Passé 2

 

Passé 2
 


Harry
 
 
_Haz, calme-toi.
 
Je ne peux pas. Je ne peux pas me calmer. Je vais exploser d'une minute à l'autre.
 
_Harry, tu m'écoutes ?
 
Je n'écoute pas non plus. Je ne veux rien entendre, les mots me font mal et l'air que je tente d'inspirer est irrespirable. Tout me brusque. Je serre les poings et les frotte sur mes cuisses, rageusement.
 
_Arrête, putain.
 
Azoff me serre contre lui, par derrière. Son torse se colle dans mon dos et ses bras se posent sur les miens. Il fait glisser ses mains jusqu'à mes poings et me force à les détendre, ses doigts se faufilent entre les miens. Il ramène nos deux mains liées contre mon torse, embrassant mon cou de multiples baisers.
 
_Calme-toi, il répète.
_Pourquoi elle n'a pas voulu que je vienne ? Je soupire.
_C'est ta s½ur. Elle veut juste te protéger.
_Mais je veux être là-bas avec eux ! Je m'emporte.
 
Je me détache de son étreinte, parce que je suis trop une boule de nerfs pour accepter un câlin maintenant. Azoff me regarde m'éloigner de lui, il ne sait pas comment me gérer. Mauvaise nouvelle, moi non plus. Je sens que je suis vraiment à deux doigts de débarquer dans le tribunal pour interrompre le procès. Enfin, à deux doigts, parce qu'au fond, je n'ai pas les couilles et ça fait une heure que j'attends devant le bâtiment.
Gemma m'a interdit de venir au procès, Perrie et Liam également. Trop jeunes et présence des Tomlinson oblige. Seul Niall est là-bas. En même temps, il s'agit de punir le connard qui l'a foutu en fauteuil roulant.
Moi, je me suis éclipsé en douce de ma chambre. Azoff m'a accompagné. Pour me soutenir, officiellement, même si je crois que Gemma lui a plutôt conseillé de me garder à l'½il. Ce qu'il fait à merveilles, puisqu'il vient se poster devant moi à l'instant.
 
_On devrait rentrer chez toi.
_Pas avant de savoir la sentence.
_Qu'est-ce que ça changera d'être ici ou chez toi ?
_Ta gueule.
_Hey ! Il s'énerve, Ne m'insulte pas ! Je n'ai rien à voir avec toutes vos conneries, moi.
 
Je soupire pour tenter de me calmer. Ça ne marche pas. Rien ne marche. J'ai les nerfs en vrac et l'estomac en état de troisième guerre mondiale.
 
_On peut se faire un rail ?
_Pas maintenant, il rétorque, d'un ton clairement pas négociable.
_Pourquoi pas maintenant ?
_Parce qu'on est devant un putain de tribunal et que les Tomlinson vont en sortir d'un moment à l'autre !
_Je croyais que tu n'en avais rien à foutre de nos conneries ? Je lâche, Ça ne devrait pas te préoccuper.
_T'as bien raison. Il y a même toi tout entier qui ne devrait pas me préoccuper. Mais, manque de bol, ça me préoccupe. Alors ne fais pas chier, Styles. On n'en prendra pas maintenant.
 
Je range les mains dans mes poches pour éviter de frapper l'arbre à côté de moi. On s'est cachés dans un parc en face du tribunal. Dans un putain de parc alors que ma famille a besoin de soutien face à ses enculés.
Je m'assois à même le sol, mes genoux remontent instinctivement contre mon corps, comme pour me protéger de l'inévitable.
 
_J'ai peur, bordel.
 
Je réalise que j'ai dit ça à voix haute lorsque Azoff se retourne brusquement vers moi. La pitié remplace la colère sur son visage et il s'approche de moi. Il pose ses mains sur mes bras pour me rassurer et reprend :
 
_On se fera un rail quand on sera chez moi, au calme.
_Ce n'est jamais calme chez toi, je relève, Les voisins se tapent dessus.
 
