Chapitre huit.

 
 
Chapitre huit.



Louis
 
 
_ Oh Tomlinson ! Tu m'écoutes ?
 
Je sursaute brusquement. Mon regard rivé sur le paysage de Londres bifurque vers une vision d'horreur. Gemma Styles, installée derrière le volant de la voiture, à quelques centimètres de moi.
 
_Tu m'écoutes ou quoi ? Elle répète, d'un ton qui me donne clairement envie de lui fracasser la tête contre le pare-brise.
_Quoi ? Je soupire.
_J'hallucine ! Elle s'énerve, Ça fait cinq minutes que je te parle et tu te permets de partir dans tes pensées de gonzesses ! Mais on n'est pas en balade amicale, Tomlinson, tu l'as compris ça ?
_Mes pensées de gonzesses ?
 
Je vois ses poings se serrer sur le volant de sa voiture. En fait, je crois que c'est moi qui vais finir la tête dans le pare-brise.
 
_Tu ne pensais pas à mon frère, peut-être ?
 
Mon silence confirme son interrogation et elle soupire, en affirmant :
 
_Pensées de gonzesses.
_Va te faire foutre.
_Qu'est-ce qui me retient de ne pas m'arrêter au milieu de la route pour t'y abandonner ? Elle s'interroge.
_Tu as besoin de moi.
_Absolument pas.
 
Je retiens un sourire. C'est faux, sinon, elle ne m'aurait jamais donné le nom de ce pauvre type. Mais je comprends que sa fierté ne lui permette pas de l'admettre.
 
_Donc, je reprends, Qu'est-ce que tu racontais ?
 
Elle se pince les lèvres. Je sais que la situation est aussi étrange pour elle que pour moi. Mais on doit apprendre à se contenir. On fait ça pour Harry, rien que pour Harry.
La voiture s'arrête à un feu rouge et Gemma se retourne vers moi :
 
_Louis, la violence ne résoudra rien.
_Pardon ? Je m'exclame, choqué.
 
Parce qu'en plus d'avoir l'impression qu'elle me récite un verset de la bible, il est hors de question qu'on prenne des pincettes avec cet enculé. Je pensais qu'on était au moins d'accord là-dessus.
 
_Je sais qu'on a tous les deux envie de lui casser la gueule, elle reprend, Mais il va falloir qu'on se contienne. Une côte cassée ne lui fera jamais autant de mal que de voir sa société s'écrouler.
_Tu veux faire couler sa société ? Il y a des milliers de personnes qui travaillent pour lui.
_On fait juste sauter le patron.
_Parce que tu crois que ça se fait en un claquement de doigt ?
 
Gemma se retourne vers la route. Le feu vient de passer au vert et la voiture redémarre brusquement.
 
_On est les deux plus grosses fortunes de ce pays, Tomlinson, on fait couler qui on veut.
 
Je ne réponds pas. Je n'aime pas du tout ce plan. Moi, j'avais besoin d'évacuer ma rage, pas de rendre justice dans un système capitalisme déjà pourri jusqu'à la moelle.
 
_On peut faire pression contre lui, elle continue, On a le pouvoir économique dans notre poche.
_Pas le pouvoir juridique, je lui rappelle, Si on fait le moindre faux pas, on est morts. Les juges nous détestent et les flics ne pensent qu'à détruire nos deux familles.
_Parce qu'on leur fait peur, elle sourit.
 
Elle sourit, putain. Au fond de moi, j'en ai envie aussi. De sourire. De leur faire un fuck à tous, aux juges, aux journalistes, aux politiciens. Je peux toujours prétendre ce que je veux, dire à qui veut bien l'entendre que l'empire Tomlinson ne m'intéresse pas, ça restera faux. J'ai grandi dans un monde où on a tout eu à nos pieds. Alors je ne laisserai jamais personne me marcher dessus.
 
_Qu'est-ce que tu proposes ? Je lâche.
 
Gemma commence à me raconter son plan de A à Z. Des termes juridiques et des procédés qui me paraissent plus ou moins légaux. J'ai pigé. J'acquiesce et elle allume la radio, pour passer le temps, probablement.
Mon regard bifurque vers la vitre de la voiture, de nouveau. Je repense à Harry. Il ne m'a toujours pas rappelé. Il avait promis de le faire, pourtant. Peut-être qu'il a besoin de temps pour se reposer et réfléchir, après tout, il vient tout juste de sortir de l'hôpital.
Après quelques minutes, Gemma gare la voiture sur le parking de la boîte du « Boujis », un club privé à Kensington, où j'avais l'habitude de passer tous mes week-end, avec mes cousins. Un de mes contacts a eu l'information que Garrett Jackson y serait, ce soir.
Gemma coupe le contact puis se retourne vers moi. Elle, elle n'a jamais mis les pieds ici. Normal, c'est un club Tomlinson depuis la naissance de ce conflit, un endroit fréquenté par mon père lorsqu'il faisait déjà la guerre au sien. Ça pourrait sembler être à des années lumières mais, vu que les choses n'ont pas vraiment changées depuis, ça me fait doucement rigoler.
 
_On y va ? M'interroge Gemma.
 
J'acquiesce et réalise pourquoi elle m'a proposé de venir avec elle. Ça aurait été suicidaire de sa part de se rendre ici toute seule, en tant que Styles, j'entends.
 
_Je suis là, hein, je lui rappelle.
_Ferme-la, elle rit, sortant de la bagnole.
 
Je suis le mouvement, sans commenter. Mes mains s'enfoncent dans les poches de mon slim. J'observe brièvement Gemma. Elle a enfilé une robe et des talons. Je ne crois pas qu'elle ait fait cet effort pour sortir avec moi, mais plutôt qu'elle a préféré passer inaperçue parmi la bourgeoisie londonienne pro-Tomlinson.
On s'avance sans parler jusqu'au videur. D'un commun accord, elle ralentit pour me laisser passer devant elle. Je salue le videur qui me fait entrer immédiatement, Gemma sur mes pas.
A l'intérieur, la musique techno résonne et les gens dansent collés les uns contre les autres. Ça m'éc½ure, sans trop savoir pourquoi.
Je me retourne vers Gemma. Elle observe la boîte, sans rien dire. Probablement qu'elle juge ne pas avoir loupé grand chose. Après tout, eux ont le « Whisky Mist » pour leur soirée, un club à Mayfair, du même genre que celui-ci.
 
_J'ai besoin d'un verre, lance Gemma.
 
Je l'observe me quitter pour rejoindre le bar. Quelle connasse. Tout ça pour me prouver qu'elle se fiche d'être seule au milieu du clan Tomlinson. Sauf que moi, sa fierté à la con, je m'en passerai bien. Ce n'est pas elle que je veux protéger. Sauf que si jamais elle se fait découvrir, elle ne risque pas de sortir d'ici. Alors, je me sens obligé de la suivre, contenant ma colère comme je peux.
 
_Vodka ananas, elle commande, au bar.
 
Bien son genre, tiens. De prendre un truc que personne ne boit.
Je m'accoude alors que le serveur lui prépare sa boisson.
 
_Et toi ? M'interroge-t-on.
_Je ne prends rien.
_Tu ne me feras pas croire que tu ne bois pas d'alcool, Tomlinson, rétorque Gemma.
_J'essaie de réduire.
 
Je ne sais même pas pourquoi je me défends, je ne lui dois aucune explication. Elle sourit en attrapant son verre.
 
_Pour mon frère ?
_Pour moi, je réplique, sèchement.
_Bonne réponse, elle commente.
 
Mon Dieu. Je vais la tuer avant la fin de cette soirée.
 
