as toujours quelque chose à redire, quelque chose à m'enlever. 
Tout est éparpillé dans ma chambre, je n'arrive même plus à avancer. Alors je marche sur les objets, je les casse encore un peu plus. Peu importe. Mon placard. J'ouvre les portes, prends mes habits dans les bras et les jette en arrière. Tout. Je dois tout vider, tout jeter. Faire le vide. Crier. Pleurer. J'ai tellement mal. Je me baisse, attrape mes boites à chaussures, je les lance. Ça tombe derrière moi, ça se fracasse aux objets. Y a que ma mère dans la baraque. Y a qu'elle qui pourrait entendre mais elle est probablement en train de colmater à cause des médicaments. Je ris. Je ris de haine. J'attrape mes bottes, mes talons, mes baskets. Un sachet tombe sur le sol. Un petit sachet dans un bruit discret. Je l'attrape du bout des doigts. C'est blanc, doux. On dirait du sucre. On dirait une solution.
La drogue d'Harry. Le sachet que je lui avais piqué dans sa chambre, il y a des mois de cela. Je ne l'avais pas jeté. Je ne sais pas pourquoi. Je l'avais caché dans une de mes chaussures. Je l'ouvre doucement. Mes doigts tremblent. Et je ris en même temps. J'ai l'impression d'être dans un film. J'essaie de me rappeler. Comment ils font dans les films ? Dans le bras ? La poudre ? Non ! Non, on renifle.
Je me relève d'un seul coup, trébuche sur une paire de talons. Merde. Un peu de poudre s'échappe. Je cours jusqu'à mon bureau, en verse sur la table. Je ne réfléchis même plus, me baisse, le nez dans la poudre. Je renifle. Un coup fatal. Ça grimpe au cerveau, comme une piqûre. Mon sang brûle, j'éternue, ça vole partout. Je me gratte. La poudre blanche colle à mes doigts mouillés, à mes joues. J'ai l'air con. Ce n'est pas comme ça. Rappelles-toi Perrie ! Je lèche mes doigts. Dégueulasse. Ce n'est pas ça. Non ! Putain ! La ligne ! Il faut faire une ligne. Mes doigts tremblent, j'essaie de répartir la poudre en une ligne, ça me colle partout, je chiale et je ne vois rien à ce que je fais. Ça ne marche pas. Je ne comprends pas. La carte de crédit. Un objet dur pour tracer la ligne. J'attrape un cahier qui traîne. Je trace une ligne. Je pleure. Je ne sais même plus ce que je fais, ce que j'essaie de prouver. Je sniffe, un grand coup. Y en avait trop. Je ne sais pas. Ça tourne beaucoup trop fort, beaucoup trop vite. J'ai plein de poudre sous le nez, j'éternue encore. Ça coule le long de mes lèvres. C'est trop fort, trop fort. Je perds la vue, le sens. Mon c½ur se contracte. Je tombe en arrière. Je sens à peine la chute. Tout brûle à l'intérieur, tremble, comme une sensation de plénitude si forte que j'ai quitté mon corps. Jambes, têtes, ventre, bras, je ne sais plus qui est quoi, où est qui, pourquoi ni comment. Qu'est ce que j'ai fais ? Le sang. Il est chaud. Il monte à ma tête. Je transpire. Mon c½ur, putain. Il bat vite, il essaie de lutter. Trop de sang, pas assez, pas d'air, plus d'air. Ouvrir les yeux, les fermer, pleurer. Les paupières, fermées. Le sang. Ça coule. De mon nez ? J'ai la bouche pâteuse. Je crois que je bave. Je ne peux plus parler. Le sang dans mes lèvres. Un goût de fer rouillé. Et mon c½ur. Une dernière inspiration. Un souffle. Une pensée. Zayn. Et moi son ange, partie pour le ciel.
Tout ça à cause de cette putain de poudre blanche.
Notre poison des temps modernes. 
 
 
 
Extra deux.

 
 
"L'amour sera notre ciel, 
Mon amour, tu seras ma tombe" 
                         Saez
 
 

Tags : #RunUpfic - #Acte4 - #Extra

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.164.83) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Diidiisse

    02/09/2017

    Je le savais . Je suis tout simplement trop forte . Jai réfléchis et je me suis dit "référence a romeo et juliette" . Romeo tue le cousin de juliette .zayn tue liam . Romeo meurt . Zayn meurt. Et juliette se suicide a cause de la mort de romeo . Ici perrie . Je ne suis meme pas choquée je my attendais . J'espère que tu verras ce commentaire parce que tu es un génie. Jai pleuré pour la mort de zayn . Franchement bravo a toi . Mais j'espère que cest la dernière mort .

  • RunningUp

    21/12/2015

    Leeloo wrote: "MON DIEU POURQUOI TOUT LE MONDE MEURT!?
    jte jure je suis tellement triste bordel pourquoi ils ont hériter cette vie de merde. Je suis tellement triste mon dieu ptddr, reprend toi leeloo, c'est qu'une fiction. MAIS BORDEL CE QUE J'AIME TA FICTION.
    milles bravos pour ton talent.
    "

    je te redis encore merci ici car ça me fait vraiment plaisir de lire tous vos commentaires (même si je mets beaucoup de temps à répondre, désoléeeee ♥) en tout cas oui cette fin de fic est presque inhumaine, je sais ^^

  • Leeloo

    17/12/2015

    MON DIEU POURQUOI TOUT LE MONDE MEURT!?
    jte jure je suis tellement triste bordel pourquoi ils ont hériter cette vie de merde. Je suis tellement triste mon dieu ptddr, reprend toi leeloo, c'est qu'une fiction. MAIS BORDEL CE QUE J'AIME TA FICTION.
    milles bravos pour ton talent.

