Chapitre un

 
 
Harry
 
 
             J'attrape ma bière que je porte à mes lèvres. Gemma, assise en face de moi, n'arrête pas de me fixer. Je n'en reviens pas qu'elle ait osé venir ici après ce que j'ai appris la semaine dernière.
Comme toutes les fins de semaines, on squatte au Maddox Bar. À la base, on se retrouvait entre Styles et Tomlinson. On a organisé ça avec Louis, il y a quelques années, pour apaiser les tensions et habituer nos deux familles à se fréquenter. Au début, tout le monde a fait l'effort de venir, pour nous faire plaisir, mais on n'avait tellement rien à se dire quand on était tous ensemble que beaucoup ont abandonné.
Aujourd'hui, on a gardé l'habitude de se retrouver dans ce bar, même si, de mon côté, il n'y a que Perrie qui fasse toujours le déplacement. Alors, j'ai été étonné de voir Gemma et Aaron entrer avec ma cousine, tout à l'heure. Comme je ne suis pas revenu à la maison depuis notre dispute, ma s½ur a dû se dire que c'était le seul endroit où elle pourrait me trouver. Elle n'a pris aucun risque puisqu'elle sait pertinemment que je n'ai pas eu assez de cran pour dire aux Tomlinson qu'elle veut sortir Greg de sa prison. Quelle connerie. Je suis sûr qu'elle attend le bon moment pour me faire du bourrage de crâne et me convaincre de la suivre. Pas de chance pour elle, cependant. Car si Louis n'est pas encore arrivé au bar – je suppose qu'il fait encore des heures supplémentaires à la banque – Isaac est bien présent, lui. Du coup, comme elle ne peut rien me dire à ce propos, elle meuble la conversation avec des sujets bateaux. Moi, je me contente de lui lancer des regards noirs pour lui faire comprendre que sa présence n'est pas la bienvenue, vu le coup de couteau qu'elle s'apprête à enfoncer dans leur dos... Dans leur dos, dans leur c½ur, dans leur cuisse, et dans toutes les parties de leur corps encore intactes qu'elle peut s'amuser à abîmer.
À table, le rire de Perrie me sort de mes pensées et je détourne mon regard de celui de ma s½ur. J'aperçois Isaac éclater de rire à son tour et les observe, sans rien dire. Je suis content de voir que Perrie s'entend bien avec les Tomlinson, surtout Isaac, avec qui elle est plutôt proche. Je crois qu'ils s'aident mutuellement à supporter la disparition de Zayn.
 
_Harry ?
 
Le chuchotement de ma s½ur me fait tressaillir. Tiens, la voilà qui passe finalement à l'attaque.
 
_Non, je siffle, sèchement.
_On peut sortir un instant ?
_Non.
 
Aaron ne commente pas et reste sagement assis à côté d'elle. Je crois qu'il évite au maximum d'intervenir dans nos disputes de famille. Et, vu notre passé, il a de quoi avoir raison.
 
_Juste pour fumer, cinq minutes.
_Non, je répète.
 
Je vois Perrie nous observer du coin de l'½il. Elle continue sa discussion avec Isaac pour le distraire. J'imagine que ce n'est pas le moment qu'il réalise que quelque chose ne va pas entre moi et Gemma. Même si Isaac est le plus raisonné des Tomlinson, la libération de Greg est bien la seule chose qu'il ne laisserait pas passer.
 
_Harry, insiste Gemma.
 
Je finis par soupirer en reposant mon verre sur la table. Je sais que ma s½ur ne lâchera rien et, clairement, je n'ai pas la force de lui tenir tête.
 
_On va fumer, je grince, à l'attention du reste de la table.
_Ok, répond Isaac, sans rien remarquer.
 
Gemma me suit après avoir pressé l'épaule d'Aaron, un sourire affiché sur son visage, et ça m'énerve encore plus. Je me fraie un chemin entre les tables et sors du bar. Dehors, il fait déjà nuit. Le vent frais souffle dans mes cheveux bouclés, mais ça ne calme pas ma colère.
 
_Je ne veux pas entrer en guerre contre toi, Harry, j'entends Gemma dans mon dos.
 
Je ne lui réponds pas, me contentant d'attraper mon paquet de cigarette dans la poche de mon manteau. J'en sors une et la coince entre mes lèvres.
 
_Harry ?
_Mais tu veux entrer en guerre quand même, je commente, allumant ma cigarette.
 
Je tire une première taffe tandis que Gemma vient se planter devant moi. Elle m'observe sans rien dire. Elle pense que je vais relever la conversation, mais elle a tort. Je n'ai pas envie de parler de ça avec elle.
 
_Tu ne vas même plus lui rendre visite en prison, elle reprend, Ça fait presque un an qu'il ne t'a pas vu.
_Je lui manque, peut-être ? J'ironise.
 
