Chapitre cinq. Partie 2.

Play the video
 
 
Louis
 
 
          Mes jambes ont du mal à me porter. Ça tourne dans ma tête comme dans mon c½ur. Il y a ces lettres écrites devant mes yeux. Il y a ces mots qu'il fredonne. Il y a cette chanson dont je déteste les paroles.
« If I only could. »

Il n'aurait pas osé ? C'est encore un de ses coups de bluff. Un appel au secours. Un appel à l'aide. Parce qu'il voulait me dire que je n'aurais pas dû le quitter et qu'il ignorait comment. Je me rassure et pourtant je continue de marcher de plus en plus vite. J'ai le c½ur qui tape dans ma poitrine, si fort que ça me coupe presque la respiration. J'ai la vision trouble et les maintes moites. Il n'a pas osé, il n'a pas pu faire ça, me faire ça, nous faire ça.
Je marche encore plus vite, je crois que je me mets même à courir. Zayn est mort. Il s'est tué. Ça aussi ça résonne encore dans mon esprit. Harry ne m'aurait pas fait ça, pas après avoir appris la mort de mon cousin. Il n'aurait jamais osé me laisser seul. Il n'est pas aussi égoïste.
J'aperçois le pont au loin et mon c½ur s'arrête instantanément. La vie s'évapore. La mienne avec la sienne. Ça aurait dû être vide. Ça aurait dû être sombre. Ça aurait dû être calme.
Ça ne l'est pas.
 
 
Je vois les lumières de toutes les couleurs dans le ciel. Du bleu, du jaune, du rouge, du blanc. Les pompiers, les flics, les ambulanciers. Les voitures, les camions, la télévision. Les plongeurs, les médecins, les passants. Je vois de la vie qui s'affaire autour de ce pont et je meurs un peu plus à chaque seconde.
Mes jambes ne me soutiennent plus. Je tombe au sol. Non. Il n'a pas fait ça. Il n'a pas osé me faire ça. Il n'a pas sauté de ce putain de pont. Mes yeux se voilent, mon c½ur compressé.
C'est une erreur, ça doit être une erreur, je dois m'en assurer. Je me relève, je titube. J'essaie de rejoindre le pont mais mes jambes sont trop lourdes à porter. Ou alors c'est mon c½ur.
Plus je me rapproche et plus j'entends du bruit. Les sirènes, les gens. On se demande ce qui se passe et moi je pense que je n'y survivrai pas. Que s'il a vraiment sauté, il m'a emporté avec lui.
Non. Non. Non. Il n'est pas mort. Je continue d'avancer, mes jambes tremblent. J'ai l'impression que les lumières des camions deviennent flous mais c'est juste parce que je pleure.
J'arrive au pont et je ne me sens pas mieux. Je réalise que je déteste cet endroit et que je l'ai toujours détesté. Ce pont rime avec la mort depuis le début alors qu'on pensait bêtement la défier. Connerie. Elle nous a rattrapé. Elle nous rattrape toujours. C'est bien pour ça que les gens en ont si peur. Elle se tapie là, quelque part, elle joue à cache-cache. Tu la cherches mais tu ne la trouves pas. Tu l'oublies et elle te retrouve. Elle gagne. Sur toi. Sur moi.
Il y a une ambulance sur un coin de la route, des plongeurs en combinaison qui sortent de l'eau froide de la Tamise. Je me dirige vers eux, comme un automate. Je laisse mon c½ur de côté sinon je n'ai qu'à plonger à mon tour et je ne pense pas que ça les arrangerait.
 
_Il se passe quoi ? Je demande d'un air grave au chef de police qui se tient près de sa voiture.
_Pousse-toi de là gamin, on bosse.
_Je le connais, je tremble.
 
Il se retourne vers moi. On dirait que je l'ai intéressé et moi je bafoue, confus :
 
_Peut-être.
_Peut-être ?
_Je n'ai rien vu, je n'étais pas là.
_Alors tu ne m'aides pas.
 