_On se dépêche, je reprends, On ne va pas passer la nuit ensemble non plus.
_Tout à fait.
 
Gemma avale l'intégralité de son verre en trois secondes et repose le récipient vide sur le comptoir. Puis, on se fraye un chemin vers les sofas, probablement que ce connard y sera vautré.
 
_Vous. Vous. Foutez. De. Ma. Gueule.
 
Cette voix. Et, merde, putain. On s'arrête tous les deux, se retournant vers mon cousin.
 
_Je vais vomir, annonce Stan.
_On a un truc à régler, je m'explique, brièvement.
_C'est l'enterrement de Zayn, demain matin, il me coupe, Comment tu peux traîner avec elle ? Tu n'as vraiment aucun respect, Louis.
 
J'aimerais lui répondre que ce n'est pas mieux que de se foutre une mine dans un boîte de nuit tout seul mais je me contiens. Chacun son truc, pour oublier.
Stan, il a besoin de la foule. Il a besoin que la musique soit forte pour ne pas entendre ses pensées, besoin que les gens l'oppressent pour ne pas sentir sa solitude, besoin que la nuit soit occupée pour ne pas arriver à un lendemain qu'il redoute.
 
_Je rentre dès qu'on a fini, je reprends, On pourra revenir à la maison ensemble.
_Je m'en passerai bien.
_Où est Aïden ?
_A la maison, avec Eleanor, et tes s½urs.
 
Je crois qu'il me reproche mon absence. Mais que lui répondre alors qu'il n'assume pas tout à fait la sienne ?
 
_C'est suicidaire de l'emmener ici, il reprend, d'un coup de tête vers Gemma, parce qu'il ne s'abaissera pas à s'adresser à elle directement.
_C'est important, je rétorque.
_Les gens ne vont pas comprendre s'ils découvrent qui elle est.
_On va faire vite, elle se décide à participer, Promis.
 
Il se retourne vers elle et reste silencieux. J'imagine que c'est la première fois qu'il l'entend parler ainsi, avec respect, je veux dire. Je crois que c'est l'annonce de l'enterrement de mon cousin qui lui a refroidit les idées. On a payé chacun de notre côté nos erreurs, et elle a le mérite de respecter les nôtres.
 
_Niquez ce bâtard, finit par répondre Stan.
 
Puis il repart dans l'autre direction, sans attendre notre réaction. Mais celle de Gemma ne tarde pas à arriver :
 
_Il sait ce qu'on fait ici ?!
_Il a dû deviner, je lui en avais déjà parlé.
 
Je me fraye un chemin dans la foule et elle me suit, l'air étonné. Je parcours des yeux les différents coins VIP.
 
_Là-bas, m'arrête Gemma, A droite.
 
Je reporte mon attention vers l'endroit qu'elle me désigne. En effet, Garrett Jackson dans toute sa splendeur. Sale et fier. J'ai envie de lui foutre mon poing dans la figure. Tout de suite. Mais je repense à ce que Gemma m'a dit dans la voiture.
Je me retourne vers elle :
 
_Comment on fait pour lui parler ?
_Il faut qu'un de nous l'attire dans un autre endroit.
 
Je reste silencieux, parce qu'on pense tous les deux à la même chose.
 
_Putain, je grince.
_On n'a pas le choix. C'est le QG des Tomlinson, ici. Ma présence sera trop suspecte.
_Je sais.
_Et puis, à ce qu'on sait, il est plutôt branché mec.
_Je ne vais jamais réussir à me contenir.
_Louis.
 
Je frissonne. Je crois que ça me fera toujours aussi bizarre, qu'elle m'appelle par mon prénom.
 
_Tu peux y arriver, elle continue.
_Très bien, je soupire, Où est-ce que je l'emmène, du coup ?
_Il y a un endroit tranquille par ici ?
 
Je fais un tour sur moi-même, scrutant l'horizon.
 
_Une sortie de secours dans le fond, elle est surveillée par un vigile mais il me laissera passer.
_Et moi, comment je fais pour vous rejoindre ?
_Vas-y en première. Dis au vigile que tu viens de ma part.
_Il va me croire ?
 
J'en doute, surtout s'il sait de qui il s'agit.
 
_Laisse tomber, je reprends, Rejoins-moi simplement au moment où je passe la porte.
_Bien.
 
Elle s'éloigne dans la foule et moi, je tente de calmer ma respiration. Parce que, très clairement, je suis tellement au bord de la crise de nerfs que je serais capable de tuer ce type de mes propres mains.
Je me dirige vers la table où il est installé. Il est entouré de mecs plutôt âgés, des types de son entreprise, je présume.
 
_Salut, je lance, sans vraiment de préambule.
_Louis Tomlinson, s'arrête-t-il d'un froncement de sourcil, Quelle surprise, je pensais que toi et ta famille prêtiez formellement attention à ne jamais adresser la parole à la populace ?
 
Ou aux connards dans ton genre, peut-être.
 
_Qu'est-ce qui te fait dire ça ?
_Le fait que personne ne puisse t'approcher à moins de trois mètres, par exemple, fait-il semblant de réfléchir, Au risque de devoir affronter les toutous dont tu t'entoures.
 
Je sens la colère monter en moi, crescendo. Tout me donne envie de vomir. Sa voix. Son regard. Ses mains. Je les imagine en train de toucher Harry, de le caresser, de lui faire du mal alors qu'il contenait ses larmes.
Je tente de me calmer comme je peux. Je ne dois pas flancher, surtout pas maintenant.
 
_Je suis là, pourtant, je tente, un sourire en coin, Et je te parle. Il semblerait que tu sois mal informé.
_Qu'est-ce que tu me veux ?
 
Dans sa question, plus d'ironie ou de provocation. Je crois qu'il est moins con que ce qu'il en a l'air. Je dois la jouer finement.
 
_Proposition pour le boulot, je tente.
_Tu sais très bien que je suis en contrat avec les Styles.
_Justement. Ta présence dans cette boite révèle que tu es loin de leur être loyal. Ça m'intéresse.
_Ce n'est pas mentionné dans mon contrat que ce lieu m'est interdit, il me fait remarquer.
 
J'acquiesce d'un geste de la tête, sans insister.
Autant jouer le tout pour le tout. De toute façon, un Tomlinson ne s'abaisse pas à supplier quelqu'un. Et je pense qu'il le sait très bien.
 
_Bonne soirée, je réponds, faisant demi-tour.
_Attends ! Il m'arrête, presque immédiatement, Je ne fais pas partie de ça, moi.
_De ça ?
_De votre guerre, il précise, Que ce soit leur banque ou la votre, je m'en fiche, tant que je peux être financé.
 
Je plante les mains dans les poches de mon jean. Il doit penser que je fais ça pour faire genre, pour prétendre qu'il me fait chier et que j'ai autre chose à foutre. En réalité, je les camoufle là pour ne pas lui balancer un poing en pleine figure.
 
_Tu me suis ? J'interroge.
 
Il acquiesce et informe ses potes qu'il revient. Je me fraye un chemin dans la boite, l'enfoiré sur mes pas. Je nous emmène directement vers la sortie de secours et salue le vigile. Il ouvre la porte à l'instant où une chevelure blonde me passe devant.
 
_Qu'est-ce que...
 
Je pose ma main dans le dos de Garrett et le pousse violemment jusqu'à la sortie, avant qu'il n'ait le temps d'ajouter quoi que ce soit. La porte se referme derrière nous et on se retrouve dehors, derrière la boîte.
 