Il rit et moi aussi. Je crois que je ne le remercierai jamais assez d'être là, avec moi, alors que ça fait un an que mon monde s'écroule sous mes pieds. Un an qu'on attend ce procès. Celui-là et celui de Greg. Putain, c'est trop long, un an. Un an d'incertitude. Un an sans que ce connard n'ait été jugé.
 
_Putain, je lâche.
 
Azoff s'agenouille devant moi et m'attrape pour que je vienne tout contre lui. Ses bras m'encerclent, je niche mon visage dans son cou et il me serre fermement. Ça me fait du bien, même si ce n'est que pour quelques minutes, parce qu'on n'a pas l'habitude, lui comme moi, de ce genre d'affections.
Je sens son c½ur battre dans sa poitrine, ma respiration qui se calme peu à peu, puis une vibration dans ma poche.
 
_Gemma ! Je m'exclame aussitôt en me reculant.
 
Je sors mon téléphone en me relevant brusquement, Azoff titube en arrière et tombe sur le sol. Peu importe. C'est un message de ma s½ur. Le juge a rendu son verdict. Je l'ouvre, les doigts tremblants. Deux mots s'affichent sous mes yeux. Juste deux mots.
 
« Légitime défense ».
 
Je continue de les lire, de les relire, et relire, et encore relire. Les deux mêmes mots. Je n'arrive pas à m'arrêter de les lire. J'ai l'impression qu'ils resteront gravés à jamais. Comme inscrit au fer rouge dans le fond de ma rétine. Légitime défense. Louis Tomlinson est libre. On a perdu le procès. Aucun autre mot ne peut mieux traduire ce que je suis ressens à cet instant : perdu. Je suis complètement perdu. Je perds la notion de tout ce qui m'entoure. Le bien, le mal, ça n'a plus aucun sens. Ça ne veut plus rien dire.
Mes jambes flanchent et je tombe au sol. Azoff se plante devant moi, me regardant d'un air affolé alors que les sanglots dévalent mes joues tremblantes.
 
_Harry, qu'est-ce qu'il se passe ? Harry ?
 
Je n'arrive pas à lui répondre, mes larmes me bloquent la gorge, je suffoque. Azoff pose sa main sur mon dos. Je ne comprends pas non plus. Je suis perdu, ok ? Juste, foutez-moi la paix. Je suis perdu, perdu, perdu. Ce n'est pas possible. Son geste ne peut pas être impuni.
 
_Harry, répète Azoff pour me faire revenir à moi, Dis-moi, je t'en prie.
 
Je relève mon regard vers lui, je sais déjà ce qu'il va me demander.
 
_Il est acquitté ?
 
Je hoche la tête et pleure encore plus, m'écroulant dans ses bras. L'injustice est l'un des pires sentiments au monde. Comme si on appuyait sur ma cage thoracique pour m'empêcher de respirer. Il est libre. Libre de vivre sa vie alors qu'il a condamné Niall à ne plus jamais vivre la sienne comme avant. Il est libre. Libre de continuer sa vie alors qu'on sait déjà que Greg finira la sienne en taule. Ils auraient dû le condamner. Ils aurait dû le faire payer pour son crime. Tout ça parce que les juges ont en tête ce que mon cousin a fait à Eleanor en retour. Ce n'était pas encore arrivé. Ils ont été influencés. Ils ont voulu se venger de notre famille. Ce n'est pas de la justice, ça. C'est un règlement de compte. Ils nous détestent. Tous les habitants de cette ville nous détestent.
 
_Harry, viens, murmure Azoff, Il faut qu'on rentre chez toi avant que Gemma réalise qu'on n'est plus là-bas.
 
Je hoche la tête, trop fatigué pour protester. Je me relève en titubant, séchant mes larmes. Je ne peux pas m'en empêcher. Je reporte mon regard vers le tribunal. Mon c½ur se comprime immédiatement, de colère, presque de rage. Les Tomlinson. Ils sortent à l'instant du bâtiment, se serrent dans les bras. Heureux. Ils se félicitent d'avoir gagnés. Je ne les vois que vaguement, ils sont tous entassés, ne forment qu'un groupe difforme au loin, sous les flashs des journalistes. Je ne peux pas voir leur visage, je ne veux même pas savoir à quoi ils ressemblent. Ils me dégoûtent tellement.
 