Je voudrais insister. Je voudrais l'attraper et lui foutre mon poing dans la gueule pour qu'il m'écoute. Qu'il sache que je le connais, que Harry venait là presque toutes les nuits, qu'il écoutait Running Up That Hill, qu'il avait ses deux écouteurs dans les oreilles, puis qu'après il ne portait que le droit pour que je puisse écouter avec lui. Je voudrais qu'il sache qu'il avait fini par aimer d'autres chansons, les miennes principalement, surtout celle qui lui disait qu'il n'était pas tout seul. Je voudrais qu'il sache qu'il n'était pas tout seul. Je voudrais qu'il sache que ce n'est pas de ma faute. Je voudrais qu'il sache qu'une fois, on s'est pris dans les bras, sur ce pont précisément, et que c'était fort. C'était beau et fort à la fois. Je voudrais qu'il sache à quel point je l'aime. Je voudrais qu'il sache à quel point c'est important de le sauver. Je voudrais qu'il sache que s'il ne le fait pas, je mourrais avec lui.
Je voudrais qu'il sache. Non, pas lui. Je voudrais qu'Harry le sache.
 
_Il est... Je continue, suivant le policier alors qu'il se dirige vers un plongeur, Il est...
_Je n'ai pas le temps, mon garçon, il grommelle.
 
Je le suis quand même. Il s'arrête devant le type en combinaison.
 
_Alors ?
 
Le sauveteur fait un signe négatif de la tête. Il ne le sait probablement pas mais il vient d'enfoncer un pieu dans mon c½ur. Juste avec son geste.
 
_Cherchez mieux, rétorque le policier sèchement.
_Une autre équipe ratisse le fleuve, l'informe l'homme en combinaison, Il fait nuit, les recherches sont plus difficiles.
 
Le policier acquiesce, un air triste sur le visage, l'air de celui qui a peu d'espoir sur la suite des événements. Puis il se retourne brusquement vers son équipe :
 
_Quelqu'un a joint sa famille ?
 
J'écoute à peine la réponse lorsqu'il se souvient soudainement de mon existence :
 
_Hey, t'es de la famille toi ?
_Non, je bafoue.
_Comment tu sais que c'est lui ?
_Je ne le sais pas. C'est pour ça que je vous le demande.
 
Le policier soupire. Mais je crois que mon visage dépité lui donne pitié et il arrête cinq minutes de me regarder avec cet air dédaigneux pour me répondre calmement :
 
_On a reçu un appel d'un passant qui a vu un jeune garçon – une vingtaine d'années, pas plus – se jeter dans la Tamise. Il est grand, les cheveux bouclés. C'est tout ce que je sais. On a trouvé son portable et appelé sa famille. Elle ne devrait pas tarder à arriver. Je suis désolé mon garçon. On ne l'a toujours pas retrouvé. Les équipes de sauvetage fouillent le fleuve. Tu ferais mieux de rentrer chez toi.
 
Il s'autorise à poser une main sur mon épaule, comme s'il imaginait une seule seconde que son geste allait me sortir du tsunami qui vient de ravager ma vie. Je tremble alors qu'il s'éloigne lentement de moi, gueulant des ordres à son équipe. Des codes et des chiffres. Harry est devenu des codes et des chiffres. Un numéro de plus sur la liste des suicidaires de cette ville. Mais je refuse encore d'y croire. Ça saute aux yeux mais ça refuse de venir jusqu'à mon c½ur. Je refuse d'y croire. Je refuse de croire ce que j'ai sous les yeux. Il n'a pas fait ça. Jamais. Je refuse. Ma respiration se bloque, je suis dans un déni total, je m'imagine presque le retrouver à moitié nu dans mes draps. Il va avoir froid, tout seul, dans ce grand lit, je devrais aller le retrouver. Maintenant. Il se fait tard. Je devrais-
Et une voix brisée me sort de ma torpeur :
 
_TOMLINSON !
 