_Qu'est-ce qu'elle fait là ? Il reprend, se retournant vers moi brusquement.
_J'avais envie de prendre part à votre conversation, lui répond Gemma.
_Qu'est-ce que c'est que cette connerie ? Il s'emporte, continuant de m'interroger, Vous n'êtes pas censés être ensemble !
_Décidément, tu es vraiment mal informé, je rétorque.
_Qu'est-ce qu'il se passe ? S'inquiète-t-il, lançant un coup d'½il à Gemma, Qu'est-ce que vous me voulez ? Pourquoi vous êtes tous les deux ?
_Harry, répond-elle froidement.
 
J'observe le visage de Garrett. Sa décomposition à la lumière des réverbères réchauffe délicieusement mon c½ur.
 
_Il le voulait aussi, il finit par commenter.
 
Mes mains, putain. Je les replonge dans les poches de mon jean. Je tremble de rage, je tremble de haine.
 
_C'est mon frère.
 
Je me retourne vers Gemma. Je ne sais pas comment elle fait, pour garder ce masque de froideur. C'est un bloc de glace, cette fille, quiconque cherchant à la rayer glisserait contre la paroi.
 
_C'est mon frère, elle répète.
_Il l'a demandé, rétorque Garrett.
_C'est mon frère.
_Il m'a suivi derrière la boite.
_C'est mon frère.
_Oui, putain, j'ai compris ! Il s'emporte, C'est ton frère !
_Personne ne touche à mon frère.
 
Garrett se recule de deux pas. Un sourire. Il y a un sale sourire qui se dessine sur sa face alors que deux mots de trop sortent de ses lèvres :
 
_Trop tard.
 
Mon pouls s'accélère si vite que je me force à fermer les yeux.
Respire Louis. Rappelle-toi ce qu'a dit Gemma.
Il faut qu'on soit plus intelligent que lui. Il faut qu'on le détruise, lui, sa famille, et tout ce qui le rend heureux. Parce qu'il n'a pas le droit. Plus le droit.
Je rouvre les yeux, décidé.
Mais une rafale de cheveux blonds passe sous mon nez. La seconde d'après, Garrett Jackson est étendu sur le sol alors qu'un bruit de craquement d'os résonne dans la ruelle. Je m'arrête, pas certain de comprendre ce qu'il vient de se passer.
Gemma se retourne vers moi, se massant le poing.
 
_On avait dit qu'on ne le frapperait pas, je murmure, comme un con.
_Fallait bien lui faire fermer sa gueule.

L'autre con se met à geindre, étalé sur le sol et le nez en sang :
 
_Bande de psychopathes.
 
La deuxième fois, je le vois encore moins venir. Le pied de Gemma vient s'écraser contre son entre-jambe et Garrett se met à hurler de douleur.
 
_Tu devrais essayer, elle enchaîne, Ça fait du bien.
 
Je ne cherche pas à comprendre davantage. Je m'avance vers lui, m'agenouillant pour être à sa hauteur. Il essaie de se relever et je lui attrape les cheveux pour qu'il se tienne face à moi.
 
_Pourquoi tu protèges son frère ? Il siffle, essuyant avec sa main le sang qui coule de son nez.
_Parce que son frère, c'est mon mec.
 
Dans son regard, la stupéfaction est très vite remplacée par la crainte. Parce qu'il vient de comprendre qu'il n'y survivra pas. Économiquement et socialement. Alors, son sale corps, on peut le laisser, pour ce qu'il en aura besoin désormais...
Je lui crache à la gueule et, dans un geste désespéré, il attrape mon tee-shirt de sa main pleine de sang. Je le repousse violemment et il tombe une deuxième fois, la tête contre le béton.
 
_T'es fini, Garrett.
 
Je me relève, rejoignant Gemma. Sans commentaire, on se dirige vers la boite. Je frappe deux coups au battant. Le vigile ouvre la porte, observe Garrett étalé contre le sol, et fronce des sourcils.
 
_Pas de question ?
_Pas de question, je confirme.
 
L'homme referme la porte derrière nous et j'en profite pour l'interroger :
 
_Stan est encore ici ?
_Non, son frère est venu le chercher. Il était dans un sale état.
_Merde, je soupire, Merci en tout cas, bonne soirée.
_A toi aussi, mon grand.
 
Je me dirige vers la sortie. Je me demande si Gemma me suit jusqu'à ce que sa remarque parvienne jusqu'à mes oreilles :
 
_Est-ce que c'est de famille ?
_De quoi ?
_D'être dans un sale état.
_On enterre mon cousin demain matin, je réponds, froidement.
_On a enterré le mien aussi, elle me rappelle, Et on a failli enterrer ma cousine et mon frère, il y a quelques jours.
_On compte les points ? Je l'interroge, ironique.
 
Elle soupire et moi, je me fraye un chemin jusqu'à la sortie le plus rapidement possible. Une fois dehors, je me retourne vers le bâtiment. Gemma en sort après quelques minutes. Elle me rejoint et je me demande, à cet instant, pourquoi je l'attendais, puisqu'il est hors de question qu'on partage de nouveau sa voiture. Je préfère encore prendre un taxi.
 
_Je ne compte pas les points, Tomlinson, elle déclare en se plantant devant moi, Ce n'est pas comme si on était dans un jeu, ou comme si on était des putain de pions.
_Tu crois ?
 
Elle se renferme, aussitôt.
 
_Parce que ça y ressemble, tu sais, quelques fois.
 
Je la vois avaler sa salive, le regard dévié vers le fond de la rue.
 
_Je suis désolé pour Liam, je reprends, Mais la mort de Zayn ne venge pas la sienne. Ça ne fait pas un moins un. Ça fait juste deux. Deux morts de trop.
 
Gemma reste de nouveau silencieuse, alors, je finis par soupirer :
 
_Je devrais rentrer chez moi, il est tard.
_Oui, elle murmure.
_Et puis, au moins, on est sûr qu'Harry ne reverra jamais ce type. Il va quitter la ville.
_Tu es au courant ? Elle m'interroge, surprise.
_Je suppose, enfin... Après les menaces qu'on vient de lui faire.
 
Elle fronce des sourcils, troublée, puis finit par répondre :
 
_Oui, sûrement.
_En tout cas, on saura quoi faire s'il se repointe ici.
_Hum, elle répond, vaguement, Je vais rentrer aussi.
 
Je tourne des talons et glisse les mains dans mes poches. Il faut que je prenne un taxi au plus vite pour m'assurer que tout le monde aille bien à la maison. Stan doit être ivre mort, Aïden paumé, et Isaac effondré. Et les filles, je n'ose même pas imaginer.
 
_Tomlinson ?
 
Je me retourne, brusquement. Je vois Gemma arriver vers moi en courant. Je m'arrête alors qu'elle se plante devant moi :
 
_Il part, Harry.
 
Elle me lâche ça comme ça, comme si elle voulait me faucher les deux jambes d'un seul coup.
 
_Quoi ? Où ça ?
_Dans la clinique. Il y retourne.
_Pourquoi ? Je balbutie.
_Il a essayé de se tuer, les médecins lui ont conseillé de repartir en thérapie.
_Il a accepté ?
_Ouais... Ouais, il a accepté.
_Quand ? Il part quand ?
_Demain matin.
 
L'information me reste coincée en travers de la gorge, mes larmes au coin des yeux. Ce n'est pas possible.
 
_Pourquoi il ne me l'a pas dit ?
 
Elle hausse des épaules.
 
_Alors, pourquoi, toi, tu me le dis ? Je reformule.
_Je préfère qu'il soit retrouvé avant qu'il pense ne plus valoir le coup d'être cherché.
 
