#o2 Gemma

 
 
#o2 Gemma

 

 
         Je regarde mes chaussures, je les frotte sur le sol blanc de l'hôpital pour salir cette perfection éc½urante. Je ne pleure plus. Je crois que j'ai tout vidé. Et ça me tue que ça soit arrivé devant ce connard de Louis Tomlinson.
Je fais tourner mon portable entre mes mains. Je repasse la soirée dans ma tête. Mon frère qui m'appelle en larmes pour m'annoncer le suicide de Perrie, l'hôpital, l'annonce à toute ma famille, la fuite d'Harry, moi qui l'appelle désespérément. Puis quand ça a décroché.
Je m'apprêtais à l'engueuler d'être parti comme ça mais ce n'était pas sa voix. C'était la voix d'une femme, timide et gênée de m'annoncer que mon petit-frère de dix-sept ans s'était jeté du pont de Westminster.
J'ai beugé pendant longtemps, avec mon téléphone à l'oreille et mon père qui m'interrogeait du regard. Je ne leur ai rien dit. Je ne leur ai toujours rien dit. Je me suis levée, j'ai prétexté le besoin de faire un tour, et je suis partie au pont, juste pour m'assurer que cette connasse s'était trompée de personne et qu'Harry avait juste perdu son téléphone près du pont alors qu'une personne quelconque se donnait la mort à quelques mètres de lui.
Je suis arrivée au pont et j'ai compris que la connasse ce n'était pas cette pauvre femme au téléphone mais moi. Moi qui n'ait pas su le rattraper à temps, moi qui n'ai pas su le comprendre. Moi. Juste moi.
Je relève mon regard dans la pièce. Je suis en salle d'attente. Harry est en soins intensifs. Ils ne savent pas s'il va s'en sortir. Il est tombé dans une sérieuse hypothermie.
J'ai envie de rire en pensant à ma famille qui est dans une autre aile de l'hôpital. S'ils savaient. Deux suicides dans la même soirée. Bravo les Styles, bel échec de vie.
Je regarde de nouveau mon portable, j'ai des messages et appels manqués d'Edward. Il me supplie de revenir, qu'il a besoin de moi. Ils ont tous besoin de moi. Ils ont toujours eu besoin de moi. Mais je n'ai plus envie d'être là, je n'ai plus la force d'être là. Et je ne peux pas leur dire pour Harry. C'était déjà tellement dur de les rassurer après avoir emmené Perrie à l'hôpital.
J'abandonne. Je ne peux pas. Ce soir, je ne peux pas. Je n'ai même pas envie de les voir, les voir s'écrouler une nouvelle fois.
Je me relève de ma chaise, je n'en peux plus de rester ici sans rien faire. Ça fait vingt minutes que j'attends. Je regarde les affiches dans la salle, je lis les messages de prévention contre la dépression. On aurait dû me donner ça plus tôt, je songe avec toute l'ironie dont je suis encore capable.
J'ai toujours mon portable dans les mains. Il vibre de nouveau. Un appel de mon père. Je ne décroche pas. Je ne veux pas les voir. Juste, pas ce soir. Laissez-moi pour ce soir, je vous en prie.
Je déambule dans la salle. Je ne suis pas seule. Il y a une mère et son fils, le gamin dort dans ses bras. Et deux jeunes assis côte à côte. J'ai compris en écoutant leur discussion qu'un troisième avait fait un coma éthylique.
J'ai besoin de parler à quelqu'un. J'ai besoin de quelqu'un. Je regarde mon portable et mes yeux s'attardent sur une lettre. Sur la lettre « L » du répertoire. Je devrais le prévenir. Je dois le prévenir.
J'enfonce la touche. Je me dirige vers la sortie pour discuter tranquillement. Ça appelle. Je pousse les portes, un long couloir s'offre à moi.
.
Une sonnerie dans mon oreille. Une sonnerie dans la pièce.

Je m'arrête, relève les yeux vers le fond du corridor. Louis Tomlinson est adossé contre le mur. Mais qu'est ce qu'il fout là ce con ? Pourquoi est ce qu'il m'a suivi jusqu'ici ?
.
Une sonnerie dans mon oreille. Une sonnerie dans la poche de son jean.

Je fronce des sourcils, resserrant ma poigne sur mon téléphone. Lui, il sort le sien dans un non-sens inexplicable.
.
Une sonnerie dans mon oreille. Une sonnerie dans sa main.