Je me retourne brusquement vers la route. Gemma Styles. Elle arrive vers moi, trébuche sur ses larmes, et continue de gueuler :
 
_Mais qu'est ce que tu fous là toi ? Dégage d'ici !
 
Elle hurle, elle essuie ses larmes sur ses joues d'un geste brusque. Et je la laisse venir à moi sans bouger.
 
_Je vais te tuer ! Dégage ! Dégage !
 
Je ne sais même pas quoi répondre à tant de détresse. J'ai assez de la mienne, je crois.
 
_DEGAGE ! Elle répète, ivre de rage, comme si elle ne réalise pas vraiment que je me tiens devant elle, Qu'est ce que tu lui as fait putain ?! Pourquoi t'es là ?
 
Je suis tellement choqué, tellement malheureux, tellement dépassé, que je ne lui réponds pas alors qu'elle m'empoigne par les épaules pour me secouer.
 
_POURQUOI ? Elle hurle.
 
Ses yeux hurlent à la destruction, son corps transpire la haine. Son être crie à qui veut bien l'entendre que si la vie lui prend son frère, elle vengera sa mort chaque seconde de son existence. Comme toute sa vie qui n'est qu'une vengeance incessante, parce que c'est la seule émotion qui la maintient en vie. Et j'ai mal comme elle alors que ça me rend malade qu'on partage quelque chose à cet instant.
 
_Pourquoi Tomlinson ? Pourquoi t'es là ? Tu savais, c'est ça ?
 
Ça n'a aucun putain de sens mais elle continue en serrant le tissu de ma veste entre ses poings. Elle ne remarque même pas mes larmes sur mes joues. Parce que, comme d'habitude, elle ne voit qu'elle et son clan qui ne ressemble plus à rien.
 
_Pourquoi t'es là ? Tu viens savourer ta victoire ? Tu viens me montrer que t'as gagné, hein ? Bah vas te faire foutre, casse toi ! Je te jure, casse toi maintenant sinon-
 
Sa colère est si forte qu'elle s'époumone dans ses propres mots.
 
_Je vais te tuer, elle grince entre ses dents, à court de quelque chose de plus cohérent, Je te jure que je vais te tuer.
 
Gemma Styles. La puissante et indestructible Gemma Styles qui me défie du regard. Et encore à cet instant, je la hais. Je la hais d'être venue au monde. Je la hais de porter ce nom de famille. Je la hais d'avoir entretenu la haine. Je la hais elle, tout simplement. Ses yeux, sa voix, son odeur, sa personne. Je la méprise au plus profond de moi. Je la hais de m'avoir pris Harry. Je la hais de l'avoir enfermé. Je la hais de l'avoir laissé sauter.
 
_Pourquoi t'es là ? Elle siffle, Comment t'as su ? Pourquoi ? C'est de ta faute, de votre faute, putain de Tomlinson, je vous hais, je vous déteste, putain je-
 
Elle s'étouffe dans ses sanglots, incapable d'aller plus loin. Ses poings se relâchent doucement, les fissures de son âme apparaissent dans ses yeux.
 
_Il est ? J'arrive à prononcer, Il est- 
 
Je m'arrête. Je ne peux pas aller plus loin. Je ne peux pas le dire à voix haute. Je ne veux pas y penser, pas me dire que ma vie n'a pas eu assez de sens pour que j'en donne un à la sienne.
 
_Il a sauté, souffle Gemma.
 
Et je crois qu'elle réalise, le geste de son frère, ou du moins la portée de ce geste.
 
_Il a sauté, elle répète anéantie.
 