_Tu te fais du mal, Harry.
_Eux m'en font.
 
Azoff lie sa main à la mienne.
 
_Ils ne t'en feront plus, il reprend, Ton père et celui des Tomlinson ont enfin validé les quartiers délimités. Vous ne vous verrez plus jamais. C'est fini désormais.
_Ils trouveront un autre moyen. Ils ne s'arrêteront pas à des lignes imaginaires.
_S'ils le font, on répondra.
_ « On » ? Je m'étonne, en me retournant vers lui, Je croyais que tu ne faisais pas partie de ces conneries ?
_Je n'en fais pas partie, il confirme, Mais s'il te touche toi, ils n'entreront pas en guerre contre les Styles, ils entreront en guerre contre moi. Et je ne les laisserai pas gagner.
 
Je souris. Je ne sais pas pourquoi il joue au héros. Je n'ai pas spécialement envie d'y croire, d'ailleurs. Mais je souris et il pose ses lèvres sur les miennes. J'entends son c½ur battre plus vite, parce que ça doit bien être la première fois que je le laisse m'embrasser. Normalement, je déteste ça. Aujourd'hui, je ne sais pas... Je suis juste perdu.
 
 
 
 
Passé 2
 
 
Louis
 
 
             Je regarde mon portable. Je n'en reviens pas qu'il ne m'ait pas encore répondu. Déjà qu'il a refusé de m'accompagner au procès, il aurait au moins pu avoir la décence de m'appeler pour connaître le verdict. Quoi que... En comptant le nombre de journalistes à la sortie, je doute qu'il ait échappé à l'information. Je suis libre, putain. « Légitime défense ». Nos avocats ont réussi à convaincre les juges que ce n'était qu'un accident. C'est le clan Styles qui a frappé en premier, après tout. On récolte ce que l'on sème.
Je m'arrête devant l'appartement de Daniel. Il a son propre logement depuis deux ans car il est plus âgé que moi. Enfin, c'est un « chez lui » qui est presque devenu un « chez nous », vu que j'y passe la plupart de mon temps.
J'entre sans frapper. Je sais qu'il est à l'intérieur.
 
_Je suis rentré ! J'annonce.
 
Aucune réaction.
 
_Dani ?
 
J'aperçois que la baie vitrée est ouverte et rejoins immédiatement le balcon. Mon copain y est installé, une cigarette entre les lèvres et les pieds posés sur la rambarde.
 
_Ça va ? Je demande, alors qu'il ne se donne même pas la peine de se retourner vers moi.
 
Il continue de garder le silence, tirant sur sa cigarette. Il n'y a rien au monde qui m'énerve plus que le fait qu'on m'ignore. Ça me fait sortir de mes gongs.
 
_Quoi ? Tu préférais me voir en taule pour te débarrasser de moi ? Je lâche, sèchement.
 
Cette fois, il se retourne vers moi. J'aperçois qu'il tient son portable dans la main. Il est branché sur un site d'information. Ça me rassure de constater qu'il ait quand même cherché à savoir le verdict du procès.
 
_Je suis libre, je murmure, plus calmement, Le procès est terminé. On peut mettre cette histoire derrière nous.
_Jusqu'à quand ? Il rit, Dans quelques mois, ça va être le même bordel avec le procès de Greg.
_Ils le perdront également. Tu n'as pas à t'inquiéter.
 
Dani se retourne de nouveau vers la vue de Londres. Il tire sur sa cigarette pour la terminer et l'écrase dans le cendrier à côté de lui.
 