Il blêmit devant l'écran, le regarde pendant un temps qui semble infini, puis finit par relever ses yeux dans ma direction. Il s'arrête, un air hébété sur son sale visage d'héritier.
.
Une sonnerie dans mon oreille. Une sonnerie dans sa main.

Nos regards se croisent. Dans ses yeux, je vois qu'il est vaincu. Il laisse la vérité remonter lentement, seconde par seconde, sonnerie par sonnerie, il n'a pas la force de la démentir, pas la force de la retenir, pas la force de la combattre. A quoi bon ? Me disent ses yeux plein de larmes, Tu comprends maintenant. Bah voilà, prends tout ça dans la gueule. Démêle tout ça comme j'ai essayé de le faire depuis des mois. Je n'en ai plus rien à foutre maintenant.
.
Une sonnerie dans mon oreille. Une sonnerie dans sa main.

Et la vérité. Bruyante. Violente. Accablante. La distance, ce couloir et la vérité. C'est tout ce qu'il me reste désormais.
.
Une sonnerie dans mon oreille. Une sonnerie dans sa main.

Il me regarde, les yeux dans les yeux. Tu voulais comprendre, hein ? Il me dit en silence, Tu voulais savoir qui était ce gars. T'as compris. T'as enfin compris Gemma. Ouvre les yeux ma pauvre fille.
.
Une sonnerie dans mon oreille. Une sonnerie dans sa main.

Un silence puis le répondeur qui se déclenche. Je reste accrochée au téléphone, parce que dans un ultime et stupide espoir, je me dis encore que c'est une erreur.
 
_Louis Tomlinson à l'appareil. Je ne suis pas disponible pour le moment, vous pouvez me laisser un message après le BIP sonore, merci.
 