Brisée, je la vois brisée devant moi. En fait je me vois, comme si je m'observais dans un miroir cassé. Comme si je ne voyais que le reflet de moi-même.
Ses yeux se voilent, elle devient blanche. Elle va lâcher prise, elle va s'abandonner.
Derrière sa carapace, il y avait une faille. Une mini faille au nom d'Harry. Et elle vient de se déchirer à cet instant. Une crevasse dans la carapace qui laisse tout ressortir pour la première fois de sa vie.
Elle relève son regard vers moi, le soutient pendant quelques secondes. Ses dernières secondes de répit, ses dernières secondes en tant que Gemma Styles. Une seconde. Son regard noyé de larmes dans lequel je lis tout le mépris du monde. Deux secondes. Une haine viscérale qui me brûle de l'intérieur. Trois secondes. L'envie de ne pas lâcher le combat. Quatre secondes. La mise en garde d'une terrible vengeance. Cinq secondes. Elle s'effondre.
Je la rattrape, maladroitement, tenant ses épaules qui se voûtent sous le poids de la douleur. Elle pleure et moi je la tiens pour ne pas qu'elle s'écroule sur le béton du trottoir. Et je pourrais concrètement la laisser tomber. Je pourrais la regarder s'effondrer sous mes yeux. J'ai attendu ça toute ma vie. Mais c'est peut-être moi-même que je retiens à ce moment là. Parce que si je lâche ses épaules, je tombe avec elle. Et on serait tous les deux à terre.
Gemma pleure sans s'arrêter, elle pleure à perdre haleine, à tuer une âme. Elle pleure de haine, de rage, de désespoir, de fatigue. Et alors qu'elle perd vie, elle devient humaine.
Mes larmes coulent sur mes joues, la douleur remplace ma stupeur. Soudain, je réalise. Je réalise qu'il est parti, qu'il nous a quitté, nous et nos familles de tarés, nous et ce monde fou, nous. Il nous a quitté nous. Peut-être qu'on l'a mérité. Peut-être qu'on a finalement eu ce qu'on voulait : l'anéantissement de l'autre clan. Alors on a tous les deux gagné, en quelque sorte. On est anéanti de chaque côté de la bataille. On nous avait mit en garde pourtant. A la guerre, il n'y a jamais de gagnant, il y a juste un clan moins anéanti que l'autre et on appelle ça une victoire.
La « victoire » m'obstrue la gorge, la « victoire » me coupe la respiration, « la victoire » me brise le c½ur. La « victoire » m'a hissé seul sur le podium. Seul parce que les morts sont à mes pieds.
Et dans ma victoire, j'ai tout perdu.
 
 
Puis il y a eu la voix d'un inconnu qui a résonné dans tout mon corps :
 
_On l'a retrouvé ! On a retrouvé le gamin ! 




<< Now I'm trying to wake you up, 
to pull you from the liquid sky
'Cause if I don't, we'll both end up
with just your songs to say goodbye >>
 
                                                        A song to say goodbye - Placebo




(Maintenant j'essaie de te réveiller, 
de t'arracher à ce ciel liquide, 
car si je ne le fais pas, on s'écrasera tout les deux
avec juste ta chanson en guise d'adieux)
 
 
 
____________________

Donc voici la partie 2 du chapitre 5, 
je suis désolée parce que ça ne répond pas 
vraiment à la question si Harry a survécu ou pas 
Je vous laisse découvrir ça dans quelques chapitres ;) 
J'espère que ça vous a plu même si ce n'était pas très long
La vidéo de la fin est un trailer réalisé par @_nouisalmighty
Il est vraiment sublime et on peut voir tous les persos ! 
N'hésitez pas à le liker et commenter sur youtube :) 
J'en profite aussi pour remercier ma correctrice Mathilde !
Bisous à tous xx


 

Tags : #RunUpfic - #Acte4

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.234.190.237) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Visiteuse