_Qu'est-ce qu'il y a ? Je soupire.
_Est-ce que ça t'amuse ? Il me demande, en se relevant pour se mettre face à moi.
_Non.
_On dirait que ça t'amuse pourtant, il enchaîne, On dirait que, tout ça, c'est un jeu pour toi. Tu parles de gagner et de perdre. Comme si tu remportais une partie contre les Styles. Comme si ça devait se dérouler en plusieurs manches et que tu devais toujours être le plus fort du jeu. Qu'est-ce que tu as gagné Louis ?
_Je disais ça comme ça, je murmure, gêné, Qu'est-ce que tu as à la fin ?
_Il y a que mon copain a foutu un mec de quinze ans en fauteuil roulant et que ça l'amuse.
_Ça ne m'amuse pas, je le coupe, sèchement.
_Arrête, j'ai vu ton interview à la fin du procès. Et je te connais, tu jubiles du verdict. Même pas pour toi, d'ailleurs. Toi, tu passerais même après ta chère vengeance. Tu jubiles parce que tu sais que cette décision va faire souffrir les Styles. Tu jubiles parce que tu sais que tu leur fais du mal, en restant libre. Donc c'est ça que tu as l'impression d'avoir gagné ? Tu crois que tu es grand ? Puissant ? T'es tout petit Tomlinson. T'es médiocre de te réjouir d'une injustice.
_Une injustice ? Je répète, choqué, Je l'ai juste poussé, je ne savais pas que...
_Oui, tu ne savais pas, tu ne savais rien ! Il m'interrompt, brusquement, Ça va, on l'a compris ton discours !
_Tu crois que je l'ai fait exprès ?! Je m'exclame, choqué qu'il puisse penser une telle chose de moi.
_Non, je ne le pense pas. Je le constate.
_Quoi ?! Je m'emporte, Tu n'étais même pas là !
_Sur le coup tu ne l'as pas poussé en pensant qu'il tomberait d'aussi haut, mais depuis que c'est arrivé, tu te réjouis de l'avoir fait !
_Ils ont...
_Je sais ce qu'ils ont fait. Mais je te parle de toi, là. Je te parle d'un mec de dix-huit ans qui a ruiné la vie d'un adolescent et qui ne ressens rien à propos de ça.
_Je ne ressentirai jamais aucune compassion pour les Styles. Ils n'en méritent pas.
_Et toi, tu ne mérites pas la mienne.
 
Daniel me contourne, me bousculant de l'épaule au passage. Il entre dans l'appartement et je reste un instant comme un con, planté sur le balcon. Je soupire puis le rejoins dans l'appartement. Un sac est ouvert dans le salon. Il range des affaires à l'intérieur, d'un air furieux. Mais où est-ce qu'il compte aller ?
 
_C'est ton appartement, je murmure, blasé.
_Je sais.
 
J'observe plus attentivement ce qu'il tient entre les mains et explose brusquement :
 
_C'est mes affaires ?! Tu te fous de ma gueule ?!
_Je veux que tu te casses d'ici.
_Tu me mets à la rue ?
_À la rue, il répète en riant, Tu passes ton temps à dire que tu es le mec le plus riche de cette ville. Arrête tes conneries d'enfant gâté et rentre chez toi.
_Si tu me vires, je ne reviendrais pas.
_C'est ce que je te demande, il répond, en relevant son regard vers moi.
 
Je déglutis péniblement. Putain. Ce n'est pas la première fois qu'on se dispute avec Dani. Deux ans de relation, forcément qu'on s'est engueulés. Mais là, c'est différent. Je lis dans ses yeux qu'il n'y a pas de retour possible.
 
_Tu es sérieux ? Je balbutie, Tu me quittes ?
_On n'a jamais vraiment été ensemble. Tu n'as que Gemma dans la tête. Moi, j'ai toujours été derrière.
_Ne dis pas ça.
 
Il ne répond pas et continue de ranger mes affaires dans la valise, après être passé par la salle de bains.
 