 
Un silence et son regard. Ses yeux bleus et les miens. Le « L » et Louis Tomlinson dans une seule et même personne. La révélation me ravage. Littéralement. Lentement, ma main glisse le long de mon corps. J'ai toujours mon téléphone, je le serre si fort que j'ai peur de briser le verre.
C'est impossible. Un Styles et un Tomlinson. Ça n'a aucun sens. Aucun aucun aucun foutu sens.
Je continue de le regarder. Je repense aux messages que je lui ai envoyés, je repense au fait que je l'ai aidé à fuir avec Harry, je repense à l'appel que je lui ai passé à la mort de Liam. Je me sens trahie au plus profond de moi. Pas comme si mon propre frère m'avait trahi, non, comme si je m'étais trahie moi-même, comme si j'avais fermé les yeux sur ce qui était évident depuis le début.
J'ai l'impression d'avoir accepté l'inacceptable, d'avoir pardonné l'impardonnable, d'avoir rendu possible l'impossible. Je repense à Greg qui croupit en prison, je repense à Niall cloué dans son fauteuil, je repense à la mort de Liam, je repense à l'overdose de Perrie, je repense au suicide d'Harry. Et je me sens vide. Vide de tout sentiment, vide de toute compréhension. Je ne veux pas comprendre, je ne peux pas comprendre. Pas ça. Pas eux. Je me fiche de cette amourette stupide pour ado de Zayn et Perrie. Mais pas eux. Pas mon frère. Pas avec Louis Tomlinson. Ça me dégoûte, ça me révolte.
Pendant une fraction de seconde, je me dis qu'il mériterait de crever. Mon propre frère. Ouais, je l'ai pensé. Il mériterait de crever comme il nous a laissés crever, comme il m'a laissée crever. Tous ses mensonges, toutes ses trahisons. A croire que sa famille ne vaut rien, que je ne vaux rien. Après tout ce que j'ai fais pour lui. Je me sens sale, je crois. Salie de tout ça, de toute cette merde. Et puis conne aussi, mais quelle conne ! Ils m'ont pris pour une conne depuis le début.
Et je me mets à le haïr encore plus fort. Lui, Tomlinson, d'être ce lâche répugnant, ce lâche sans fierté ni honneur. Et je hais mon frère, d'être cet égoïste sans c½ur, ce gamin immature. Celui qui se drogue, celui qui refuse de parler à Niall parce que ça lui fait trop mal aux yeux, celui qui baise avec le type qui l'a foutu en fauteuil, celui qui se jette dans le vide, sans penser à moi, à Edward, à Perrie, à Niall, à nos parents, à ceux qui restent. Parce qu'il y en a toujours qui reste sur le côté et les suicidaires ne pensent pas à ceux-là, ils ne pensent jamais à ceux-là, ils trouvent leur paix intérieur sans penser à celle des autres. Je hais ce Harry là. Celui qui a toujours vécu rien que pour lui, rien que pour son petit bonheur à lui, qu'il arracherait aux mains des autres, même à celles de sa propre famille. Et cet égoïsme me tue. Il me laisse seule, sur le côté, en ayant l'audace de me foutre sa merde sous les yeux.
Louis Tomlinson. En larmes. Et sans mots.
Je n'ai même pas envie de lui parler, même pas envie de le regarder une seconde de plus. Pour ça non plus, je n'ai plus la force. Combattre, crier, m'indigner. Non, même ça, ça ne m'intéresse plus. Je tourne des talons brusquement, retourne dans la salle d'attente pour récupérer mon sac. Je le fais glisser sur mon épaule puis sors de nouveau de la pièce. Tomlinson est toujours dans le couloir. Il n'a pas bougé de place. Je ne le regarde pas et tourne au premier virage à ma gauche.
Je suis hors de vue, hors d'atteinte. Je chiale, d'un seul coup. Je ne l'avais même pas senti venir. Je me mets à courir, les larmes coulent sur mes joues presque aussi vite que mes jambes qui tentent de fuir cet endroit, cet hôpital, cette ville. Je me fraye un chemin entre les patients, les infirmières et les médecins. Personne ne m'arrête. J'imagine que ça doit être fréquent ce genre de réaction. Les gens qui pètent des plombs contre leur vie à eux, contre la mort des autres. Les gens qui cherchent à fuir la réalité. Faut dire que cette pute m'a prise de court.
Je sors de l'hôpital. Il fait encore plus sombre que la première fois où je l'ai quitté pour aller chercher Harry. Il fait toujours plus noire, comme si la nuit ne voulait pas finir. Je cours sur le parking, je traverse la route. Je me dis que si une bagnole me fauchait maintenant, le destin se fouterait vraiment de notre gueule. En même temps, on croyait tout contrôler. On jouait aux puissants, on y jouait même tellement bien qu'on avait fini par y croire. On avait l'argent. On avait la classe. On avait le respect. On avait le pouvoir. On avait la moitié de la ville. On avait un nom de famille.
Un nom de famille. Je cours. Je le vomis ce nom de famille. Je le jette par-dessus bord. Je le laisse sur la route. Je revois « Styles » écrit dans tous les journaux. A part annoncer nos morts, il ne vaut plus rien ce putain de nom. Je pleure. Tout ça, tout ce qu'on avait, c'était des foutaises, l'argent, la classe, le respect, le pouvoir, cette ville. C'était que dans nos yeux. C'était que dans nos têtes. On ne regardait pas le monde extérieur alors il est venu à nous. Il est venu pour faire éclater la bulle. Pour éclater ça a plutôt explosé.
Je m'arrête sur le trottoir, essoufflée, mes larmes roulent sur mes joues. Ça me fait bizarre de les sentir. Cette nuit a rattrapé toutes ces années où je les ai retenues. Et pourtant je suis loin de me sentir libérée. Je me sens faible et je déteste ce sentiment. Ce sentiment que tout peut t'atteindre parce que tu ne sais plus te défendre, que t'en a même plus envie. Tu laisses les choses arriver parce que tu n'arrives plus à les contrôler, la tristesse l'emporte sur ton moral. A partir de là, c'est la fin. A partir de là, tu bascules dans l'autre clan. Celui des faibles, celui de ceux qui se font marcher dessus, celui de ceux qui refuse de se battre parce que c'est trop haut, trop dur, trop loin, c'est toujours « trop ». C'est trop pour eux parce qu'ils ont décidé de subir leur vie plutôt que de la vivre.
Je ne suis pas ce genre de personne. J'essuie les larmes sur mes joues. Je ne suis pas mon frère. Je ne me jette pas du pont parce que je n'y arrive pas. Si je n'arrive plus à vivre, j'arrive à survivre. Parce que c'est ce que j'ai toujours fait. Je reprends mon souffle. Je calme les battements de mon c½ur. Inspire Gem'. Expire. Inspire. Expire. Je ne peux pas tout abandonner. Je ne peux pas tout lâcher.
Je dois retourner à l'intérieur. Je dois soutenir ma famille. Je dois leur dire pour Harry. Je dois attendre l'avis des médecins parce qu'il n'y a rien d'autre à faire, et ce n'est pas pleurer toutes les larmes de mon corps qui va le ramener. Je dois soutenir ma mère. Je dois soutenir mon père. Je dois soutenir mes cousins. Je dois être là. Parce que si moi aussi j'abandonne, je serais aussi lâche que mon frère, et je refuse d'être ça.
Je respire lentement, l'air frais s'infiltre dans mes poumons, me redonne constance. Je me frotte les yeux pour effacer toute trace de faiblesse.
J'avance un pied, il n'y aura pas de retour en arrière. Je dois rester forte et leur dire la vérité. Je ravale mes larmes. Je ravale ma haine. Je ravale mon amertume. Je ravale mon angoisse.
 