Gemma soupire de nouveau. Parce que, tiens, pour ça aussi, je lui en veux. Il y a plus d'un an maintenant, elle a décidé de tout dire à Greg. Pour moi et Louis, pour sa s½ur et Zayn, pour les Tomlinson en général. La fin de la guerre. La fin des quartiers délimités. La fin de ce pour quoi il crève là-bas. Il a pété un plomb. Je le comprends. C'est un peu un dommage collatéral qu'on a laissé de côté. Il a dit à Gemma que je n'étais qu'un gamin égoïste. Alors, pour ne pas le contre-dire, j'ai préféré lui donner raison. Je ne l'ai jamais revu depuis qu'il sait pour moi et Louis.
 
_Il t'a pardonné, murmure Gemma, comme si elle lisait dans mes pensées.
_Mais c'est lui qu'on doit pardonner, je lui fais remarquer, C'est lui qui a quelque chose à se reprocher.
_On a tous quelque chose à se reprocher, Harry.
_Toi, en particulier, je grince.
_Je ne cherche pas à gâcher ta relation avec Louis.
_Mais tu vas le faire.
_Pour sauver ma famille, elle ajoute.
 
Je lève les yeux au ciel. Quand va-t-elle comprendre que personne ne lui demande de jouer au héros ?
 
_Toi et Louis, elle reprend, Vous êtes forts. Vous vous aimez. Vous passerez au-dessus de ça.
_Tu n'en sais rien.
_Niall parvient bien à fréquenter Louis. Il devrait pouvoir en faire de même avec Greg. S'il t'aime, il devrait le faire.
_Ce n'est pas Louis, le problème, c'est sa famille.
_Et pourquoi tu cherches plus à plaire à la leur qu'à la notre ? S'énerve Gemma, Greg est ton cousin.
_Et Louis, mon copain. Il compte pour moi, sa famille compte, tout ce qui le concerne compte. Tu le comprends ça ou quoi ?
_Ça compte plus que Greg ?
_Oui.
 
Je déteste quand elle fait ça. Quand elle me regarde comme si j'étais un parfait connard. Je le suis peut-être. Je suis peut-être le genre de mecs qui ne connaît pas ses priorités et passe plus son temps à décevoir les gens qu'à les respecter. Mais je ne les laisserai pas gâcher mon bonheur.
 
_Est-ce que tu en as parlé avec Perrie ? Elle me demande.
_De quoi ?
_De son frère.
_Non.
_Elle aussi, elle a besoin de lui. Si tu ne le fais pas pour lui, ni pour moi, fais-le pour elle et Niall.
 
Je pourrais m'énerver qu'elle ose me faire ce chantage affectif, mais ce n'est pas ça qui me perturbe le plus.
 
_Attends, je l'arrête, Qu'est-ce que tu attends que je fasse exactement ?
 
Le regard de Gemma se baisse au sol. Je retiens un rire. Je me doutais bien qu'elle était venue au bar pour une raison. Et chercher à se réconcilier avec moi n'en est clairement pas une. Gemma a juste besoin de moi. J'aurais dû m'en douter.
 
_Ne dis rien aux Tomlinson, s'il te plaît.
 
Cette fois, elle a relevé son regard vers moi. Je suis content qu'elle ait au moins eu le cran de me dire ça dans les yeux.
 
_Tu me demandes de leur mentir sur la libération du violeur d'Eleanor ?
_Pas de leur mentir, mais de ne rien dire, rectifie Gemma, Tu pourras très bien leur faire croire que tu n'étais pas au courant de ce qu'on faisait.
_Et donc, en quoi ce n'est pas un mensonge ?
_Tu vois très bien ce que je veux dire...
 
Je ne reprends pas la conversation, continuant de fumer.
 
_Alors ? Elle demande, Est-ce que tu peux garder ça pour toi ?
 
Je fais un signe négatif de la tête, tirant un peu plus fort sur ma cigarette tout en sachant que la nicotine n'aura aucun effet sur moi.
 
_Louis m'en voudrait trop.
_Pas s'il pense que tu n'es pas au courant.
_Le mensonge ne nous a jamais réussi, je lui rappelle.
_S'il te plaît, insiste ma s½ur, Ou alors, laisse-nous un peu plus de temps pour monter un dossier solide. S'ils l'apprennent maintenant, ils vont bloquer la procédure.
_Ils auraient raison de le faire.
_Haz, je ne te demande pas de nous aider, ni de témoigner, ni de faire quoi que ce soit, hormis garder le silence de ce que tu sais.
_J'en sais trop, je ne peux pas lui cacher quelque chose comme ça.
_Mais tu l'as fait, elle m'arrête, Ça fait une semaine que tu es au courant et tu ne lui as encore rien dit.
_Je vous laisse du temps à vous pour abandonner cette idée ! Je m'offusque, Ne crois pas une seule seconde que je cautionne.
_Tu ne nous laisses même pas une chance, commence-t-elle à s'emporter à son tour, Laisse-nous un peu plus de temps et ce sera à la Justice d'en décider. S'il te plaît.
 