_Je t'en prie, arrête ça, je continue en posant mes mains sur ses avant-bras.
_Je veux que tu partes, Louis. Je n'en peux plus de tout ça.
_Je sais que ma famille est oppressante, surtout cette année où avec les Styles...
_Arrête de parler des Styles, il me coupe en se reculant, Arrête. Je ne te parle pas des Styles. Je te parle de nous.
_Mais tu me quittes à cause des Styles ! Je m'emporte.
_Non ! Il hurle, Je te quitte à cause de toi. Et tu ne comprends toujours pas. Encore maintenant, tu ne me comprends pas. Tu rejettes la faute sur eux. Je te quitte toi, Louis, toi, toi, et rien que toi.
 
Ça me fait tellement mal que je ne sais même pas quoi lui répondre. À la place, je me recule de deux pas et l'observe continuer de faire ma valise. Tout y passe. Mes fringues, mes DVD, mes chaussures de sport, même les cadeaux que je lui ai faits. Nos souvenirs enfoncés dans un sac en toile.
 
_Je t'aime, je murmure, ne sachant même pas si ça a encore du sens.
_Tu ne m'aimes pas. Tu n'aimes que ta vengeance, ton clan, ta famille.
_J'ai grandi avec eux. Ils comptent sur moi. Je ne peux pas les laisser tomber.
_Parce que tu n'es rien sans eux, il rétorque en relevant son regard vers moi, Ils te donnent l'importance que tu n'arrives pas à avoir tout seul. Ils te donnent l'impression d'être quelqu'un d'autre que ce fils aîné qui va reprendre la boite de son père et qui n'en a pas envie. Ils te donnent l'impression que tu vaux mieux que ça. Mais ça reste une impression, Louis. Le jour où tout ce conflit s'écroulera, le jour où cette guerre sera terminée, tu redeviendras ce type que tu ne veux pas être. Et tu n'auras plus rien pour l'oublier.
 
Daniel referme le sac en toile d'un geste brusque et me le tends. Je ne le récupère pas.
 
_Je vais le jeter par la fenêtre, il me menace.
_Je m'en fiche.
 
Les muscles de sa mâchoire se crispent. Il me contourne de nouveau et rejoins le balcon. Je ne me retourne pas vers lui, mais je sais qu'il a balancé le sac par dessus la rambarde. Il est aussi impulsif que moi.
 
_Il t'attend dehors, annonce Daniel en retournant dans la pièce, Sauf si les SDF du quartier se sont servis avant que tu ne descendes.
_Et si je ne descends pas, tu me balanceras du balcon aussi ? J'ironise.
_Tu n'es pas aussi désespéré. Le grand Louis Tomlinson ne se met pas à genoux devant quelqu'un.
 
Daniel me toise d'un regard noir. Il ne sait pas. Peut-être que je suis désespéré, dans le fond. Peut-être parce que la seule personne de bien qu'il restait dans ma vie a décidé de m'éjecter de la sienne et que ça fait plus de mal que ce qu'il a l'air de croire. Peut-être que je serai capable de me mettre à genoux pour lui, capable de briser les chaînes de ma famille, capable de pardonner aux Styles d'exister.
Peut-être...
Sauf qu'il a raison. Si je n'ai plus ce conflit, je ne suis plus rien. Je passe du chef de clan à celui qui est mal tombé dans l'arbre généalogique et qui se retrouve à trimer pour une carrière qu'il ne veut pas. Alors, oui, peut-être que je ne me mettrai jamais à genoux devant quelqu'un. Pas tant que je serai le « grand Louis Tomlinson », en tout cas.
Je tourne des talons et claque la porte de l'appartement derrière moi.  
 
 
 
____________________
  
Voilà pour le deuxième passé, ce n'est pas très long et pas hyper pertinent (désolée),
mais je m'en suis sortie (j'étais bloquée dessus depuis deux semaines puis j'ai tout écrit pendant ma pause déjeuner aujourd'hui ahah).
Bref, j'espère que ça vous a plu quand même ! 
Samedi prochain : publication du chapitre six,
c'est mon chapitre préféré donc je suis pressée de vous le poster !!!
Bisous xx



 
 

Tags : #RunUpfic - #Acte5 - #passé

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.164.83) if someone makes a complaint.