Et ainsi, je redeviens Gemma Styles.
 
 
#o2 Gemma
                                                                                            montage :@_nouisalmighty
.
.
.
Behind blue eyes ...
(derrière des yeux bleus)
.
.
No one knows what it's like
Personne ne sait à quoi ça ressemble
To be the bad man
D'être l'homme méchant
To be the sad man
D'être l'homme triste
Behind blue eyes
Derrière des yeux bleus
And no one knows what it's like
Et personne ne sait à quoi ça ressemble
To be hated
D'être détesté
To be fated
D'être destiné
To telling only lies
À ne dire que des mensonges

But my dreams they aren't as empty
Mais mes rêves ne sont pas aussi vides
As my conscience seems to be
Que ma conscience semble être
I have hours, only lonely
J'ai des heures, seulement isolées
My love is vengeance
Mon amour est une vengeance
That's never free
Qui n'est jamais gratuite
No one knows what its like
Personne ne sait à quoi ça ressemble
To feel these feelings
De ressentir ces sentiments
Like I do, and I blame you !
Comme je le fais, et je vous blâme !
No one bites back as hard
Personne ne ravale autant
On their anger
Sa colère
None of my pain woe
Ni ma douleur, ni ma peine
Can show through
Ne peut paraître
 
No one knows what its like
Personne ne sait à quoi ça ressemble
To be mistreated,
D'être maltraité,
To be defeated
D'être vaincu
Behind blue eyes
Derrière des yeux bleus
No one knows how to say
Personne ne sait comment dire
That they're sorry
Qu'ils sont désolés
And don't worry
Et ne vous inquiétez pas
I'm not telling lies
Je ne dis pas des mensonges
 
                                                                                         The Who
____________________
.
Dernier extra de la fiction donc, 
du point de vue d'un de mes persos préférés : Gemma Styles ! 
J'espère que ça vous a plu même si -bordel vous allez me tuer -
on ne sait toujours pas l'état d'Harry.
Mais bon à la place vous avez eu la révélation balancée au grand jour ;) 
Sinon je me suis permise de mettre les paroles de la chanson 
mise en lien dans le chapitre, Behind blue eyes (cover dans l'article)
Parce que je trouve que cette chanson parle tellement pour Louis et Gemma, 
et les paroles sont sublimes. 
Voila pour l'explication ! 
A bientôt xx



PS : Pour celles qui auraient loupé l'article, Running Up est en compétition pour une publication, organisée par la maison d'édition Hugo&Cie (ceux qui ont publié After btw). C'est ici pour m'aider : Running Up sur Fyctia. Il suffit de créer un compte (gratuit et très rapide) et de aimer / partager mes chapitres. La fiction qui aura le plus grand nombre de likes/partages passera devant un jury. Je ne suis pas très loin des finalistes donc j'ai toujours espoir même si elles ont beaucoup d'avance sur moi ! 

PS 2: Un compte source sur Twitter a été créé pour la fiction : @update_runup ! Le compte partagera toutes les infos sur la fiction, ainsi que les montages, vidéos ou même des questionnaires pour animer tout ça ! N'hésitez pas à suivre la #teamrunup ! 

PS 3: Je vais essayer de publier rapidement la suite mais je reprends les cours la semaine prochaine (et oui ça m'arrive aussi) donc je ne pourrais plus poster aussi rapidement que je le faisais ces derniers jours ! 

PS 4: Par contre j'ai une nouvelle fiction qui vient de débuter ! Co-écrite avec ma soeur ! Pour nous suivre, c'est par ici : Blackout-larry, j'espère que ça vous plaira ! 