Je m'apprête à répliquer, mais le prénom de Louis sort des lèvres de Gemma. Je me retourne brusquement et l'aperçois arriver au bout de la rue. Il porte encore son costard, mais il a ouvert les premiers boutons de sa chemise. Ses cheveux sont emmêlés à cause du vent et un sourire se dessine sur ses lèvres lorsqu'il me voit. 
 
_Fais chier, soupire Gemma.
 
Je comprends d'où vient son commentaire à l'instant où mon regard se pose sur Stan, qui marche à côté de mon copain. Je suis étonné de le voir nous rejoindre. De toutes les familles réunies, Stan a toujours été le plus réticent à ses rencontres au Maddox Club. Je ne suis même pas sûr qu'il y soit déjà resté plus d'une heure.
Louis et Stan avancent tous les deux vers nous. Je retiens un éclat de rire quand je vois le visage de Stan se décomposer à la vue de ma s½ur. Comme s'ils étaient tous les deux programmés pour se détester jusqu'à leur dernier jour sur terre.
Louis vient m'enlacer immédiatement. Je crois même que son bras sur ma taille se pose en même temps que ses lèvres sur les miennes. J'adore quand il fait ça. Quand il m'embrasse avec tellement d'empressement qu'on dirait que rien d'autre n'a d'importance sur terre, comme s'il avait attendu ce moment toute la journée. Pas un mot de prononcé. Juste ses lèvres qui s'écrasent sur les miennes et ses mains sur ma taille. Je lui rends son baiser en espérant que Gemma nous regarde et s'en veuille. Mais je ne crois pas qu'elle ressente une quelconque culpabilité. Elle tolère notre relation, mais ça ne veut pas dire qu'elle l'a acceptée. Et, malgré ce qu'elle dit, je crois qu'elle aimerait bien qu'on ne soit pas aussi forts et aussi amoureux, justement.
Louis finit par se retirer de mes lèvres et commente, d'un air étonné :
 
_Tu fumes ?
_Ouais, je marmonne, en me reculant d'un pas à cause de l'odeur.
 
Mais Louis resserre sa pression sur ma taille pour me rapprocher de lui, à nouveau. Il m'embrasse une deuxième fois en souriant, puis une troisième, avant de me laisser respirer.
 
_Stan, je ne te dis pas bonsoir, je reprend à son attention.
_Également, il répond.
_Qu'est-ce que tu fais ici, de toute façon ? Participe Gemma.
_Je pourrais te retourner la question, il rétorque.
_Je l'ai posée en première.
_Je ne vais pas rester.
_Tant mieux.
_On y retourne ? Je les interromps, avant qu'ils ne s'entre-tuent sans aucune raison.
 
Ils acquiescent tous deux et on entre à l'intérieur du bar, se frayant un chemin jusqu'à notre table habituelle. Perrie, Isaac et Aaron sont toujours en train de discuter.
 
_Salut, s'annonce Louis, Désolé je suis encore en retard. J'avais une réunion.
_Pas grave, répond son cousin, Je me doutais que.... Stan ?!
 
Celui-ci s'affale sur la chaise en face de lui en un soupir.
 
_Qu'est-ce que tu fous ici ? Reprend Isaac à son attention.
_J'ai oublié mes affaires dans l'appartement de Louis hier soir et monsieur a laissé ses clefs à son débile de petit-ami.
_Va te faire foutre, je commente, aussitôt.
_Je suis venu prendre tes doubles de clefs du coup, reprend-il à l'attention d'Isaac.
_Tu ne veux pas rester avec nous ?
_Non, souffle Stan, Je ne voudrais pas gêner la soirée couple.
 
Quel connard. J'aperçois Perrie et Isaac détourner le regard. Bien sûr, il n'y a que Stan pour ce genre de commentaire déplacé qui rend tout le monde mal à l'aise. On sait tous que Perrie et Isaac sont devenus proches, mais la comparaison est plus que douteuse vis à vis de Zayn.
 
_T'es con, finit par soupirer Isaac.
_Vous parliez de quoi ? S'intéresse Louis pour changer de conversation.
 
Aaron s'apprête à lui répondre, mais c'est de nouveau Stan qui nous interrompt avec sa sonnerie de téléphone portable. Il s'éloigne de la table pour décrocher.
 
_C'est la sonnerie pour sa s½ur, nous informe Isaac.
_Comment ça ? Demande Perrie.
_Il a mis une sonnerie personnalisée pour qu'il reconnaisse immédiatement quand c'est Eleanor qui appelle.
_Il est vraiment tordu, commente Gemma.
_Comme si tu étais à peine différente, j'ironise.
_Sauf qu'une sonnerie personnalisée ne me serait pas très utile, vu que tu ne m'appelles jamais.
 