Je ne sais pas d'où sort cette phrase toute bien pensée mais je m'en fous. Je me mets à courir, sans d'autre préambule. Hors de question. Hors de question qu'on se quitte de nouveau, pas après tout ça, ça n'aurait aucun sens.
Je me rue vers un taxi que je vois arriver au loin. Par chance, il est vide. J'entre à l'intérieur et donne l'adresse des Styles au chauffeur. J'y suis en quelques minutes. Je ne réfléchis même pas à la situation, au danger, à l'irrespect de ma présence.
Je me plante devant la large porte et frappe trois coups secs contre le battant. On est au milieu de la nuit et j'en ai rien à battre. Je frappe de nouveau face à l'absence de réponse. Toujours rien.
Je m'apprête à taper encore mais le visage de Dès Styles apparaît devant moi. Il est en pyjama, en train d'enfiler une robe de chambre. Lorsque ses yeux remplis de vieillesse se posent sur moi, il a un élan de recul. J'avoue que, dans toute connerie, je n'avais pas envisagé cette possibilité.
 
_Qu'est-ce que tu fiches ici, toi ? Il gronde, sèchement, et l'air bien plus réveillé qu'il y a quelques secondes.
 
Trop tard pour faire marche arrière, cependant.
 
_Je veux parler à Harry.
_Je ne te laisserai jamais entrer dans cette maison, Louis Tomlinson.
_S'il vous plaît.
_Niall vit ici, rétorque Dès, Je ne te ferai pas entrer, par respect pour lui.
 
La claque. Je reste silencieux.
 
Ne fuis pas, Louis. Ne recule pas. Arrête d'avoir peur, putain, arrête d'avoir peur de l'aimer.
 
_Je suis amoureux de votre fils.
 
Je vois sa mâchoire se crisper mais il n'a pas l'air très surpris. J'imagine que Gemma a dû les tenir au courant de tout ce qu'il s'est passé. C'est peut-être pour ça, qu'ils veulent qu'il quitte la ville. C'est même probablement pour ça, d'ailleurs.
 
_Je veux le voir avant qu'il parte, je reprends.
_Pourquoi ? Il me demande, Pour qu'il parte de nouveau avec toi à l'autre bout de l'Europe ? Et vous irez où, cette fois ? En Papouasie ? Harry a enfin compris qu'il devait arrêter de fuir. Dégage d'ici.
_Alors pourquoi vous le laissez me fuir moi ?
 
Il soupire. Je pense qu'il avait prévu autre chose de sa nuit que de débattre avec moi.
 
_S'il part sans même m'avoir parlé avant, je continue, Il le regrettera à un moment donné et il fuguera, comme la dernière fois.
_Pars d'ici Louis, il souffle, Il est tard. On a besoin de dormir.
_Moi, j'ai besoin de le voir.
_Je vais appeler la police.
_Je resterai là toute la nuit s'il le faut, je lui annonce, Pour ne pas vous louper demain matin.
_Pars, il répète, à bout d'argument.
 
Dès Styles s'apprête à refermer la porte et je l'arrête en calant mon pied dans l'entrebâillement.
 
_Je suis comme mon père, vous savez que je ne lâcherai rien avant d'avoir eu ce que je veux.
_Tu n'auras pas mon fils.
_Je veux juste lui parler. Juste parler. On en a besoin. S'il vous plaît...
 
Je la vois, dans son regard, la lueur d'hésitation. Le moment où il réalise qu'il serait peut-être temps qu'on arrête nos conneries, parce qu'on en souffre tous autant les uns que les autres.
 
Alors il se mord la lèvre et ouvre la porte.
 
 
Harry
 
 
          Le générique du film apparaît sur l'écran et je me retourne vers ma cousine. Elle essuie discrètement les larmes sous ses yeux. Quelle connerie. On vient de regarder un film comique. Elle ne me fera pas croire qu'elle pleure de joie.
Edward se relève pour allumer la lumière et Perrie s'efforce de sourire pour ne rien montrer. Alors, moi, je me contente de ne rien dire. Parce que je suis arrivé à un point où je suis aucunement capable de gérer la douleur des autres, déjà que la mienne ne me fait pas de cadeau.
 
_Je suis trop crevé, soupire Niall, allongé dans le lit avec Perrie, Je reste dormir là, cette nuit.
_Comme tu veux, soupire sa s½ur, Tant que tu ne ronfles pas.
_Je ne ronfle jamais.
 
Tout le monde pouffe de rire parce que, clairement, c'est tellement faux.
 
_Elle abuse Gemma, enchaîne Perrie, Elle aurait pu faire un effort pour qu'on puisse passer notre dernière soirée tous ensemble.
 
Je tique sur le mot « dernière ». Je n'aime pas ce genre de mot, il connote trop d'importance, trop de pression. Elle dit ça comme si on allait tous mourir demain. Alors, oui, d'accord, on sait bien que plus rien ne sera jamais comme avant. Moi, je pars en clinique. Edward, en Chine, Niall et Perrie, dans le sud de la France. Mais, pour moi, ça fait bien longtemps que ce n'est plus « comme avant ». C'était plus « comme avant » quand Liam nous a quitté. Et ça, personne ne l'avait prévu. On n'a pas eu le temps d'organiser de « dernière soirée tous ensemble ». Alors ça ne sert à rien de se rattraper maintenant. Cette soirée, elle ne veut rien dire du tout.
 
_Elle a dit qu'elle avait un truc important à régler, la défend vaguement Edward.
_Ouais... Ça reste pas cool pour Harry.
 
Mon prénom me fait sursauter et je me retourne vers ma cousine.
 
_Ce n'est pas si grave, je lui assure.
_Tu pars demain matin, quand même.
_Je reviendrai, je murmure, On reviendra tous.
 
Personne ne répond et je trouve ça triste. Peut-être parce que, dans le fond, personne n'a vraiment envie de revenir ici.
 
_Bref, je reprends en me relevant du bord du lit, Je dois aller finir ma valise.
_Moi, je vais me coucher, je suis naze, ajoute Edward.
_Ok, bonne nuit les gars, répond Niall.
_Parce que tu as vraiment prévu de rester dormir là ? S'exclame Perrie.
_Bah ouais.
 
Je souris tout en me dirigeant vers la sortie. Edward me passe devant et lance un « bonne nuit » à tout le monde. Moi, je me retourne vers les deux autres :
 
_Vous serez là, demain matin ?
_Bien sûr, répond Perrie, On t'accompagne même jusqu'à cette foutue clinique.
_Vous n'êtes pas obligés.
_Pas moyen que tu te débarrasses de nous, elle m'arrête, On a vu ça avec Gemma tout à l'heure, elle fera la deuxième voiture.
 
J'acquiesce en souriant puis m'éclipse de sa chambre. Lorsque je referme la porte derrière moi, je sens mon c½ur se briser. Nos sourires étaient faux et on le sait tous les deux. Moi parce que je n'ai aucune envie de retourner là-bas, elle parce qu'elle prétend vouloir quitter la ville le jour où Zayn va se faire enterrer. Enfin, ce n'est pas comme si on avait le choix.
Je pars m'enfermer dans ma chambre, observant ma valise. J'ai menti. Elle est finie et pliée depuis longtemps. Il y a juste tout le reste qui n'est pas plié, tout ce que je quitte, tout ce que j'abandonne. Je me rue vers mon lit et m'affale dedans après avoir récupéré mon portable sur ma table de chevet. J'observe l'écran d'un air absent. Est-ce que je devrais l'appeler ? Est-ce que je devrais le voir ? Est-ce que ce n'est pas trop tard ? Il va me haïr de m'enfuir encore une fois. Je ne peux pas. Je ne m'en sens pas la force. D'entendre sa voix, de croiser son regard, de lui soutenir que tout est fini, pour de bon.
Je suis con et égoïste, mais je préfère rester sur ce non-dit. Le courage et l'honnêteté n'ont jamais vraiment caractérisé notre relation, de toute façon, alors ils ne la termineront pas non plus.
Je lance ma chanson et ferme les yeux. Les premières notes me font frissonner, exactement comme avant. Et ça me rend triste, un peu. Que tout ce que je ressente lorsque j'entends ses mots n'ait pas changé. If I only could. Ça résonne encore. Si seulement je pouvais rester, si seulement je pouvais continuer avec lui. Mais ma vie n'a pas assez de sens pour que j'en donne un à la sienne.
Je me sens doucement sombrer dans le sommeil lorsque deux coups résonnent contre ma porte. Je me réveille, en sursaut.
 