Tags : #RunUpfic - #Acte4

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.225.59.14) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Visiteuse

    20/12/2016

    Au passage désolée pour les fautes d'orthographe et de frappe :) c'est bien évidemment involontaire ! (et je ne m'en rends compte qu'après avoir posté le commentaire, sinon ça ne serait pas marrant)

  • Visiteuse

    20/12/2016

    Que de feelings encore une fois ! Enfin la révélation, celle que tout le monde attendait ! Bordel cette scène m'a presque faut rire, du moins pour le passage de la révélation, parce que Gemma prends conscience de la relation qu'entretienne/qu'entretenait? Harry et Louis et de cette façon en plus, avec un appel qui se révèle être un peu foireux quoi. Mais en même temps la tension est palpable, surtout lorsque leurs regards se croisent mutuellement et qu'elle commence à réellement comprendre la situation. C'est un soulagement inouï que cette révélation passée, et par la même occasion tu relances une énième angoisse et un énième doute sur ce qui va suivre ce moment assez délicat. Quand je disais que tu étais sadique :) Le pire c'est que je ne m'en passe pas de ce sadisme quoi ! C'est peut-être grâce à lui même, que l'histoire évolue ainsi, mais pour notre plus grand plaisir, mais si je t'avoue que c'est pas évident de faire partie de tes lecteurs ! Parce qu'il en faut du courage pour braver les chapitres. Torture omg. Mais on en redemande tous, alors quoi de mieux ? Tu allies l'espoir à la chute et cette métaphore me fait fondre chaque phrase un peu plus, parce que putain c'est dangereux ce dans quoi tu t'es engagée, mais ça marche. Et l'impact je t'en parle même pas. Moi la première, plus je lis, plus je me sens faible, ou du moins à ta merci. Comme une souris entre les griffes d'un chat en quelque sorte. Parce que bien évidement tu contrôles tout. Mais toi tu fais ça avec une aisance époustouflante et ça te donne un pouvoir infini sur nous. Le talent semble inné chez toi, c'est assez incroyable. Et tu as un manière bien à toi d'écrire et putain ce que c'est agréable de te lire malgré les nombreuses sueurs que tu nous provoques ! Hum sinon revenons un peu à Gemma. J'aime ce personnage. Sa haine, sa soif intarissable de vengeance, sa fierté, sa putain de fierté. "[...] mes larmes roulent sur mes joues. Ça me fait bizarre de les sentir. Cette nuit a rattrapé toutes ces années où je les ai retenues. Et pourtant je suis loin de me sentir libérée. Je me sens faible et je déteste ce sentiment. Ce sentiment que tout peut t'atteindre parce que tu ne sais plus te défendre, que t'en a même plus envie." Ce qui est beau c'est que même elle qui paraît si intouchable, est rattrapée par la réalité et par son humanité. Mais elle se ressaisi bien vite quand même, parce que ravaler son amertume ça va bien 5min ! Sérieusement je suis assez admirative de ce personnage depuis me début, malgré toute la haine qu'elle engendre, parce quelque part elle a trouvé un moyen de survivre quoi qu'il arrive contrairement à la plupart, même si cela rime très souvent avec vengeance. Bref, ça fait beaucoup réfléchir tout ça !
    Merci mille fois pour tout ce que tu fais sans t'en rendre compte !
    Bisous ❤

  • RunningUp

    18/10/2015

    Loux wrote: "J'adore cet extra ! Je ne peux pas dire que j'admire le personnage de Gemma, parce qu'il est dur, mais j'éprouve de l'empathie pour elle. Parce qu'elle porte tout, toute seule, et même si je trouve qu'elle ne prend pas toujours les bonnes décisions, elle est là et elle gère. C'est pour ça que j'aime son personnage.
    Mais j'adore vraiment ce moment dans sa tête ! Toute cette prise de conscience que j'attends depuis le début, tout ce chamboulement qui la rend plus humaine, c'est ça qui est puissant. Et évidemment, la révélation est splendide. Je crois que tu n'aurais pas pu faire meilleure scène de révélation, parce qu'Harry n'est pas là (c'est le cas de le dire) et que Louis et elle semblent être tous les deux dans le même état d'esprit lamentable à cet instant. Alors pour une fois, on ne voit pas les deux chefs de clans qui se font face, mais deux êtres humains, deux personnes qui aiment Harry et qui se prennent la réalité en pleine gueule. Bref, j'ai vraiment vraiment aimé et j'ai très hâte de lire la suite !
    "

    merci beaucoup pour ton commentaire ! je suis contente que le perso de Gemma te plaise parce qu'il est un peu complexe et je comprends que certaines personnes peuvent ne pas l'aimer... En tout cas ça me fait vraiment plaisir ton commentaire ;) merci encore ! bisous xx