    20/12/2016

    Omg ça fait longtemps ! Et ça m'avait tellement manqué de commenter tes chapitres ? C'est limite pas humain ! Bien sûr j'ai déjà fini l'acte 4, et je pensais avoir terminé ta fiction en même temps ! Mais je suis revenue y'a 2/3 jours de ça pour la relire en entier parce que ça commençait à sérieusement me manquer... Et là je vois un nouvel acte surprise, omg ça a été Bagdad dans ma tête et j'ai voulu relire tout intégralement puis enchaîner avec l'acte 5 du coup. Je ne sais même pas pourquoi je n'avais plus laissé de commentaire. Je crois que j'avais tellement envie de lire la suite que je n'arrivais pas à me poser pour écrire et commenter les derniers chapitres. J'espère que tu ne m'en veux pas ... Et là subitement lorsque j'ai ressenti le besoin de m'imprégner à nouveau de ton histoire, je me suis dit que j'allais commenter tous les chapitres que j'avais "oublié".
    Donc, revenons à ce chapitre. "If I only could". Ça prend tout son sens. Harry n'arrive plus à oublier, ce qui lui donne une bonne raison de sauter. Et putain la détresse de Louis ça prend aux tripes là. Il semble tellement abattu, encore plus qu'auparavant, comme si c'était humainement possible quoi. Et leur rencontre avec Gemma. Sa haine et sa soif de vengeance tout d'abord, puis sa chute, liée à celle de son frère. Depuis le début c'est SA faille à elle, et putain en fait il faudrait être aveugle pour être passé à côté. C'est tellement évident. Harry c'est l'une de ses raisons de vivre je crois, et je ressens son profond désespoir qui semble inconsolable. Mais l'espoir fait vivre. Et ayant déjà lu la suite je sais de quoi je parle, mais bordel, je pense que tu aimes jouer avec nos sentiments quelque part, parce que tu nous communiques des lueurs d'espoir çà et là pour nous les retirer aussitôt. Quel sadisme au fond ! Je me lasserai jamais de ta fiction, vraiment. Elle se compose de tous les ingrédients nécessaires pour nous retenir malgré l'angoisse et l'envie qui nous tiraille. Je ne me lasserai jamais de tes mots. Et si tu savais à quel point je t'admire pour ce que tu fais, c'est dingue ! Et wow je suis tellement heureuse de voir que tu as sorti ta fiction en livre, c'est lzvfjdhzjdjksdzjdv, indescriptible. Et surtout amplement mérité. Voilà je ne sais plus où tout ça mène
    .. À la suite probablement, comme d'habitude ?
    Je ne te remercierai jamais assez d'écrire, et wow, rdv au prochain chapitre, parce que je ne sais pas comment j'ai survécu en ne la relisant pas pendant un moment, ça me paraît improbable désormais.
    Bisous ma belle, désolée pour tout ce temps qui file, je voulais simplement que tu saches que tu pouvais évidemment toujours me compter parmi tes lectrices, parce que personne avant n'a réussi à m'atteindre à ce point là avec une histoire bercée par tant de poésie et de confusion (dans mon esprit en tout cas), alors voilà merci encore pour tout ❤

  • RunningUp

    19/10/2015

    Leplubow wrote: "OH MON DIEU. JE VEUX LA SUITE STP STP STP STP STP STP STP stp stp !
    T'as fiction est juste horrible mais à la fois tellement prenant c'est un plaisir de la lire bien que ça soit dur d'accepter tout ce qui leur arrive ! OMFGGGGGG Harry mon bb dit moi qu'il est vivant ? :'( MDRRR nan sérieux ! Continue et vite donne la suite car j'en peux plus my gad !
    "

    Merci merci ! j'espère que la suite t'a plu (je réponds un peu tard à mes commentaires ^^)
    bisous bisous xx (et je repète tout en double aussi ahah)

  • RunningUp

    16/10/2015

    Visiteur wrote: "Je. Vais. Te. Tuer. "

    Au. Secours.

  • Leplubow

    29/09/2015

    OH MON DIEU. JE VEUX LA SUITE STP STP STP STP STP STP STP stp stp !
    T'as fiction est juste horrible mais à la fois tellement prenant c'est un plaisir de la lire bien que ça soit dur d'accepter tout ce qui leur arrive ! OMFGGGGGG Harry mon bb dit moi qu'il est vivant ? :'( MDRRR nan sérieux ! Continue et vite donne la suite car j'en peux plus my gad !