_Oui ?
 
Le battant s'ouvre et j'aperçois la tête de mon père. Étonnant, à cette heure de la nuit.
 
_Ça va ? Je demande, inquiet.
_Je suis désolé de te réveiller.
_Je ne dormais pas, je lui assure, Qu'est-ce qui se passe ?
 
Il entre dans la chambre, et je trouve ça encore plus étrange de sa part. Alors je me relève pour être face à lui.
 
_Papa, qu'est-ce qui se passe ?
_Louis Tomlinson est en bas.
 
J'ai besoin de quelques secondes pour enregistrer l'information.
Louis ?
Louis.
Louis !
 
_Quoi ?!
_Il veut te parler.
 
Je n'attends même pas la suite et me rue dans les escaliers. C'est une blague ? Il n'est pas sérieusement venu jusqu'ici ?
Je m'arrête, hébété, au milieu de ma cuisine. Mon c½ur rate un battement quand mon regard tombe sur Louis, assis autour de la table, avec ma mère. J'entends mon père arriver derrière moi et s'installer à la table à son tour.
 
_Je crois qu'il est temps qu'on parle, reprend Dès, Tous ensemble.
 
Je suis incapable de bouger. J'ai tout avoué à mes parents en sortant de l'hôpital. Ma relation avec Louis, bien sûr, et puis tout le reste. La drogue, Azoff, Zayn et Perrie à ses seize ans, les brûlures de cigarette dans la ruelle, ma fuite à Brighton en plein milieu de la nuit, la soirée au KOKO, mon départ à Barcelone, la mort de Liam, et Louis, Louis, Louis. Ils m'ont écouté, sans parler. Leur silence a été plus cruel que tout ce que j'aurais pu imaginer. Alors, oui, clairement, là, je suis juste tétanisé de savoir qu'ils veulent en parler.
 
_Je sais que tu pars, Harry.
 
La voix de Louis me sort de mon état liturgique et j'ose enfin le regarder dans les yeux. Son regard est triste et ça me fait de la peine, de l'avoir déçu, une nouvelle fois.
 
_Je suis désolé, je murmure, Je ne savais pas comment te le dire.
_Viens t'asseoir, nous interrompt ma mère, Il est temps qu'on parle de tout ça sérieusement.
 
Je me dirige vers la table, en silence, m'installant sur la chaise juste en face de Louis. A l'instant où je glisse mes jambes sous la table, je sens les siennes me toucher presque immédiatement, comme pour me rappeler que je ne suis pas tout seul dans cette histoire. Je camoufle un sourire alors qu'une bouffée de chaleur me tord le ventre délicieusement.
 
_Donc, reprend mon père, Harry part demain pour la clinique.
 
Il se retourne vers moi et ajoute à mon attention :
 
_Je pense qu'il est clair pour toi que moi et ta mère ne reviendront pas sur cette décision.
_Je sais, je murmure.
_Mais peut-être que, commence Louis.
_Non, le coupe froidement mon père, Harry a besoin d'être soigné. La sécurité de mes enfants sera toujours ma priorité.
 
Ça laisse un blanc parce que, clairement, c'est un secret pour personne qu'il a échoué lamentablement. Avec sa guerre à la con et son refus de voir la vérité.
 
_Je suis désolée, murmure ma mère soudainement, Désolée de ne pas avoir su comment arrêter ce conflit. Je sais que c'est injuste mais... Harry, elle souffle, attrapant ma main pour la serrer dans la sienne, Tu sais bien que c'est trop tard. Vous ne pourrez jamais être ensemble.
 
Les jambes de Louis se resserrent contre les miennes.
 
_Ça n'a pas de sens, elle reprend, Après tant de malheurs, tant de morts, le mieux, pour vous deux, ce serait de passer à autre chose. Tu ne le crois pas ?
_Je ne sais pas, je balbutie, les larmes au bord des yeux.
 
J'évite le regard de Louis parce que je ne suis pas sûr d'être capable de le supporter.
 
_Harry, enchaîne Dès, Tu es jeune. Tu retomberas amoureux.
_On ne dénigre pas ce que tu ressens, chéri, continue ma mère, On sait que c'est douloureux. On a été jeunes, nous aussi. Mais tu as perdu Liam, tu as perdu tellement de choses. Tu as besoin de te reconstruire, besoin de temps pour toi. Juste toi.
 
Je ne réponds pas, les poings serrer si forts que mes ongles se plantent dans ma paume. Je ne sais pas quoi penser. Je ne sais même pas quoi leur répondre.
 
_Je ne l'empêcherai jamais de se reconstruire, finit par participer Louis, Je veux qu'il soit heureux. Et je regrette tout ce que j'ai fait. Je regrette ce que j'ai fait subir à Niall, je regrette d'être venu à la soirée d'anniversaire de Perrie, je regrette d'avoir empêché Zayn de la voir, je regrette d'avoir envenimé ce conflit, je regrette la mort de Liam, je regrette...
 
Il s'arrête, l'air de ne pas avoir assez de mots pour toutes ses pensées :
 
_Je regrette tout, putain... Sauf lui.
 
Mon père observe Louis sans rien dire puis il se retourne vers moi. Dans ses yeux, il me demande comment je me suis débrouillé pour me foutre dans une situation pareille. Et j'aimerais bien savoir lui répondre.
 
_Louis, je murmure.
 
Ses yeux bleus viennent me percuter en plein c½ur.
 
_Moi non plus, je ne regrette pas ce qu'on a vécu ensemble. Mais... J'ai fait une promesse à mes parents, quand je suis sorti de l'hôpital. Je leur ai promis que je me soignerai. Je leur ai promis qu'ils n'auraient plus à s'inquiéter pour moi. Je ne peux pas... Je ne peux pas rompre cette promesse.
 
Un blanc vient compléter ma réponse. Je m'apprête à reprendre la parole lorsque Gemma fait soudainement irruption dans la cuisine. Je ne l'avais pas entendu rentrer. Aussitôt, je me retourne vers Louis. J'ai peur du sort qu'elle va lui réserver lorsqu'elle l'apercevra ici. Sauf qu'elle se retourne vers nous et qu'elle hausse à peine les sourcils quand elle le voit planter avec nous, autour de la table.
Je reste tétanisé, alors que, tout naturellement, Gemma va se servir un verre d'eau. Puis elle enchaîne, un air faussement intrigué sur le visage  :
 
_Louis, c'est du sang sur ton tee-shirt ?
 
Aussitôt, mon père se retourne vivement vers lui :
 
_Parce qu'en plus tu te bats ?!
 
Je ne comprends rien à ce qui se passe et observe Gemma sourire, sortant de la cuisine, alors que Louis est sur le point de l'étriper.
 