  • Loux

    22/09/2015

    J'adore cet extra ! Je ne peux pas dire que j'admire le personnage de Gemma, parce qu'il est dur, mais j'éprouve de l'empathie pour elle. Parce qu'elle porte tout, toute seule, et même si je trouve qu'elle ne prend pas toujours les bonnes décisions, elle est là et elle gère. C'est pour ça que j'aime son personnage.
    Mais j'adore vraiment ce moment dans sa tête ! Toute cette prise de conscience que j'attends depuis le début, tout ce chamboulement qui la rend plus humaine, c'est ça qui est puissant. Et évidemment, la révélation est splendide. Je crois que tu n'aurais pas pu faire meilleure scène de révélation, parce qu'Harry n'est pas là (c'est le cas de le dire) et que Louis et elle semblent être tous les deux dans le même état d'esprit lamentable à cet instant. Alors pour une fois, on ne voit pas les deux chefs de clans qui se font face, mais deux êtres humains, deux personnes qui aiment Harry et qui se prennent la réalité en pleine gueule. Bref, j'ai vraiment vraiment aimé et j'ai très hâte de lire la suite !

  • RunningUp

    18/09/2015

    00 wrote: "Trop hate de lire la suite ça devient très intéressant "

    ça vient d'être posté à l'instant ! J'espère que ça va te plaire !

  • 00

    18/09/2015

    Trop hate de lire la suite ça devient très intéressant

  • RunningUp

    18/09/2015

    BrokenSoul wrote: "Quel plaisir de lire le dernier extra ! Surtout quand il est sur Gemma parce que j'adore ce personnage et c'est LE personnage emblématique de la fiction.
    Elle me fait vraiment de la peine d'ailleurs. Tellement de choses pèsent sur ses épaules et c'est dans des moments comme celui-ci qu'on se rend compte qu'elle est juste humaine et qu'elle a parfois le droit de relâcher la pression. Le moment à l'hôpital m'a retourné littéralememt l'estomac parce qu'elle est là pour tout le monde, Gemma, et personne ne l'est pour elle. Elle est toute seule à gérer l'overdose de Perrie, le suicide de Harry et toutes ces merdes autour d'elle et elle est toujours seule à faire face. Elle cherchait en L du soutient et je me suis dit "Merde, la seule personne en qui elle a fondé de l'espoir n'est pas celle qu'elle croit". Et quand je lis que Louis est à l'hôpital, qu'ils se font face, que leurs regards se croisent, que chacun comprend que ça ne sert plus à rien de mentir je me suis dit que ça allait être l'apocalypse. Gemma est au courant et c'est grave la merde.
    J'ai si hâte de lire la suite si tu savais !
    Je t'embrasse, Mya x

    "

    merci beaucoup pour ton commentaire ! je suis contente que tu aimes Gemma, c'est vrai que dans cette scène elle peut paraitre humaine tout comme elle peut paraitre hyper violente par rapport à ce qu'elle pense !
    je vais poster la suite dans pas longtemps ! j'espère que ça va te plaire !
    bisous xx

  • RunningUp

    18/09/2015

    ThousandLiamPayne wrote: "D'accord, alors je suis un peu en retard dans ma lecture, i know i know. Mais genre Gemma elle me touche vraiment vraiment beaucoup. Elle a trop de chose a supporter en un seul instant et je me demande toujours comment elle arrive à survivre ça. Harry devrait survivre normalement. Quoi que... Tu as dit "dernier extra de la fiction", ce qui veux dire que la fin est proche, alors Harry pourrait mourir. En même temps que moi, dans ce cas là. Bon, plus que trois "petites" heures comme tu m'a dit. LA BISE !"

    ahah je vais poster oui, patience patience :)

  • RunningUp

    18/09/2015

    Visiteur wrote: "Le suite va venir ajd ???? Désolé je te demander Ca comme Ca mais je vois que tu es connectée et je me dépêche hihi j'ai hâte
    "

    oui la suite est en ligne dans quelques minutes normalement :)

  • ThousandLiamPayne

    18/09/2015

    D'accord, alors je suis un peu en retard dans ma lecture, i know i know. Mais genre Gemma elle me touche vraiment vraiment beaucoup. Elle a trop de chose a supporter en un seul instant et je me demande toujours comment elle arrive à survivre ça. Harry devrait survivre normalement. Quoi que... Tu as dit "dernier extra de la fiction", ce qui veux dire que la fin est proche, alors Harry pourrait mourir. En même temps que moi, dans ce cas là. Bon, plus que trois "petites" heures comme tu m'a dit. LA BISE !

Report abuse