Je vois le regard de Louis se poser sur moi. Il doit se demander ce qu'il se passe avec ma s½ur. Quelle merde. Je suis incapable de mentir. Gemma a raison. Je n'ai pas été capable de lui dire quoi que ce soit à propos de Greg. Et ce n'est pas pour leur gagner du temps. Je crois que c'est plutôt pour me gagner du temps à moi, du temps avant que tout ne s'écroule à nouveau. Je ne suis pas sûr d'avoir la force de le supporter.
 
_Fin de la soirée les Tomlinson, annonce Stan en revenant brusquement.
_Pourquoi ? Interroge Louis.
_C'est El' qui m'a appelé, Waliyha et Félicité se sont encore fait la malle.
_Putain, soupire Isaac, C'est déjà la troisième fois, ce mois-ci.
_Je sais, commente Stan, Va falloir qu'on finisse par les enfermer.
_Radical, ironise Gemma, ce qui lui vaut un froncement de sourcils de sa part.
_On refait toutes les boites alors ? Soupire Louis.
_Ouais, pas le choix.
 
Un énième soupir s'échappe des lèvres des trois cousins, puis ils finissent par se relever à contre-coeur.
 
_On peut faire des groupes pour les retrouver, je propose.
_Bonne idée, approuve Louis, On a des voitures ?
_Moi, répond Isaac.
_J'ai la mienne aussi, intervient Gemma, Je peux emmener un groupe.
 
J'hallucine, si elle croit qu'elle va se rattraper comme ça.
 
_Super, merci, lui répond Louis, probablement étonné de sa participation.
 
Et moi, je me retiens de lever les yeux au ciel. À quoi elle joue, bon sang ?
 
_On y va ? Demande Stan.
 
Louis approuve d'un geste de la tête et s'empare immédiatement de ma main pour me tirer à lui. Je vois le regard de Gemma se poser sur nos doigts enlacés. Et, pendant une seconde, je crois qu'elle culpabilise.
 
 
 
Louis
 
 
            Isaac gare la voiture sur le parking de la Fabric. Après quelques coups de fils à nos amis, on a tout de suite découvert que les filles étaient ici. Je sors de la bagnole, suivi de mes deux cousins. Je me retourne vers la voiture de Gemma qui vient de se garer derrière nous. Je ne sais même pas pourquoi on a fait comme ça, pourquoi – instinctivement – on a ressenti le besoin de séparer nos deux familles quand on a réparti les groupes. Peut-être qu'il y a certaines choses qui ne disparaîtront jamais vraiment. Je ne sais pas. Peut-être qu'on n'est pas totalement prêts à les faire disparaître non plus.
Harry s'échappe du véhicule, tout comme Gemma et Perrie, et ils nous rejoignent devant la boite.
 
_Prince Charmant s'est envolé avec le carrosse ? Interroge Stan.
_Il travaille demain matin, rétorque Gemma, Un concept qui doit probablement t'échapper.
_On abrège ? Soupire Harry.
_Oui, allons les chercher, approuve Isaac.
 
On se déplace vers la boite et j'entends Stan demander à Gemma ce qu'elle fout ici. Et, pour le coup, je me pose vraiment la question moi aussi. Sauf qu'elle ne lui répond pas et j'ai la vague impression qu'elle cache quelque chose.
On entre dans la Fabric et je réalise, à l'instant, que ça fait des lustres que je n'ai pas mis les pieds dans cet endroit.
 
_On se sépare ? Demande Harry, Pour aller plus vite.
_Ouais, approuve Stan, On prend chacun un côté.
 
J'approuve d'un geste de la tête et je vois Harry partir avec sa s½ur et Perrie. Je ne sais pas ce qu'il lui reproche ces derniers temps, mais la façon dont il la surveille devient de plus en plus suspect.
Je me retourne vers les gars et les suit à travers la boite. On est un soir de semaine, mais, comme c'est les vacances, c'est rempli de lycéens en chaleur. Je nous revois à leur place et ça me fait presque sourire qu'on en soit finalement arrivés là. Au mauvais rôle. Mais je me rassure en silence. Waliyha et Félicité sont beaucoup trop jeunes pour traîner ici. Elles n'ont que quinze et quatorze ans et clairement pas les idées à leur place en ce moment. Elles nous rendent la vie impossible depuis quelques mois, ne vont plus en cours, fument, boivent, fuguent. Elles suivent notre route, mais elle est bien trop cabossée pour qu'on les laisse l'emprunter.
 
_Trouvées, soupire Isaac.
 
Je suis son regard et tombe sur elles, aussitôt. Je ne vois pas comment elles pourraient m'échapper, vu qu'elles dansent actuellement debout sur le bar. Il y a des mecs en dessous qui crient et elles gloussent en se croyant irrésistibles. D'accord, elles le sont, mais elles sont bien trop jeunes pour l'être.
Je me retourne vers Stan. Sa mâchoire se crispe et je n'ose même pas imaginer sa réaction si ça avait été Eleanor à leur place.
 