_Tu ne crois pas qu'il y a eu assez de violence comme ça ? Enchaîne Dès, exaspéré.
_Ce n'est pas ce que vous croyez, s'empresse de répondre Louis, Vraiment... Ce n'est pas mon sang.
_De mieux en mieux, ironise ma mère.
_Je... S'empourpre Louis, En fait...
_Hey ! Reprend Gemma qui débarque de nouveau dans la pièce, Vous croyez vraiment que c'est le moment pour parler ? Il est trois heures du matin et on a de la route demain. Laissez-les dormir.
 
Les ?!
Je me retiens de ne pas m'étouffer avec ma salive.
 
_Hors de question ! S'offusque mon père immédiatement.
_Papa, ce n'est pas comme s'ils n'avaient pas déjà couché ensemble, rétorque ma s½ur, blasée, Laisse-les profiter de leur dernière nuit, au moins.
_Non, il s'énerve.
_On ne fera rien, tente Louis.
 
J'entends Gemma pouffer de rire.
 
_Non, répète mon père, Non, pas chez nous.
_Vous avez bien laissé Azoff dormir ici pendant des années, réplique Gemma, qui a toujours été la seule à savoir lui tenir tête, Ne soyez pas aussi hypocrite.
_Très bien, soupire ma mère.
 
Je crois que mon c½ur quitte littéralement ma cage thoracique, comme si la scène se déroulait sans moi. Ce qui est un peu le cas, d'ailleurs, puisque je suis trop ahuri pour participer.
 
_Quoi ? S'offusque Dès, à son attention.
_Il est tard, elle soupire, Laissons-les, pour les heures qu'ils leur restent, de toute façon.
 
Puis Anne quitte la cuisine pour rejoindre sa chambre, après avoir passé une main tendrement dans mon dos. J'ai envie de lui dire « merci » mais les mots restent coincés dans ma gorge. Gemma sort à son tour de la pièce, après un rapide coup d'½il dans ma direction.
Mon père, quant à lui, se retourne vers Louis et déclare sèchement :
 
_Je te donne le droit de rester ici, mais, demain matin, il part avec nous et tu n'as pas ton mot à dire.
_Oui, monsieur.
_Bien. Bonne nuit.
 
Il quitte à son tour la cuisine et on se retrouve rien que tous les deux. Louis se retourne vers moi, un sourire un peu béat aux lèvres.
 
_C'était plutôt... Inattendu, il souffle.
_Toi qui débarque dans ma cuisine en plein milieu de la nuit, ouais, plutôt.
_Ou toi qui décide de partir de Londres sans me le dire.
 
Le ton a changé et le sourire, disparu.
 
_On va dans ma chambre ? Je propose.
 
Il acquiesce et on se dirige tous les deux vers ma chambre, en silence. Je referme la porte derrière nous. Il observe la pièce, sans rien dire, jusqu'à ce que son regard se pose sur ma valise.
 
_Pourquoi ? Il murmure, C'est ce que tu veux ?
 
Je plante les mains dans les poches de mon jogging.
 
_J'imagine qu'on n'a pas toujours ce qu'on veut.
 
Il se retourne vers moi, ses yeux plantés dans les miens.
 
_Tu m'as dis que tu ne savais pas si tu serais capable de me pardonner. Alors, réponds juste à la question.
_Quelle question ?
_Qu'est-ce que tu veux ?
 
Toi. Non. Je ne sais pas. Partir ou rester.
J'ai la désagréable sensation que ça ne changera rien.
 
_Je dois aller là-bas.
_Tu le veux ? Il répète, de nouveau.
_Ne rends pas les choses plus compliquées.
_Excuse-moi de te demander des explications sur un départ dont tu n'as pas jugé bon de m'informer, il ironise.
_Et toi, pourquoi tu as du sang sur ton tee-shirt ?
_Ça n'a aucun putain de rapport.
_Tu t'es battu ? J'enchaîne, ignorant sa remarque.
_Pas le sujet.
_Et d'ailleurs, c'était quoi cette histoire avec ma s½ur ? Pourquoi elle n'avait pas l'air étonnée de te voir chez nous ?
_Toujours hors-sujet.
_Vous étiez ensemble ? Je réalise, brusquement.
_Harry, il soupire.
_Louis ! Vous étiez ensemble oui ou non ?
_Oui.
_Pourquoi ?!
 
Il ne me répond pas tout de suite, balayant la pièce du regard. Mais je crois que je n'ai pas besoin de sa réponse.
 
_Garrett Jackson, je murmure, Qu'est-ce que vous lui avez fait ?
_On lui a juste fait passer un message.
_En le tabassant ?! Je m'emporte, Mais il y a un truc que tu n'as pas encore compris dans cette histoire ! Ça t'a échappé à un moment que la violence n'était pas une putain de solution ? Merde, quoi ! T'es con, sérieux.
_Ouais, enfin, si on t'écoutait toi, faudrait limite lui donner une promotion à ce type.
_Ta gueule.
_Tu ne me dis pas de la fermer ! Il s'énerve, Et puis, le sujet, c'est ton putain de départ, je te rappelle !
_Et bien, crois-moi, de te voir en tee-shirt avec du sang, ça me donne juste envie de me barrer encore plus loin, je crache, Je n'ai pas besoin d'un héros dans ma vie. Merci.
 
Je vois Louis retirer sa veste d'un coup brusque.
 
_Je peux savoir ce que tu fais ? Je reprends.
_J'enlève mon tee-shirt, comme ça, ça te donnera peut-être envie de rester.
_Je t'interdis d'enlever ton tee-shirt.
 
Bien sûr, il ne m'écoute pas et retire son vêtement. Bordel de Dieu. Je n'étais pas préparé à ça, moi. Je détourne le regard immédiatement.
 
_Pitié, soupire Louis, blasé, Regarde-moi.
_Tu es à moitié nu, ce n'est pas juste.
_Pas juste ? Répète-t-il, De quoi tu parles ?
_Je suis en train d'essayer de m'énerver là, ne te fous pas à poil, ça me déstabilise.
 
Un silence puis un éclat de rire, qui remplit la pièce, qui remplit ma vie. Je relève mon regard vers lui. Il est torse nu et trop beau pour avoir envie de débattre sur la question. Louis réduit la distance entre nous. Il se plante devant moi, un sourire en coin.
 
_Quoi ? Je lâche.
_Je te déstabilise ?
_Arrête.
 
Je fais le truc le plus inconscient du monde. Je pose mes mains sur sa poitrine pour le repousser. Sauf que, forcément, quand je touche sa peau, ça me donne juste envie de faire l'inverse. Alors, comme un con, je les laisse là, mes mains, contre sa poitrine. Je les glisse même tout le long de son torse, pour m'arrêter à ses hanches.
 
_Rapproche-toi, il sourit.
_Non.
 
Il sourit encore plus sincèrement. Parce que mon corps dit l'inverse de ma bouche. Je le tiens toujours au niveau des hanches, dans un geste contradictoire. Je le touche tout en le gardant à distance, comme je l'ai toujours fait, en réalité.
 
_Tu me tiens.
_Laisse-moi réfléchir, je gronde.
 
Il se tait, attendant un geste de ma part. Je respire, mes yeux toujours ancrés dans les siens. Qu'est-ce que je veux, bon sang ? Qu'est-ce que je veux ?
 
_Je voudrais que tu fermes les yeux, s'il te plaît, murmure Louis.
 
Je m'exécute. J'entends les battements de mon c½ur.
 
_Écoute, ce qu'il y a à l'intérieur de toi.
 