  • Visiteur

    20/09/2015

    Je. Vais. Te. Tuer.

  • RunningUp

    15/09/2015

    Visiteur wrote: "Mon dieu, j'en arrive à espérer que cette fiction soit bientôt finie parce que tu pousses vraiment tes personnages au bout et encore plus loin haha. J'espère vraiment que Gemma ne mentait pas dans son texto à Harry et que Perrie va vraiment s'en sortir. Je sais même pas vraiment quoi commenter, à part que t'as vraiment réussi à me toucher avec ces derniers chapitres. Encore une fois je veux même pas imaginer ce que je ressentirait si mon petit frère tentait de se suicider. Le fait que Gemma s'écroule, et devant LOUIS en particulier parle pour lui-même je trouve. Elle devait vraiment être arrivée au bout de ce qu'elle pouvait endurer. Harry c'était le coup de trop.

    Et ugh j'espère que maintenant tu vas laisser tes persos (et nos coeurs) tranquilles okaY PCQ CA SUFFIT QUAND MEME LES PAUVRES T_______T

    Bravo en tout cas. J'ai vraiment apprécié lire ce chapitre 5, ton écriture est très agréable à lire, c'est beau et prenant et euh, voilà, bravo :)
    "

    wow merci encore pour tous ses compliments, j'adore le perso de gemma et la scène ou elle craque devant louis est un peu ce qui signe une des dernières "grandes" scènes de la fic donc je suis vraiment contente que ça t'ai plu !

    sinon oui ne t'inquiètes pas, c'est bientot fini ahah !

  • Visiteur

    15/09/2015

    Mon dieu, j'en arrive à espérer que cette fiction soit bientôt finie parce que tu pousses vraiment tes personnages au bout et encore plus loin haha. J'espère vraiment que Gemma ne mentait pas dans son texto à Harry et que Perrie va vraiment s'en sortir. Je sais même pas vraiment quoi commenter, à part que t'as vraiment réussi à me toucher avec ces derniers chapitres. Encore une fois je veux même pas imaginer ce que je ressentirait si mon petit frère tentait de se suicider. Le fait que Gemma s'écroule, et devant LOUIS en particulier parle pour lui-même je trouve. Elle devait vraiment être arrivée au bout de ce qu'elle pouvait endurer. Harry c'était le coup de trop.

    Et ugh j'espère que maintenant tu vas laisser tes persos (et nos coeurs) tranquilles okaY PCQ CA SUFFIT QUAND MEME LES PAUVRES T_______T

    Bravo en tout cas. J'ai vraiment apprécié lire ce chapitre 5, ton écriture est très agréable à lire, c'est beau et prenant et euh, voilà, bravo :)

  • RunningUp

    13/09/2015

    opposed wrote: "Si justement je suis ColineT sur la plateforme ! J'ai tout liker et j'ai demander à mes amis de faire la même chose ! Je serai ravie de l'avoir en main propre !"

    ah super ! c'est adorable, merci beaucoup :D

  • RunningUp

    13/09/2015

    loliadirectioner wrote: "En deux jours j'ai tout lu et je crois que j'ai pleurer toute les larmes de mon corps.
    Hier je me suis couché a 2heures du matin tellement j'étais captiver par ton histoires tu as un dont (je sais plus comment ça s'écrit 😃) continue c'est trop bien 😁
    "

    ahah on écrit un don, juste sans le t, mais tkt j'ai compris :)
    merci beaucoup d'avoir laissé un commentaire et je suis contente que cette histoire t'ai plu !
    bisous xx

  • opposed

    12/09/2015

    Si justement je suis ColineT sur la plateforme ! J'ai tout liker et j'ai demander à mes amis de faire la même chose ! Je serai ravie de l'avoir en main propre !

Report abuse