_Reste ici, je déclare aussitôt, On y va avec Isaac.
_Je peux savoir pourquoi ?! Explose mon cousin, outré.
_Parce que tu vas leur foutre la honte et qu'elles vont te détester. On n'a pas besoin d'empirer les choses.
_Je m'en fiche de leur foutre la honte ! Elles n'ont pas à être là, putain !
 
En voyant comment il est énervé, je me dis que c'est plutôt dans l'intérêt de toute la boite qu'il reste dans son coin.
 
_On revient, je déclare, sans concession.
 
Isaac me suit jusqu'aux filles. En réalité, j'ignore comment les convaincre de partir d'ici, mais je me dis que je serais toujours plus efficace que Stan qui se serait contenté de les séquestrer dans leur chambre.
 
_Hey, j'annonce, en arrivant au pied du bar.
 
Waliyha pose son regard sur moi et lève les yeux d'une façon totalement exagérée.
 
_On n'est pas là pour vous engueuler, ok ? Rétorque Isaac, qui ne peut décidément pas se détacher de son foutu rôle du bon samaritain, Mais il est déjà une heure du matin, donc c'est l'heure de rentrer à la maison.
_On ne t'empêche pas de le faire, rétorque ma demi-s½ur, On s'amuse là.
_Vaguement, je commente, Vous vous trémoussez comme deux gourdasses surtout.
_Va te faire foutre, siffle Félicité.
_Descends, je gronde.
_Rentre chez toi et arrête de jouer au grand frère protecteur, c'est pathétique.
_On s'inquiète, reprend Isaac, C'est normal.
_Trop d'attention, feint Waliyha, Dommage que mon frère n'ait pas pu bénéficier à temps de ta superbe protection.
 
Et là, forcément, ça change la donne de la conversation. Je vois le visage d'Isaac se refermer avec tellement de violence que je ne peux empêcher la mienne de remonter à la surface. J'attrape le bras de Waliyha et la fait littéralement tomber du bar. Je l'entends râler et c'est presque légitime parce que j'aurais pu lui casser la cheville, mais je feins ne pas m'en préoccuper.
Je me retourne vers ma s½ur :
 
_Descends, je répète.
_Quoi ? Tu vas me mettre de force dans la voiture ?
_Tu crois que ça me gênerait ?
_Dégage Louis.
 
Son air suffisant finit par me faire péter véritablement les plombs et je l'attrape au niveau des jambes pour la faire tomber sur mon épaule. Forcément, elle se met à hurler au viol, mais personne ne m'arrête car tout le monde me connaît ici.
Je me retourne vers Isaac :
 
_Prends Waliyha, on y va.
_On n'est pas des objets, putain ! S'énerve-t-elle en essayant de se dégager, mais son demi-frère tient fermement son bras.
 
On se fraie un chemin à travers la foule, rejoignant Stan qui nous observe, un sourire en coin.
 
_Les gars, vous avez cette démagogie incroyable avec les filles que je vous envie.
_Ta gueule, je soupire, blasé.
_Non, je suis sérieusement impressionné. Vous avez ce tact pour leur parler.
_N'insiste pas.
_Cette faculté de ne pas... Comment tu dis déjà ? Ah oui ! Ne pas empirer les choses !
_Stan, on a compris.
 
Il sourit, ce con, fier de lui. Puis on sort tous les quatre de la boite alors que ma s½ur continue de me hurler de la lâcher. Ce que je fais dès qu'on met les pieds dehors.
 
_T'es malade ! Elle gueule.
_Et toi, mineure ! Je m'emporte à mon tour, car cette soirée commence sérieusement à me gonfler, Je n'ai qu'un mot à dire à toutes les boites de cette ville pour que vous ne puissiez plus jamais entrer avant vos 18 ans ! Alors contente-toi de ce que tu as ! On vous autorise à venir quand on est là, c'est déjà pas mal pour votre âge.
_Arrête, vous ne sortez même plus en boite, ça n'arrive jamais Louis !
_Vous êtes encore jeunes ! Vous n'avez pas besoin de sortir tous les week-ends !
_Mais tu n'es même pas là ! Elle hurle, Arrête de faire comme si tu étais encore le chef !
_Je ne suis pas le chef, je suis ton frère !
 
Ce qui revient un peu au même, je lui accorde.
 
_T'es mon frère qui vient une fois par mois à la maison pour se contenter de nous critiquer, elle rectifie, Je ne veux pas d'un frère comme toi.
_Je suis le seul que tu as.
_Et je préférerais ne pas t'avoir !
 
Forcément, ça fait mal. Mais je me retiens de lui montrer parce que ça lui ferait trop plaisir.
 