Une tempête. C'est ce qu'il y a, à l'intérieur. Ce qu'il y a toujours eu. La réaction de deux vents contraires qui se sont rencontrés. Les Tomlinson et les Styles. Deux vents qui ne vont pas dans la même direction, alors ils luttent, avec acharnement. Et dans cette lutte incessante, ils finissent par se mélanger, se mélanger si brutalement qu'ils ne peuvent plus repartir chacun de leurs côtés. Ils tournent. Trop fort. Trop vite. Trop haut.
Il y a des vents contraires dans ma tête. Il y a l'amour que je porte à Louis et la haine que je porte à Tomlinson. Il y a la façon dont il me rend vivant et ce qu'il a tué à l'intérieur de moi quand Liam est parti. Il y a le passé et le futur.
Il manque le présent. Parce que je suis en plein milieu de la tempête et que tout est flou autour de moi. J'ignore comment sortir de là. Si je mets un pied dehors, je me fais emporter. Soit par un vent, soit par l'autre. Il n'y a pas d'issue. C'est un peu ça, une tempête, quand elle te fonce dessus, elle ne t'offre pas d'issue. A toi de t'en sortir tout seul.
 
_Ouvre les yeux.
 
Lentement, mes paupières s'ouvrent. Je m'habitue à la lumière et reste tétanisé devant Louis. Je n'étais pas aussi près. Je n'étais pas aussi près de lui lorsque j'ai fermé les yeux. Alors, je réalise, soudainement, à quel point mes mains sont agrippées fermement à ses hanches, à quel point mon torse est proche du sien, à quel point mes lèvres frôlent les siennes.... C'est moi, qui ai avancé ?
 
_Tu as bougé ? Je murmure, perplexe.
_Non, il m'affirme.
 
Alors, peut-être que le vent tourne, parfois.
 
_On ferme les yeux et tout s'arrange ? Je demande.
_Ça serait un peu facile.
_Et rien ne l'est, pas vrai ?
 
Il acquiesce. Un air triste sur le visage.
 
_Qu'est-ce qu'on fait ?
_On profite, il murmure, De nos dernières heures rien que tous les deux.
_Non, pas ça... Je comprends.
_S'il te plaît, Harry.
 
Je reste fixé sur ses lèvres même si je sais pertinemment ce qui va en sortir.
 
_Fais-moi l'amour avant de partir. 



____________________

Coucou les RunUpGirls ! 
Je m'excuse pour avoir mis autant de temps à poster le chapitre suivant mais je travaillais en parallèle le projet #runupbook alors ça m'a pris plus du temps que d'habitude pour écrire :) 
Je m'excuse aussi pour cette fin... Brutale, je me doute que vous avez envie de savoir la suite, 
je vous promet qu'elle sortira plus rapidement que pour celui-ci,
probablement pour les vacances de Noël d'ailleurs  :D
Donc j'en profite pour vous souhaitez d'excellentes fêtes de fin d'année
(bon on y est pas encore, mais presque, rêvons un peu !) 
Je tenais aussi à remercier Julie pour la vidéo de fin parce que je m'en suis clairement 
inspirée pour ce chapitre, je pense que vous reconnaîtrez facilement le passage :p
Pour moi, la vidéo c'est exactement ce qui se passe dans la tête d'Harry
quand Louis lui dit de fermer les yeux. 
Hâte de lire vos avis ! 
Bisous à toutes xx






Tags : #RunUpfic

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.104.202) if someone makes a complaint.

Comments :

  • RunningUp

    23/12/2015

    Visiteur wrote: "On est mercredi on est mercredi hihi "

    et oui ! ce soir ♥

  • Visiteur

    23/12/2015

    On est mercredi on est mercredi hihi

  • RunningUp

    21/12/2015

    HiOops Larry 3 wrote: "C'est" Louis et Harry se complètent tout en s'opposant" et pas " s'imposant" saloperie de téléphone 😁 "

    ahah j'avais compris tkt :p

  • RunningUp

    21/12/2015

    HiOops Larry 3 wrote: "C'est... Incroyable. Cette suite je crois que c'est pile celle que j'attendais. C'est beau et fort et ce mélange improbable ses Tomlinson et des Styles nous permet de souffler un peu comme les personnages d'ailleurs. Je ne savais pas qu'il y avait deux chapitres de publiés et j'ai lu en même temps blackout.... Pffffou mes vacances commencent bien grâce à vous. Vous nous faites du bien et rien que pour ça on devrait ne jamais arrêter de vous dire merci.... Il n'y a rien de plus beau que les sentiments encore plus quand ils sont si bien écrits.... Louis et Harry se complètent tout en s'imposant se détestent tout en s'aimant se font souffrir tout en se faisant du bien... C'est ça la vie... Et c'est la phrase que je préfère et qui revient souvent dans vos fictions " il me rend vivant".... "

    oh merci c'est trop mignon ! on n'avait jamais remarqué qu'on disait toujours "il me rend vivant" mais t'as trop raison, ça doit être un peu ça alors, on les fait vivre en les faisant interagir :)
    en tout cas merci beaucoup pour ton commentaire, pour blackout il y aura une suite lundi prochain et pour run up le chapitre 9 sera en ligne dans deux jours ! :) mercredi quoi quoi ! bisous ♥

  • HiOops Larry 3

    21/12/2015

    C'est" Louis et Harry se complètent tout en s'opposant" et pas " s'imposant" saloperie de téléphone 😁

  • HiOops Larry 3

    21/12/2015

    C'est... Incroyable. Cette suite je crois que c'est pile celle que j'attendais. C'est beau et fort et ce mélange improbable ses Tomlinson et des Styles nous permet de souffler un peu comme les personnages d'ailleurs. Je ne savais pas qu'il y avait deux chapitres de publiés et j'ai lu en même temps blackout.... Pffffou mes vacances commencent bien grâce à vous. Vous nous faites du bien et rien que pour ça on devrait ne jamais arrêter de vous dire merci.... Il n'y a rien de plus beau que les sentiments encore plus quand ils sont si bien écrits.... Louis et Harry se complètent tout en s'imposant se détestent tout en s'aimant se font souffrir tout en se faisant du bien... C'est ça la vie... Et c'est la phrase que je préfère et qui revient souvent dans vos fictions " il me rend vivant"....