  • RunningUp

    08/11/2015

    Visiteuse wrote: ""Je suis seule avec mon désespoir et mon c½ur au bord des lèvres. Ouais, au bord des lèvres, parce que j'ai juste envie de le vomir. Vomir cet amour que j'ai donné et qu'on me retire." Wow putain comment tu arrives à écrire des trucs aussi poignants ??? C'est pas humain d'écrire des trucs pareils merde ! Je suis sur le cul. Littéralement sur le cul.
    Perrie en plus. Le petit rayon de soleil. Celle qui positivait en se disant qu'un jour la roue tournerait. Celle qui souriait à longueur de journée. Celle qui comblait les blancs. Celle qui avait juste encore un peu de joie de vivre.
    Et merde, on lui a tout retiré. D'un coup. Et ça fait mal putain. Ça prend au ventre et aux tripes.
    C'est horrible la manière dont elle apprend la mort de Zayn. Horrible. Y'a pas d'autre mot.
    Et je commence sérieusement à avoir peur que les personnages partent un par un, et qu'il ne reste au final que de la poussière. Parce que merde, je suis déjà anéantie. Qu'est-ce que ça va être si tout cela continue de plus belle ?
    Et merde, même Perrie se met à sniffer. C'est l'une des seules qui avait réussi à garder une distance avec ce conflit. Une des seules qui était "sobre".
    Ce chapitre est bouleversant. Remplie de tristesse qui ne sait plus comment s'exprimer.
    Les larmes ne semblent plus être suffisantes. C'est terrible.
    Je me demande comment tu arrives à écrire de cette façon. Tu dois probablement venir d'une autre planète. Ou je sais pas mais là...
    J'aime tellement la manière dont tu formules tes phrases, la façon dont tu alignes les mots. C'est juste magnifique.
    Je go lire la suite. Avec impatience et angoisse !
    Bisous ❤
    "

    à chaque fois je suis toujours un peu plus touchée par tes mots et tes messages encourageant !
    après j'ai aussi envie de m'excuser car chaque chapitre devient pire que le précédent et ça fait un peu une histoire de dépressive vu comme ça, ahah :D
    Merci encore en tout cas, j'espère que la fin de cette histoire va te plaire en tout cas, après tout ça ♥

  • Visiteuse

    19/10/2015

    "Je suis seule avec mon désespoir et mon c½ur au bord des lèvres. Ouais, au bord des lèvres, parce que j'ai juste envie de le vomir. Vomir cet amour que j'ai donné et qu'on me retire." Wow putain comment tu arrives à écrire des trucs aussi poignants ??? C'est pas humain d'écrire des trucs pareils merde ! Je suis sur le cul. Littéralement sur le cul.
    Perrie en plus. Le petit rayon de soleil. Celle qui positivait en se disant qu'un jour la roue tournerait. Celle qui souriait à longueur de journée. Celle qui comblait les blancs. Celle qui avait juste encore un peu de joie de vivre.
    Et merde, on lui a tout retiré. D'un coup. Et ça fait mal putain. Ça prend au ventre et aux tripes.
    C'est horrible la manière dont elle apprend la mort de Zayn. Horrible. Y'a pas d'autre mot.
    Et je commence sérieusement à avoir peur que les personnages partent un par un, et qu'il ne reste au final que de la poussière. Parce que merde, je suis déjà anéantie. Qu'est-ce que ça va être si tout cela continue de plus belle ?
    Et merde, même Perrie se met à sniffer. C'est l'une des seules qui avait réussi à garder une distance avec ce conflit. Une des seules qui était "sobre".
    Ce chapitre est bouleversant. Remplie de tristesse qui ne sait plus comment s'exprimer.
    Les larmes ne semblent plus être suffisantes. C'est terrible.
    Je me demande comment tu arrives à écrire de cette façon. Tu dois probablement venir d'une autre planète. Ou je sais pas mais là...
    J'aime tellement la manière dont tu formules tes phrases, la façon dont tu alignes les mots. C'est juste magnifique.
    Je go lire la suite. Avec impatience et angoisse !
    Bisous ❤

  • RunningUp

    30/08/2015

    lmaby25 wrote: "C'est triste de voir que même Perrie chute. Elle, qui était si enthousiaste et pleine d'espoir."

    oui son personnage est un des plus tristes je trouve ...

  • RunningUp

    30/08/2015

    heyfifou wrote: "PARDON MAIS QU EST TU NOUS FAIT PUTAIN NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON "

    oups :3

  • lmaby25

    29/08/2015

    C'est triste de voir que même Perrie chute. Elle, qui était si enthousiaste et pleine d'espoir.

  • heyfifou

    29/08/2015

    PARDON MAIS QU EST TU NOUS FAIT PUTAIN NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON

  • RunningUp

    28/08/2015

    Visiteur wrote: "Bientôt la suite ? Ta fiction m'emporte .. J'aime bcp ce qui tu écris même si c'est triste en ce moment .. Je trouve que l'amour qu'ils se portent est à admirer parce qu'il nait dans la haine ... Bisous vite vite la suite "

    Coucou ! et bien la suite sera publié ce soir ! même maintenant tiens, bonne lecture :p

Report abuse