_Dans la voiture, je rétorque, sèchement.
 
Félicité soupire. Elle sait qu'elle ne pourra pas me tenir tête. Elle entre dans la voiture, suivie par Waliyha.
Je me retourne vers mes cousins :
 
_Qui monte derrière avec elles ?
_Pas besoin, répond Isaac, Je ne vais pas rentrer maintenant.
_Quoi ? Mais c'est ta voiture !
_J'ai besoin de prendre l'air.
_Isaac, je soupire, Elle disait ça parce qu'elle était énervée. Elle ne le pensait pas.
_Elle le pensait et c'est pour ça qu'elle est tout le temps énervée, il me corrige, Les gars... Je suis sérieux, ramenez-les à la maison.
 
Il nous tend ses clefs et je l'observe d'un air inquiet. Je n'aime pas quand il est comme ça.
 
_Allez, insiste-t-il.
 
Alors Stan les récupère avant de l'interroger :
 
_T'es sûr que tu ne vas pas aller te jeter d'un pont ou un truc comme ça ? Non, parce qu'on en connaît un qui a été capable de le faire.
_Ta gueule, je commente, blasé, avant que la référence me fasse réaliser que j'ai oublié Harry à l'intérieur, Merde !
_Oui, va lui dire au revoir, rétorque Stan, Mais dépêche, je n'ai pas envie de t'attendre pendant trois heures.
_Je vais juste lui dire que je rentre avec vous. Je reviens.
 
Je retourne en courant jusqu'à la boite. À l'intérieur, il y a toujours autant de monde alors je scrute les personnes devant moi. J'aperçois les cheveux blonds de Gemma au loin. Je me dirige vers elle directement.
 
_Hey, ton frère est là ?
_Non, je le cherche aussi.
 
On regarde tous les deux sur la piste de danse, mais je vois mal Harry aller danser alors qu'il sait qu'on cherchait ma s½ur et ma cousine.
 
_Il doit être aux tables, je reprends.
_Ouais, elle approuve, en me suivant.
 
On se dirige vers le coin VIP de la boite. Il y a surtout des bandes de lycéens friqués qui picolent en se croyant cool. Enfin, des gens un peu comme nous, à l'époque où on n'avait rien de mieux à faire de nos samedi soirs.
J'aperçois finalement ses boucles brunes à une des tables, celles la plus reculée.
 
_Là-bas, je dis à Gemma.
_Putain, elle grince.
_Quoi ?
_Tu as déjà vu un fantôme ?
_Hein ?
_Il est devant tes yeux, elle reprend.
 
Je suis son regard, sans comprendre ce qu'elle me raconte. Je vois Harry, en premier, bien sûr, puis je me concentre sur la personne à laquelle il parle. Brun, mâchoire carrée, l'air d'un mauvais garçon.
 
Jeff Azoff.
 
Mon c½ur s'arrête de battre pendant une demi-seconde. C'est même Gemma qui réagit la première. Elle s'avance vers le groupe, alors que je suis incapable de bouger. J'ai confiance en lui, mais je ne peux pas m'empêcher de lui en vouloir. Pourquoi est-ce qu'il lui parle alors qu'il était censé chercher les filles ? Est-ce qu'il m'a oublié à cause de la réapparition de ce pauvre type ?
Gemma pose sa main sur l'épaule de son frère. Je le vois sursauter et observe toute la scène de loin. Je n'ai pas envie de m'approcher, parce que je ne sais pas ce que je pourrais lui faire si j'avais Azoff en face de moi et que je préfère ne pas le savoir. Gemma chuchote un truc à l'oreille d'Harry et il se retourne vivement vers moi, l'air un peu inquiet. Je me contente de lui faire un signe de la main, sans rien dire. Il se retourne de nouveau vers Azoff. Ils parlent encore un peu, alors que je crois mourir à chaque seconde qui passe. Puis il finit par le quitter et me rejoint, Gemma sur ses pas.
 
_Tu as retrouvé les filles ? Il me demande en arrivant, l'air de ne même pas vouloir s'expliquer.
_Ouais, elles sont dans la voiture, je réponds en tentant de garder mon calme.
_Elles vont bien ?
_Oui.
_Tant mieux.
_Je vais rentrer avec elles et Stan.
_Et Isaac ? Il fronce des sourcils.
_Il voulait faire un tour à pied, si vous pouvez le convaincre de le ramener chez nous, ça m'arrangerait. Je crois qu'il ne veut juste pas se retrouver avec les filles.
_Ouais, on peut le ramener, déclare Gemma.
 
À la place de remercier sa s½ur, Harry se contente de la fusiller du regard. Putain, il y a vraiment quelque chose qui cloche entre ces deux-là. Mais, tant qu'Harry ne se sera pas décidé à parler, je ne le forcerai pas. Il devrait être capable de me faire confiance et j'en ai marre que tous les efforts ne se fassent que dans un sens.
 