Comments :

  • RunningUp

    21/08/2016

    LARRYFICAHOLIC wrote: "bah pour un truc sur lequel tu bloquais depuis 2 semaine je trouve ça cool !! il est top ce petit bonus !! vivement le chap 6 du coup !!"

    merci ♥

  • RunningUp

    21/08/2016

    Leeloo wrote: "on a apprit tellement de choses sur le passé de Louis! je veux dire, nous n'avions jamais entendu parlé de Daniel!
    est-ce un clin d'½il à danielle campbelle? son actuelle "petite amie" haha?
    "

    ahah oui mdr c'est clairement un clin d'oeil à son actuelle copine xD
    par contre j'ai déjà évoqué son nom dans le premier passé, Louis parle un peu de sa relation avec son copain, mais Daniel n'apparait pas dans la scène :)

  • RunningUp

    21/08/2016

    Mael-Caluim-Aillil wrote: "Merci, Daniel a tout dit tout compris, moi aussi par la même occasion, on en sait un peu plus sur le passé de Louis.
    Je ne sais pas si c'est bien, mais je comprends le verdict du procès de Louis, pas qu'ils aient qualifié cela de légitime défense, mais l’acquittement, Louis aurait peu être dû être condamné à une peine de prison, mais il n'avait pas l'intention de le faire tombé Niall de si haut, c'était un accident, tragique, inévitable dans la guerre qu'ils se font mais un accident. Par rapport au viol de Eléanor, là je pense que Greg savait ce qu'il faisait, il aurait pu s'arrêter à temps.
    "

    merci pour ton commentaire, je suis contente que le passé t'ait plu, car c'est pas évident de revenir aussi longtemps en arrière par rapport à l'histoire, mais comme tu dis, ça permet d'expliquer un peu mieux comment Louis est devenu le Louis qu'il était au début de l'histoire :)

  • RunningUp

    21/08/2016

    00 wrote: "J'laime ce Daniel il a résumé même cqu'il se passe mtn dans le présent , et pour le coup de " légitime défense" c'est pas totalement faux. Et c'est super de nous mettre des flashback ppur mieux comprendre comment tout ça à commencer , génial comme d'habitude "

    merci beaucoup ! je suis contente que le passé te plaise, et en effet, Daniel a plutôt bien résumé la situation du Louis actuel... affaire à suivre :p

  • RunningUp

    21/08/2016

    00 wrote: "J'ai hâte du chapitre 6!!"

    j'espère qu'il t'a plu ;)

  • 00

    18/08/2016

    J'ai hâte du chapitre 6!!

  • 00

    18/08/2016

    J'laime ce Daniel il a résumé même cqu'il se passe mtn dans le présent , et pour le coup de " légitime défense" c'est pas totalement faux. Et c'est super de nous mettre des flashback ppur mieux comprendre comment tout ça à commencer , génial comme d'habitude

  • Mael-Caluim-Aillil

    18/08/2016

    Merci, Daniel a tout dit tout compris, moi aussi par la même occasion, on en sait un peu plus sur le passé de Louis.
    Je ne sais pas si c'est bien, mais je comprends le verdict du procès de Louis, pas qu'ils aient qualifié cela de légitime défense, mais l’acquittement, Louis aurait peu être dû être condamné à une peine de prison, mais il n'avait pas l'intention de le faire tombé Niall de si haut, c'était un accident, tragique, inévitable dans la guerre qu'ils se font mais un accident. Par rapport au viol de Eléanor, là je pense que Greg savait ce qu'il faisait, il aurait pu s'arrêter à temps.

  • Leeloo

    18/08/2016

    on a apprit tellement de choses sur le passé de Louis! je veux dire, nous n'avions jamais entendu parlé de Daniel!
    est-ce un clin d'½il à danielle campbelle? son actuelle "petite amie" haha?

  • LARRYFICAHOLIC

    17/08/2016

    bah pour un truc sur lequel tu bloquais depuis 2 semaine je trouve ça cool !! il est top ce petit bonus !! vivement le chap 6 du coup !!

Report abuse