  • RunningUp

    21/12/2015

    Tiboux wrote: "Coucou !
    Tu me retrouves pas mal sur Twitter mais peu en commentaires et c'est quelque chose que je regrette sincèrement parce que j'ai toujours beaucoup de choses à dire après avoir lu un de tes chapitres ! Sache qu'aucun ne me laisse indifférente ! C'est totalement impossible ! Celui là encore moins que les précédents, il se passe tellement de choses importantes !
    La fin arrive, ça se lit, ça se sent et ça fait mal parce qu'il ne reste que deux chapitres et que j'ai peur du dénouement ! J'avoue encore avoir du mal à déterminer ce que tu vas faire de tes héros, la fin que tu vas leur donner et c'est très angoissant en tant que lectrice parce que même si je rêve d'un happy end, je sais très bien que c'est toi qui décide de tout ça ! Alors je vais croiser les doigts et espérer que comme moi, tu aimes les histoires qui se terminent bien ! :)
    Dans ma naïveté, j'arrive presque à me convaincre que depuis quelques chapitres, tu poses les bases pour aller dans ce sens en tout cas !
    Il y a de l'avancée, du progrès, je trouve ça énorme (mais totalement cohérent et possible !) ! Le séjour à l'hôpital d'Harry a tout changé, les mensonges sont tombés, la vérité a éclaté et c'est peut-être ce qu'il fallait même si cela arrive tard ! La coopération, le dialogue même que l'on sent entre les deux familles depuis est aussi perturbant qu'encourageant ! Le passé ne peut pas être effacé mais on sent quand même beaucoup d'évolution par rapport au début de ton histoire !
    Louis assume désormais parfaitement ses choix et ses envies, il se bat pour son couple et c'est quelque chose de très positif je trouve ! La manière dont il agît avec Gemma est très agréable à lire, ce sont deux personnages dont les interactions me plaisent beaucoup ! Elle montre une très grande maturité dans toute cette histoire et même si ce sont Harry et Louis qui, par leur amour, pourront peut-être mettre fin à se conflit, je trouve que le rôle de Gemma est primordial et déterminant depuis plusieurs chapitres.
    Son intervention dans la cuisine était tout à fait elle : mettre les pieds dans le plat et agir pour son frère avant tout ! J'ai adoré ! D'ailleurs, tout dans cette scène était super : la présence de Louis déjà qui m'a complètement prise de court, la réaction d'Harry, leur soutien muet sous la table et le fait que Louis ne se laisse pas faire.
    C'est donc Harry qui est le plus paumé mais ça l'a toujours été ! Je pense personnellement que le départ au centre est nécessaire même s'il veut dire "séparation" (provisoire ??? mon dieu j'espère !) ! Je comprends que Louis ne veuille pas qu'il s'en aille et que Harry n'en ait pas envie non plus mais dans l'état actuel des choses, pour moi, leur relation en a besoin. Harry a encore des problèmes avec la drogue, avec ses tourments. Il a besoin de temps et de distance parce que je crois que Louis n'est pas suffisant pour l'aider sachant qu'il est en parti responsable de ses problèmes ! J'ai toujours malgré tout le doute en me disant : Est-ce que leur amour résistera à un an de séparation ... et puis après j'ai envie de rire tellement je trouve mes réflexions ridicules ! Sérieusement, on parle de TON Louis et de TON Harry ! Ils sont tellement amoureux qu'au fond, je suis certaine que la réponse est oui ! Je pense très sincèrement qu'il n'y a pas grand chose qui puisse réellement les séparer alors j'espère avoir raison en attendant la suite avec impatience !
    "

    Merci Tiboux pour ton commentaire ! Quand je pense qu'on s'est rencontrées sur Fyctia, ça me fait trop plaisir ! :) et merci pour ce long commentaire détaillé, j'adore connaitre vos avis et là j'ai été servie ! donc voila vraiment merci pour me suivre et commenter à chaque fois ! comme tu dis harry a besoin de partir, et je suis contente que la plupart des lecteurs soit d'accord avec ça parce que, pour une fois, c'est pas l'amour qui va le sauver mais juste lui et sa volonté :) donc je le redis encore mais merci ♥
    j'espère que le prochain chapitre te plaira !
    pleins de bisous et bonnes fêtes de fin d'année xx

  • RunningUp

    21/12/2015

    Mathilde wrote: "oh bordel c'est mon chapitre préféré cest pas POSSIBLE! je me suis retenue de crier tout le chapitre j'en reviens pas.....louis et gemma cest toute ma vie là quand il dit "mon mec" je te jure que j'ai failli crier JHALLUCINE et le "je suis amoureux de votre fils' PARDONNNN cest magnifique puis le larry alors là jai même plus les mots pour décrire ce que cette fiction me fait ressentir, je lis des fics larry h24 littéralement depuis 2ans mais ya que la tienne qui me fait cet effet, ya que toi que je stalk tout le temps pour savoir quand ya un nouveau chapitre!!! et là quand jai vu jai arrêté de respirer et javais du mal à respirer en lisant mdrr tu me mets dans des états olalaa jen peux plus
    ah oui aussi JE VEUX PAS LA FIN??????????????? tu peux pas finir je te jure cest toute ma vie runup je lai lu 3fois déjà je men passe pas tu peux pas arrêter!!!
    jespère VRAIMENT que la fin va être joyeuse sinon je mettrais mes menaces à exécution : je te trouve et je te bouffe!! je survivrais pas une fin triste et tu peux pas nous faire ça??? avec tous les morts, tous les malheurs qu'on a traversé tas pas le droit!!! mais franchement cest fou je suis ta fiction depuis ses débuts on devait être genre 50 à lire et maintenant cest devenu un truc de fou!! alors stp pour moi une fidèle lectrice stp fait les finir ensemble je t'en supplie cest ma dernière volonté
    BREF tu dois me prendre pour une malade mentale avec mes commentaires à chaque fois mais je taime même si on se connait pas ptdrr je taime juste parce que t'écris ce chef d'oeuvre (jexagere pas) et que cette fiction me rend totalement malade mais jadore ça
    je me suis tellement attachée aux personnages ça peut pas se finir je te jure....je vais être détruite (jexagere toujours pas) plus que je ne le suis déjà mdrr je verse des larmes à chaque chapitre à cet acte ptn
    BREFFF bisous et il me tarde la suite!!! (ne passe pas leur moment tous les deux stp je veux savoir tous les détails de leur "dernière" nuit lol je sens qu'ils vont se casser ensemble)
    "

    ahah merci pour ton commentaire, il m'a fait rire :) et je suis très touchée aussi, ça fait plaisir d'avoir des avis des filles qui sont là depuis les débuts ;) , donc vraiment ça me touche énormément, moi aussi je tiens beaucoup t à l'histoire et mes personnages donc ça va être très très très dur de les lâcher, mon dieu je n'ose pas y penser ! en tout cas la suite sera en ligne mercredi, j'espère qu'elle te plaira ♥ pleins de bisous à toi et merci encore xx

  • RunningUp

    21/12/2015

    StefAnie1975 wrote: "Ne pas pleurer à la fin d'un chapitre est impossible. Trop d'émotions, mais cela veux simplement dire que l'on vit l'histoire avec eux. Comme à chaque fois.

    Je pense qu'ils ont pris la bonne décision. Je ne sais pas ce que leur réserve l'avenir, mais il fallait, malgré la tristesse et la douleur, que Harry parte, pour s'en sortir. Qu'au moins l'un d’eux s'en sorte.
    J'ai l'espoir infime, que quand Harry reviendra, car il reviendra de sa cure, ils se retrouveront, une histoire aussi belle, oui j'ai dit belle, car elle est sincère, malgré tout les conflits, existera encore, qu'ils se retrouveront et pourront s'aimer au grand jour. Car tout ces malheurs auront peut être permis aux deux familles de réfléchir, de comprendre que les combats, la haine, les morts n'est plus la solution. Que ensemble, ou tout u moins côte à côte, ils seront toujours aussi puissant, si ce n'est plus. Si il n'y a que ça pour les faire avancer.

    Cela va être douloureux pour tout le monde. Mais c'est une bonne décision.
    Il faut qu'ils acceptent de faire la paix.
    "

    merci pour ton commentaire, tu suis l'histoire depuis le début et lire ton avis à chaque nouveau chapitre me fait vraiment plaisir :) comme tu dis je pense aussi que harry a besoin de partir pour se reconstruire, seul... C'est un peu douloureux ce départ après tout ce qu'il s'est passé ces derniers temps avec Louis mais c'est ce qui me semble le plus réaliste (même si cette fic ne l'est pas, avouons-le :p) ! en tout cas encore merci pour ton commentaire, je posterai la suite mercredi !

  • RunningUp

    21/12/2015

    ShaShalli wrote: "Faut que Louis et Harry se sauvent de cette ville et de tous ces conflits. Comme ça tout est réglé. Je veux pas qu'ils soient séparés ils ont vécus trop de choses difficiles. Faut qu'ils soient heureux maintenant (et ensemble surtout)"

    merci pour ton commentaire ! tu auras peut etre un début de réponse à ton commentaire dans le prochain chapitre, il sort mercredi ;) bisous à toi xx

Report abuse