_Ils m'attendent du coup, je reprends.
_D'accord.
 
Je crois que je vais littéralement l'assassiner sur place. Il ne va quand même pas rester là sans moi ? Et, surtout, avec lui ?
Gemma comprend aussitôt mon regard et enchaîne :
 
_On rentre aussi Harry ?
_Ouais.
_Tu vas chez tes parents ou chez nous ? Je demande.
_Nous, il répond aussitôt en regardant sa s½ur.
_D'accord, je demanderai à Stan de me déposer à l'appartement alors.
_Ok, à tout à l'heure, il me sourit.
 
Je viens l'embrasser sur les lèvres, puis me retourne vers Gemma pour l'accoler brièvement.
 
_Empêche-le de lui reparler, je murmure à son oreille.
_J'y comptais bien.
 
Je m'éloigne brièvement, sans oser croiser le regard d'Harry, car je déteste utiliser sa s½ur pour le surveiller. Mais ce n'est pas de ma faute s'il a toujours l'air de se foutre de ce qui fout mon c½ur en l'air.
 
_J'y vais, je reprends, en partant définitivement.
 
Je me retrouve de nouveau sur le parking et aperçois Stan écraser sa cigarette sur le sol en entrant dans la voiture. Je le rejoins et m'assois côté passager.
 
_Isaac est déjà parti ? Je demande.
_Ouais.
_Les filles, j'enchaîne à l'attention des deux derrière, On vous laisse une dernière chance. On ne dit rien aux parents pour ce soir et, en échange, vous nous dites à chaque fois que vous sortez.
 
Bien sûr, elles ne me répondent pas.
 
_Les filles ? Je répète en me retournant vers elles, Vous avez entendu ?
_Oui, elles soupirent à l'unisson avant de remettre leurs écouteurs dans les oreilles.
 
Elles tournent toutes les deux leur visage vers la fenêtre de la voiture et je sais que, désormais, on peut toujours parler à des murs.
Je me replace à l'avant et observe Stan sortir de la place de parking. Il a l'air sérieux, tout d'un coup.
 
_Ça va ? Je demande.
_On ne devrait pas prendre ça à la légère, Louis.
_C'est la crise d'adolescence, je relativise, On était pareils à leur âge.
_Je ne pense pas que ça soit ça.
_Alors quoi ?
_Elles ne nous écoutent plus. On n'est plus légitimes à leur yeux parce qu'on n'a pas su sauver Zayn. Elles n'ont plus confiance en nous.
 
Je reste silencieux, ignorant ce que je peux lui répondre.
 
_Tu devrais faire attention avec Harry.
_Comment ça ? Je fronce des sourcils.
_Tu passes tout ton temps libre avec lui, ça n'aide pas les filles à te refaire confiance.
_Je passe du temps avec lui parce que c'est mon copain.
_Tu n'es pas obligé de passer tout ton temps libre avec lui.
_Je n'en ai déjà pas beaucoup...
_Je sais.
 
Stan allume la radio et je crois que c'est son signal pour dire que la conversation est terminée. Parce que, cette fois, c'était différent. Ce n'était pas une remarque lancée en l'air pour me faire chier, c'était comme... Un avertissement ?
 
_La famille pense que je passe trop de temps avec Harry et pas avec vous ? Je l'interroge, parce que, moi, je ne veux pas en rester là.
_Elle l'a toujours pensée.
_Mais Harry ne peut presque jamais venir à la maison, comment je peux concilier les deux si vous ne voulez pas de lui ?
_On concile les choses quand on les met à égalité, Louis. Commence par ça.
_Qu'est-ce que ça veut dire ? Je râle.
_Rien, il soupire.
 
Je bifurque mon visage vers la fenêtre et Stan met la radio plus forte. Le reste du trajet se fait en silence. Arrivé devant la maison, il se retourne vers les filles et ajoute :
 
_J'ai demandé à Eleanor de vous ouvrir la véranda derrière, donc passez par là et ne faites pas de bruits pour les parents.
 
Waliyha et Félicité hochent la tête, sans même le remercier, et elles quittent la voiture en claquant la portière derrière elles, en un dernier geste de rébellion.
 
_Qu'est-ce que tu fais ? Me demande mon cousin en me voyant rester à ma place.
_Tu peux me déposer chez moi ?
_Tu ne dors pas à la maison ?
_Non, j'ai dit à Harry qu'on se retrouverait chez nous.
 
Et là, il doit me lancer le regard le plus blasé de toute sa vie.
 
_Ça va, je souffle, J'ai bien compris ce que tu m'as dit. Mais c'est différent, là.
_En quoi c'est différent ?
_Il y avait son ex dans la boite, son ancien dealer, ils se sont parlés.
_Et ?
_Et je veux rentrer du coup, m'assurer qu'il est bien à la maison.
_Et les filles ? Demande Stan.
_Elles sont en sécurité, maintenant.
_Harry est en sécurité aussi, il rétorque, Gemma est restée avec lui.
_Tu peux me ramener ou pas ? J'abrège.
 
Stan soupire, puis il finit par tourner la clef dans la voiture pour faire redémarrer le moteur.
 
_Merci, je murmure.
_Ne me remercie pas, il me coupe, sèchement.
_Pourquoi pas ?
_Parce que ça n'aide pas. Et un jour, tu le comprendras par toi-même. 



Tags : #runupfic - #Acte5

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.196.135.90) if someone makes a complaint.

Comments :

  • LosingIt-larry

    02/12/2016

    Chapitre dix-huit en ligne. xx

  • LosingIt-larry

    17/09/2016

    Salut ! Désoler d'avoir poster si tard mais voilà enfin le chapitre huit. xxx

  • RunningUp

    27/07/2016

    mxell-linah wrote: "Waliyah et Felicité font plein d'histoires, et disent que Louis les a abandonnées, mais dans cette guerre, tout le monde souffre et chaqu'un essaie de s'en sortir comme il peut... Et le medicament de Louis c'est Harry... Il serait resté chez lui avec sa famille, et elle aurait été face a un fantôme donc au bout d'un moment, les filles doivent arreter de mettre leur peine sur les autres.... Sinon, j'ai trouvé que Stan etait moins chiant, et plus mature sur la fin du chapitre, jaime beaucoup le voir comme sa😏... Et Gemma, comme d'habitude elle me saoule....😑 Sinon j'ai A-DO-RÉ😍
    "

    merci beaucoup pour ton commentaire, j'espère que la suite de l'acte va te plaire en tout cas :D

  • RunningUp

    26/07/2016

    Visiteur wrote: "COUCOU !! Je suis contente de voir que tu fais un acte 5...Tu dis que ça sera plus réaliste....j'ai peur pour mes deux bébés moi :( stp me tue pas, je suis fragile "

    hihi j'espère que ça va te plaire ;)

  • RunningUp

    26/07/2016

    Visiteur wrote: "Ok, je viens tout juste de voir que tu as écris un nouvel acte et je dois dire que je suis surprise. Étant une grande fan de cette fiction et l'ayant relue mainte et mainte fois, je pensais qu'elle allait s'arrêter à leurs fin heureuse (apparement pas?). Et honnêtement, je sais pas si je dois m'en réjouir ou partir en courant en tenant fermement leurs fin heureuse entre mes mains. Surtout qu'harry je ne le sens pas du tout, ni gemma donc en gros c'est la merde mais ça va aller hein ? "

    merci de m'avoir laissé un message, pour moi la vraie fin est l'acte 4, après j'ai eu envie de me faire plaisir en écrivant une suite, mais sans tomber dans un truc où tout se passe bien dans le meilleur des mondes, d'où quelques chapitres qui vont pas forcément vous plaire, mais en tout cas je ne spoilerai pas cette deuxième fin :p

  • RunningUp

    26/07/2016

    00 wrote: "Comment jsuis trop contente que tu ai écrit un acte 5 , et ce prmeier chapitre et comme toujours parfait "

    j'espère que ça va te plaire ♥

  • 00

    25/07/2016

    Comment jsuis trop contente que tu ai écrit un acte 5 , et ce prmeier chapitre et comme toujours parfait

  • Visiteur

    18/07/2016

    Ok, je viens tout juste de voir que tu as écris un nouvel acte et je dois dire que je suis surprise. Étant une grande fan de cette fiction et l'ayant relue mainte et mainte fois, je pensais qu'elle allait s'arrêter à leurs fin heureuse (apparement pas?). Et honnêtement, je sais pas si je dois m'en réjouir ou partir en courant en tenant fermement leurs fin heureuse entre mes mains. Surtout qu'harry je ne le sens pas du tout, ni gemma donc en gros c'est la merde mais ça va aller hein ?

  • Visiteur

    13/07/2016

    COUCOU !! Je suis contente de voir que tu fais un acte 5...Tu dis que ça sera plus réaliste....j'ai peur pour mes deux bébés moi :( stp me tue pas, je suis fragile

  • mxell-linah

    12/07/2016

    Waliyah et Felicité font plein d'histoires, et disent que Louis les a abandonnées, mais dans cette guerre, tout le monde souffre et chaqu'un essaie de s'en sortir comme il peut... Et le medicament de Louis c'est Harry... Il serait resté chez lui avec sa famille, et elle aurait été face a un fantôme donc au bout d'un moment, les filles doivent arreter de mettre leur peine sur les autres.... Sinon, j'ai trouvé que Stan etait moins chiant, et plus mature sur la fin du chapitre, jaime beaucoup le voir comme sa😏... Et Gemma, comme d'habitude elle me saoule....😑 Sinon j'ai A-DO-RÉ😍

Report abuse